Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Chikungunya : "On n'arrêtera pas l'épidémie à Tahiti"



Au Centre d'hygiène et de salubrité publique, les agents font le point sur les cas confirmés et sont en lien avec les communes pour les actions de pulvérisations à mener aux abords des foyers épidémiques.
Au Centre d'hygiène et de salubrité publique, les agents font le point sur les cas confirmés et sont en lien avec les communes pour les actions de pulvérisations à mener aux abords des foyers épidémiques.
PAPEETE, le 23 octobre 2014. Avec plus de 250 cas confirmés et 500 estimés en une dizaine de jours selon les chiffres livrés par Patrick Howell, ministre de la santé en devenir mercredi soir sur Polynésie 1ere, l'épidémie de chikungunya est toujours en phase d'expansion rapide sur l'île de Tahiti. Le Centre d'hygiène et de salubrité publique (CHSP) poursuit néanmoins son action de lutte anti-vectorielle autour des foyers déclarés, pour la ralentir et tenter d'empêcher son exportation dans les archipels épargnés.

Bien qu'il soit difficile de faire des projections statistiques, l'arrivée du virus du chikungunya à Tahiti, sur une population totalement non immunisée, ne laisse que peu de place au doute. L'an dernier, en cinq mois seulement, le zika, également un virus nouveau sur le territoire avait atteint près la moitié de la population. On peut s'attendre donc à des chiffres impressionnants de personnes atteintes avec le "chik". Avec néanmoins cette circonstance atténuante : le malade du chikungunya est souvent bien plus atteint physiquement –par les douleurs articulaires notamment- que ne pouvaient l'être les porteurs, parfois asymptomatiques, du zika. Avec le chikungunya, le malade reste alité et diffuse ainsi moins rapidement le virus, si toutefois il est vigilant sur la protection qu'il déploie autour de lui pour éviter de se faire piquer par d'autres moustiques et de participer indirectement à la propagation du virus.


Stéphane Loncke, épidémiologiste médical au CHSP l'affirme : "on n'arrêtera pas l'épidémie sur Tahiti". Pourtant le Centre d'hygiène et de salubrité publique poursuit ses campagnes de pulvérisations autour des cas confirmés de chikungunya, avec cette recommandation aux populations concernées : "les pulvérisations d'insecticide ne sont qu'une des armes pour lutter contre les moustiques. Mais elles ne peuvent pas suffire toutes seules". Sur Tahiti, où la concentration urbaine est plus élevée qu'ailleurs en Polynésie, le moustique vecteur du virus est l'Aedes Aegypti, ce moustique tigre (rayé noir et blanc), quasi domestique. Il vit dans nos maisons ou aux abords immédiats et évolue dans une zone restreinte. C'est donc à chacun d'entre nous de combattre l'ennemi.

On le sait bien, seules les moustiques femelles sont des insectes piqueurs, c'est par elles que la transmission des virus de la dengue, du zika et du chikungunya transite d'un malade à l'autre. "Un moustique femelle contaminée infecte les personnes qu'elle pique lors de son repas de sang pour sa reproduction. Au cours de sa vie, elle pourra ainsi transmettre le virus à 4 à 10 personnes autour d'elle. Heureusement la proportion de moustiques femelles infestées reste faible" détaille encore Stéphane Loncke. Mais il noircit rapidement son propos, "il suffit de très peu de moustiques infestés pour contaminer une population". Par ailleurs, la densité de population dans les zones urbaines suffit à expliquer la progression rapide d'un virus porté par le moustique.

C'est pourquoi, plus que jamais, la vigilance doit être absolue contre les moustiques. S'asperger d'un répulsif cutané efficace, au moins deux fois par jour, en n'oubliant aucune zone de peau à l'air libre. "Les répulsifs ne créent pas un écran de protection autour de la personne : il faut être soigneux dans l'application, particulièrement sur les chevilles, une zone fort appréciée des moustiques" qui se repèrent à distance grâce aux émissions de dioxyde de carbone que l'homme rejette en respirant, puis affinent leurs points d'ancrage via les odeurs corporelles (acide lactique, acide butanoïque par exemple). La vigilance contre les moustiques doit être d'autant plus exacerbée que la saison est très propice à leur prolifération. "La chaleur favorise non seulement l'émergence de moustiques plus nombreux mais aussi la multiplication du virus dans le moustique". Nous voilà prévenus.


La lutte anti-vectorielle nécessite l'action de tous pour éliminer les gîtes à moustiques autour des maisons.
La lutte anti-vectorielle nécessite l'action de tous pour éliminer les gîtes à moustiques autour des maisons.
Les archipels épargnés, jusqu'à quand ?

Si l'épidémie de chikungunya est en phase 4 maximale à Tahiti, la situation est très différente dans les archipels. La propagation du virus est encore très limitée : deux cas seulement confirmés à Moorea, un seul cas confirmé à Raivavae (Australes) chez une personne qui avait résidé à Papeari. Un cas à Bora Bora. Aux Tuamotu, seul l'atoll d'Apataki a été atteint pour l'instant avec 13 cas confirmés et 82 cas suspects sur une population totale de 350 personnes seulement. Là aussi, le virus serait arrivé via une personne ayant d'abord séjourné à Papeari où le premier foyer de chikungunya a été révélé le 11 octobre dernier. Quant à la propagation importante du virus sur l'atoll d'Apataki, elle s'explique probablement par la concentration des habitants sur un village unique et une vie communautaire plus importante qu'en ville.

Rédigé par Mireille Loubet le Jeudi 23 Octobre 2014 à 16:21 | Lu 3598 fois







1.Posté par ray le 23/10/2014 22:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pour reprendre le titre.... oui avec certitude.... puisque l'on fait tout pour l'exporter dans les archipels ....avec des centaines de personnes qui se chargeront de le propager à l'occasion de la compétition de va'a....... faut bien partager ! STUPIDE mais trop on a y perdre en gloire et autre !

2.Posté par TOTO le 24/10/2014 06:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les archipels épargnés pour le moment, mais avec la course de Hawaiki Nui la donne va changer. C'est évident, avec cet afflux de personne venant de Tahiti il y aura bien des personnes infectées et seront exposés, le moustique n'aura plus qu'à s'occuper du reste. Je crains un gros pic de malade quelques semaines plus tard et notre seul Hopital de Uturoa dépassé. Mais comme disait le Président du Comité Hawaiki Nui ce sera de la "JOIE" pour nos Polynésiens. Des rentrées d'argent pour l'économie local et les dépenses de santé à venir (remboursement,s arrêts de travail...) je suis sûre que la note sera salée. Merci au Gouvernement de prendre leurs responsabilités pour éviter cela. Ce n'est pas en envoyant des sms et des pulvérisations en cette période de grosse pluie que les choses vont s'améliorer. Bonne journée.

3.Posté par TETUANUI Monil le 24/10/2014 06:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Deux cas de Outumaoro s'étaient présentés mardi dernier. Le mari avait mal partout au retour de Papeari le samedi. Dimanche, sa femme et lui sont restés allongés au lit toute la journée avec de la fièvre et des douleurs partout.
Nous leur avons attribué "un raau tahiti" qui avait réussi à faire disparaître la maladie de la malaria il y a 14 ans.
Le mercredi matin, après avoir pris ce "raau tahiti miraculeux",le mardi après midi, ils sont complètement rétablis.Si ce "raau tahiti" peut aider ceux qui croient à nos "raau" et qui ont des signes de chikungunia, nous sommes prêts à partager gratuitement ce "raau miraculeux".En 1996, j'étais intervenu à l'Assemblée pour demander de faire des recherches sur les principes actifs de certaines de nos plantes, le gouvernement d'alors n'a pas daigné être à l'écoute.....Alors, je m'adresse ouvertement à notre Président Fritch , il est urgent de faire ces recherches sur nos plantes tupuna qui ont sauvé notre peuple. Je suis sûr qu'il y a du "raau" contre le chikungunia........ mon vini: 87 73 79 88

4.Posté par liberte le 24/10/2014 07:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Petit tuyau qui fonctionne bien : granules homéopathiques de LEDUM PALUSTRE en 5 ou 7CH, 3 granules matin midi et soir... ça rend la peau amère et dissuade les moustiques...

5.Posté par simone grand le 24/10/2014 09:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ET le maire de Bora Bora de renchérir à la télé en tahitien dimanche soir sur Pol 1ère en parlant de Hawaiki nui: E ere na te naonao 'e fa'afifi ia tatou: "Ce ne sont quand même pas des moustiques qui vont nous poser des problèmes !"
Pourtant le ministre de la santé avait envisagé le report de la compétition et il fut désavoué
Au fait, les fortiches vont-ils assumer les dépenses?
Simone Grand

6.Posté par happy feet le 25/10/2014 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un excellent répulsif moustique bio : du monoi ou n'importe qu'elle autre huile que vous aimez pour hydrater votre peau , rajoutez-y de l'essence de clous de girofle ( que vous trouverez en pharmacie ) ou bien tout simplement des clous de girofles que vous aurez bien broyés( et que vous trouverez de partout dans les rayons des épices)
Petite astuce que je vous recommande car très pratique : ne jetez plus vos flacons déodorants à bille ; réutilisez - les pour vous badigeonner ; pas de risque de renverser le monoi sur le canapé .....

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus