Tahiti Infos

Ces mots qui viennent de loin : du tahitien dans le français, ah bon ?


PAPEETE, le 15 septembre 20014 - Depuis plusieurs décennies, la langue tahitienne ou du moins certains mots largement utilisés par les habitants mais aussi les étrangers de passage, ont réussi à figurer dans l’encyclopédie « Larousse » et dans un grand nombre de revues mondiales.

Il y a quelques jours à peine, une internaute partageait sur sa page personnelle Facebook une photo d’une page du dictionnaire en question, avec une mention spéciale pour le mot « fiu ». Celui-ci est certainement, après l’expression « ê pe’i ! » (écriture non conforme mais plus facile à comprendre), traduit par « eh oui alors !», le mot le plus utilisé.

Le dictionnaire populaire qui a placé notre « fiu » local (maintenant devenu « national ») entre les mots « Fitness » et l’acronyme « F.I.V », définit fort bien de la manière suivante : « FIU (fju) adj.inv. (mot polynésien). Être fiu (Polynésie), être en proie à une grande lassitude ; en avoir assez. » Si cela a eu pour effet d’en impressionner certains, ou d’en étonner d’autres, l’utilisation des mots d’origine tahitienne ne date pas d’aujourd’hui.

A la page 119 du livre « Tahiti, regards intérieurs » écrit par les auteurs Elise Huffer et Bruno Saura, édité en 2006, il est expliqué que : « …A cet effet, les mots comme tiaré (plante de Tahiti…), monoï (huile parfumée d’origine tahitienne), vahiné (femme de Tahiti…), paréo (vêtement traditionnel tahitien…), faré (maison traditionnelle)…sont entrés dans le dictionnaire Larousse … » Pour les retrouver, il suffit de chercher.

Des mots plus anciens tels que tabou ou encore tatou sont parmi les premiers mots à avoir été utilisés dans certaines conversations ou écrits publics, selon certains spécialistes des langues vernaculaires, vers le 18ème siècle, en Europe comme en Angleterre. Une pensée soutenue par le site Wikipédia. Avant de donner le sens du mot en question, le site donne une indication de l’époque où a il a été employé :« Tabou est un mot que l'on retrouve dans toutes les langues polynésiennes sous la forme tapu1, kapu2... Il fut popularisé en Europe par James Cook au retour de sa première circumnavigation durant laquelle il séjourna à Tahiti. Il désigne, dans la littérature ethnologique, une prohibition à caractère sacré dont la transgression est susceptible d'entraîner un châtiment surnaturel3. En tahitien entre autres, le contraire de tabou se dit noa, ce qui est ordinaire, accessible à tous. »

Les mots « paréo » et « vahiné » font désormais partie du langage quotidien. « Fiu » suit le même chemin et peut-être que dans quelques années, un auvergnat s’écriera à l’issue d’une bonne journée de dur labeur : « Eh bé… j’suis fiu, j’vais boire un p’tit coup ! ».

TP

Le mot fiu fait désormais partie des mots du dictionnaire "Larousse".
Le mot fiu fait désormais partie des mots du dictionnaire "Larousse".
Te ta’o Tahiti i roto i te reo farāni, nō te āha ‘aita ?

Te ō marū noa ra tā tātou mau ta’o i roto i te reo farāni. E ‘ere i te mea maoro, ‘ua fa’a’ite hia mai hō’ē ‘api no te fa’atoro parau ra o Larousse. ‘Inaha, ‘ua nēne’i hia te ta’o ra « Fiu » e mātaro maita’i hia e tātou. ‘Ua tātara hia i tō na aura’a ia au i tā tātou hi’ora’a. O te reira mau ihoa, ‘aita i huri hia i tō na aura’a mau.

Teie ra, ‘e ‘ere a tahi ra te mau ta’o Tahiti e fa’ahiti hia e na vētahi ma. ‘Ua tupu a’e na teie ‘ohipa i te tenetere 18 i ma’iri. I te tau i ta’ahi mai te ‘āvae o Cook iō tātou nei. I te ha’apāpūra’a a te tahua natirara Wikipédia, te hiti mai ra te parau nō te ta’o « Tapu », te nā’ō hia ra «‘ua ha’amata te ta’ata i te ‘āparau i teie ta’o i te ho’i ra’a atu o te tāpena ra Cook tāne mai i Tahiti nei. »

Te ha’amana’o paha ra tetahi o tātou i teie hoho’a i pata hia e Murnau tāne, o « Tabu ». ‘Ua tāviri hia teie hoho’a i te mau matahiti 1920. I taua taime ra, ‘ua fa’aro’o a’e na hia teie ta’o pūai mau. Na reira ato’a nō te ta’o « Tatau » o te mau pāpa’a e pāpa’i « tatou », ‘ua hiti a’e na tō na parau a te mau tāpena maritē, peretāne ‘e farāni o tei fano atu i te mau pae Henua Enana ma.

Ta’a noatu te reira, rau ta’o teienei o tē fa’a’ohipa hia nei e te mau ta’ata nō rāpae mai. Teie tetahi mau hi’ora’a : vahine, fare, mono’i a ore ra Pāreo. Pēnei a’e, i te hō’ē ā mahana, e riro paha i te ta’o ra « Fiu » i te parau haere noa hia i te fenua Farāni, na te tau te reira e ha’apāpū mai.


Rédigé par TP le Lundi 15 Septembre 2014 à 14:35 | Lu 16084 fois