Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Carnet de voyage - Rurutu : les secrets du pae’ore blanchi



RURUTU, le 2 juin 2016. Découverte - Tout le monde le sait, les artisans des Australes sont les maîtres incontestés du tressage, de la feuille de pandanus comme de la palme de cocotier. Mais ce que l’on sait moins, c’est que le pandanus sans épines et sans fruits, qui est la matière première de l’île, peut se blanchir, pour obtenir des produits finis bien plus jolis. Démonstration…

Tous les trois ou quatre mois, les habitants de Rurutu récoltent des feuilles de pandanus, la variété pae’ore (sans épines) pour alimenter leur activité de tressage, essentiellement aux mains des femmes. Neuf à douze feuilles à la fois, il faut ménager la plante.

Ensuite, c’est tout un travail avant de parvenir au chapeau tressé qui fera la fierté de celle qui le porte. Car il y a deux sortes de pae’ore tressé à Rurutu ; le séché de couleur ocre brun, et le cuit blanchi, de couleur plus claire, beaucoup plus recherché et apprécié.
En photo, et grâce à la gentillesse de Tiare Taputu, présidente de l’association Vahine Vitaria, Tahiti Infos vous révèle tous les secrets de cette préparation.

Voici la variété de pandanus destinée au tressage. Rien à voir avec les gros pandanus de bord de mer qui portent des fruits ronds dont on se sert pour les colliers.

Une fois les feuilles coupées, il s’agit de les débarrasser de leur nervure centrale et d’en faire des rouleaux.
Carnet de voyage - Rurutu : les secrets du pae’ore blanchi

Les feuilles, exposées au soleil une demi-heure environ pour être assouplies, sont ensuite enroulées pour aller directement dans la marmite.

Carnet de voyage - Rurutu : les secrets du pae’ore blanchi

C’est là que tout se joue ; dans la marmite de potion magique, les rouleaux de feuilles mijotent pendant trois à six heures. La recette est simple : de l’eau, du citron (des combavas ou des gros tāporo pōpa'ā), un peu de savon râpé, et quelques feuilles de papayer.


Après la cuisson, si les feuilles ne sont pas parfaitement propres, il faut les nettoyer à la main. On voit qu’elles ont considérablement blanchi. Un gros travail pour Tiare Taputu !

Carnet de voyage - Rurutu : les secrets du pae’ore blanchi

Il faut ensuite faire sécher les feuilles cuites pour les débarrasser de toute trace d’humidité. Ce séchage dure quatre à cinq jours, au soleil la journée, sous abri le soir.

Carnet de voyage - Rurutu : les secrets du pae’ore blanchi

Après le séchage, il faut préformer les feuilles en les enroulant et en les déroulant (à l’endroit, car il y a un sens !), une opération qui s’étale sur quatre jours environ.

Carnet de voyage - Rurutu : les secrets du pae’ore blanchi

Le pae'ore enfin prêt peut se conserver au moins un an en rouleaux. On peut donc le tresser quand on le souhaite. Ici, un tressage mixte, pandanus gris marron séché (non cuit) et pandanus “coquille d’œuf” plus clair (donc cuit), dans un harmonieux maillage.


Les chapeaux en pandanus cuit et blanchi (sur notre photo) sont beaucoup plus clairs que ceux réalisés en pandanus séché. Ils durent également plus longtemps.

Carnet de voyage - Rurutu : les secrets du pae’ore blanchi

Un chapeau en pae’ore blanchi (le grand) et un chapeau en pandanus seulement séché ; la qualité se voit à l’œil nu et est très différente, le pandanus séché soutient mal la comparaison. Vous voilà avertis pour vos futurs achats !

Carnet de voyage - Rurutu : les secrets du pae’ore blanchi

La photo souvenir de cette journée de préparation du pae’ore.

Merci à toutes les mama et vahine de l’association Vahine Vitaria pour leur patience et leur gentillesse. De la patience, il leur en faut quand elles expliquent tous leurs petits secrets !

Les bonnes adresses Séjours dans les îles

Pension Teautamatea

Dans le district de Vitaria, près d’un marae où reposent les derniers rois de l’île, la pension Teautamatea est une grande maison de trois chambres avec salles de bains privées. Elles sont décorées de façon très originale, avec des matériaux locaux comme le bambou, le pandanus, le corail et le peue. Viriamu, le propriétaire, est un ébéniste de talent et il a lui-même confectionné presque tous les meubles de la demeure. Il descend des derniers ari’i de l’île.
Séjour Vol + 2 nuits à partir de 42 402 Fcfp/pers. avec demi-pension

Pension Temarama

La pension Temarama est une grande maison en dur d'un étage située en hauteur, à l'entrée du village de Moerai. Gérée par une famille sympathique et dynamique, elle propose quatre chambres aérées.
Séjour Vol + 2 nuits à partir de 44 452 Fcfp/pers.avec demi-pension

Forfaits

Renseignez-vous à Séjours dans les îles (Air Tahiti) pour organiser votre déplacement en minimisant les coûts (mixez Rurutu avec une autre île des Australes par exemple).
Internet : www.sejoursdanslesiles.pf
mail : sejoursdanslesiles@airtahiti.pf
Tél. : 40 86 43 43

Bon à savoir

En général, les mama de l’association Vahine Vitaria ont de quoi satisfaire les plus exigeantes dans leur petit fare d’exposition. Vous y trouverez les chapeaux dont vous rêvez et bien d’autres produits “Made in Rurutu”. Venez avec des espèces ou votre carnet de chèques, mais évidemment pas avec une carte de crédit.

Cette visite a été préparée par Yves Gentilhomme, de la pension Le Manotel. Yves s’entend à merveille avec la présidente, Tiare Taputu, et vous êtes ainsi certains de pouvoir participer à cette préparation si typique de Rurutu. Par ailleurs, Yves et Hélène, les propriétaires, vous réserveront le meilleur accueil (confort, cuisine de qualité, et multiples activités et balades pour découvrir Rurutu).

Site Internet : www.lemanotel.com

Rédigé par Daniel PARDON le Jeudi 2 Juin 2016 à 13:25 | Lu 5806 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies