Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa



HIVA OA, le 23 juin 2017. Si les sculptures de tiki sont abondantes aux îles Marquises, la palme revient sans doute à Hiva Oa, qui offre aux visiteurs une rare diversité de ces représentations anthropomorphiques très stylisées. Ancêtres déifiés ou juste commémorés, les statues de pierre, anciennes ou contemporaines, ne manquent pas aux quatre coins de cette île riche en vestiges, loin de se résumer à la tombe de Brel et à celle de Gauguin.

Pour mémoire, nous rappellerons que lors de leur long et patient inventaire archéologique de Hiva Oa, Catherine Chavaillon et Eric Olivier ont recensé cent vingt-quatre sites archéologiques, dont la plupart sont quasiment inaccessibles ou envahis par la forêt et la brousse.

C’est dire que la statuaire de cette grande île du groupe sud des Marquises est loin d’avoir encore livré tous ses secrets et dévoilé tous ses trésors.
Rappelons également que de nombreuses pièces, à partir du XIXe siècle, ont été brisées ou abîmées, voire enlevées. C’est le cas de deux tiki de Hiva Oa exposés aujourd’hui au Musée de Tahiti et ses îles. Au moins ceux-ci n’ont-ils pas été perdus, alors que d’autres ont rejoint des musées étrangers, voire ont disparu dans des collections privées.

Nous vous proposons, en images, un tour d’horizon bien évidemment (et forcément) incomplet et subjectif de ces tiki que le visiteur peut facilement voir à l’occasion d’un séjour à Hiva Oa. Une idée pour votre prochaine balade sur place, faites une « chasse » aux tiki pour en découvrir le plus possible et ne pas manquer les plus beaux. Pour notre part, notre « tiercé » gagnant va à Takaii, au tiki couronné et au tiki souriant…

Textes et photos : Daniel Pardon

Takaii, le « big boss » de Puamau

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
Honneur au plus grand de tous les tiki anciens, facilement accessible au grand public, Takaii, dressé sur le paepae Pahivai à Puamau. C’est le plus grand tiki de Polynésie française avec des tailles très fantaisistes qui n’ont cessé de « bouger », au fil des décennies et des observateurs : nous opterons pour 2,67m, même si des mesures plus récentes ne lui donnent que 2,60 m, tandis que d’autres le « descendent » même à 2,37m. Takaii est l’image d’un chef guerrier d’autrefois, sans doute l’un des vainqueurs du clan de Puamau, les Naiki qui avaient eu la très mauvaise idée d’enlever le chef de Hanapaaoa pour le sacrifier. Les tribus alentour se liguèrent et firent payer aux Naiki, par le mort ou l’exil, leur violence. C’est après cette victoire que les grands tiki furent dressés, Takaii étant possiblement l’un de ces vainqueurs des Naiki.

Makii Tau’a Pepe, le plus mystérieux

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
Toujours à Puamau, sur le site archéologique de Iipona, le tiki Makii est sans aucun doute le plus mystérieux de la Polynésie. Mille et une interprétations ont été faites à son sujet ; femme accouchant, pierre pour faire accoucher les épouses de chefs… on se perd en conjectures. Une chose paraît possible, sa base carrée devait se ficher dans un mur, le tiki, alors en position verticale, regardant le ciel.

Sur un côté de cette base un animal sculpté pose question : le « chien à long cou » ressemble à s’y méprendre à un lama ! Certains visiteurs ont vu dans cette statue une œuvre réalisée par des sculpteurs originaires du Pérou ; d’autres sont allés plus loin en évoquant même des extra-terrestres !


Le tiki couronné se mérite

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
Bien caché dans la végétation, sur une crête au-dessus du village de Hanapaaoa, le tiki Moeone, qui est couronné d’une petite frise, est sans doute l’un des plus beaux de l’île, mais il demande de rudes efforts pour être découvert ; il fait partie d’un vaste ensemble lithique encore totalement englouti par la végétation et c’est fort dommage, car le site mériterait une restauration et un entretien régulier. On trouve encore, entre les pierres, quelques crânes et os d’ancêtres devant dater de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe (périodes troublées, avec une mortalité liée aux maladies très importante ; on a l’impression que les corps des défunts n’ont pas fait l’objet d’un rite funéraire mais ont juste été déposés sur le site).


Le tiki souriant et féminin

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
Le tiki souriant de Punaei, sur la route conduisant à l’aéroport, est une sculpture unique en Polynésie française, car on ne peut le confondre avec aucune autre. Son sourire, s’il n’est pas voulu (on ne sait rien de ce que le ou les sculpteurs souhaitaient exprimer), n’en demeure pas moins bien réel pour l’observateur qui reste interloqué devant cette statue « rigolarde ».

Ce tiki fait, lui aussi, partie d’un vaste ensemble situé sur un terrain privé et où aucune restauration n’a été faite. Le tiki serait féminin et serait placé sur un espace réservé aux femmes, comme des sculptures de sexe féminin en attestent à proximité immédiate de la statue.


L’impressionnant mégalithe de Taaoa

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
A Taaoa, le « Machu Picchu » polynésien, dont personne n’a encore mesuré l’intérêt touristique semble-t-il, une très petite partie du site a été dégagée de la brousse et de la forêt. Au-dessus de l’espace réservé aux fêtes, le tohua, à Upeke, on trouve ce magnifique tiki sculpté dans un mégalithe impressionnant : il mesure 1,30 m de largeur pour un mètre de haut. Sans aller jusqu’à dire qu’il sourit, on lui reconnaîtra une « bonne bouille », même si ce lieu était aussi un endroit où se pratiquaient des sacrifices humains. Avec ses centaines de vestiges encore enfouis dans la forêt, Taaoa est, potentiellement, un site touristique majeur. Mais il faudrait se décider à le nettoyer, le restaurer et l’entretenir !


Les jumeaux de la princesse Tehaumoea

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
Voici deux tiki d’une rare beauté, pas forcément connus du grand public d’ailleurs même si leur accès est très aisé. On peut en effet les admirer en sortant du restaurant de Marie-Antoinette, à Puamau. Il s’agit en fait de la tombe d’une princesse, tombe que l’on imagine datant de la christianisation de l’île (on n’exposait plus les corps, on les enterrait, mais on préférait encore la protection de deux tiki plutôt que celle d’une croix). La sépulture, parfaitement bien entretenue, est faite de plaques de lave rouge (keetu) alors que deux tiki d’un mètre de hauteur environ, aux longues oreilles, montent la garde devant elle. Cette princesse aurait été la dernière cheffesse de la vallée : on lui connaît plusieurs noms : Tahiatitoihani ou Vehine Titoiani (« celle qui fait l’amour avec le ciel »), qui seraient des surnoms selon l’Académie marquisienne. Son véritable nom aurait été Tehaumoea (la paix) ou Haumoea (« paix »).


Souvenir païen au vieux cimetière

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
Encore une vieille tombe, assez facile à admirer, non pas au cimetière de Atuona, où reposent Brel et Gauguin, mais dans un coin plus reculé du village, que tous le guides connaissent, le vieux cimetière ; vous pourrez donc facilement vous y faire conduire et vous remarquerez que cohabitent des tombes ornées de croix et d’autres, comme celle-ci, la plus belle selon nous, beaucoup plus anciennes en apparence, en tous les cas faisant référence à d’autres croyances que celles liées au catholicisme Comme la tombe aux deux tiki de Puamau, elle date sans doute de l’époque du début de l’évangélisation. On regrettera tout de même que ce lieu de repos éternel ne soit pas mieux entretenu, la brousse (et les guêpes) veillant sur le site.


La tête d’un décapité ?

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
On trouve plusieurs tiki sur le très beau site de Puamau, et plusieurs fragments de tiki, dont cette fort belle tête en tuf rouge, très usée par le temps, la pluie et le soleil.

Sur place, il nous a été expliqué que cette tête était probablement celle du grand tiki voisin de Takaii, le tiki Te Tovae E Noho, une sculpture anthropomorphique grossière, qui a été décapitée. L’histoire locale affirme que cette décapitation est intervenue parce que l’homme qui était représenté par cette statue avait désobéi à des ordres de sa hiérarchie, peut-être Takaii lui-même. Ce n’est, bien sûr, qu’une hypothèse.


Un arbre de vie !

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
Pour le plaisir des yeux, nous vous proposons de découvrir un tiki vivant, celui sculpté dans un faux pistachier qui a dû passer un sale quart d’heure lorsqu’un habile sculpteur décida de lui donner figure « humaine ». On distingue le tiki sur son profil gauche, les ciseaux de l’artisan n’ayant pas fait le tour complet de l’arbre ; de ce fait, l’écorce n’a pas été coupée sur tout le périmètre du tronc et si le pistachier a souffert en silence, il n’a pas perdu la vie dans cette aventure peu ordinaire…


Le joueur de pahu

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
Ce magnifique tiki frappant sans relâche sur son pahu est une pièce contemporaine très récente, puisqu’elle orne le Tohua Pepeu, en plein centre de Atuona, depuis le dernier Festival des Arts des Marquises, qui s’est tenu en décembre 2016 sur l’île de Hiva Oa.

A cette occasion, les artistes locaux ont réalisé plusieurs tiki qui sont tous aujourd’hui disposés autour de cette place centrale du village de Atuona, permettant aux touristes d’apprécier le savoir-faire des sculpteurs actuels, qui n’ont rien perdu du talent et de l’imagination de leurs anciens. Il manque quand même les noms des tiki, et ce qu’ils représentent précisément.


Fragile pièce de bois

Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa
Il y a quelques années seulement, ce pilier de bois, dans l’enceinte du centre Paul Gauguin, avait été sculpté avec soin, mais malheureusement, le temps efface tout, y compris ce genre de travail très expressif, démontrant que les sculpteurs d’aujourd’hui peuvent rivaliser sans problème avec ceux des temps anciens. Mais entre les fientes d’oiseaux, les termites et autres vrillettes, sans parler des intempéries, il est bien difficile de conserver ces sculptures, à moins, bien sûr, de les entretenir avec méthode et rigueur (produits anti-termites, lasure, etc.).



Les bonnes affaires « Séjours dans les îles »

Hôtel Hiva Oa Hanakee Pearl Lodge

Séjour 2 nuits à partir de 73 052 Fcfp/personne : vol + transferts aéroport + hébergement en bungalow + petit déjeuner américain + taxes. Nuit supplémentaire à partir de : 13 900 Fcfp/pers en demi-pension.

Incontestablement le meilleur hébergement sur Hiva Oa

Au prix de 13 900 Fcfp/ pers. la nuit supplémentaire, offrez-vous trois ou quatre nuits sur place, on ne va pas aux Marquises tous les jours.
Autres hébergements : pension Temetiu Village, pension Kanahau, relais Moehau (de 56 000 à 61 000 Fcfp pour 2 nuits).



Carnet de voyage - Les « tiki toa » de Hiva Oa

Rédigé par Daniel PARDON le Vendredi 23 Juin 2017 à 13:30 | Lu 2040 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies