Tahiti Infos

Budget 2014 : un emprunt d'1,5 milliard à la Banque de Polynésie


Budget 2014 : un emprunt d'1,5 milliard à la Banque de Polynésie
PAPEETE, le 31 octobre. Le vice-président de la Polynésie, Nuihau Laurey, et le directeur général de la Banque de Polynésie, Christian Carmagnolle, ont signé, vendredi, une convention de 1,5 milliard de Fcfp.

Selon un communiqué de la présidence, ces fonds permettront de finaliser le plan de financement de 2014 des investissements inscrits dans le cadre du soutien de la relance de l’économie."L'encours de la dette de la Polynésie française a augmenté de 5,6% entre 2013 et 2014 et les effets sur les investissements publics ont été immédiats, dans un contexte où la capacité d'autofinancement du pays était quasiment nulle", explique le communiqué. "Ainsi, on a pu constater dès 2012, une chute de moitié des dépenses d'équipement de la collectivité, soit autant de sommes perdues pour l'économie polynésienne."

"La priorité gouvernementale a donc été de retrouver coûte que coûte la confiance des caisses prêteuses et de reconstituer progressivement la capacité d'autofinancement de la collectivité",
indique la présidence. "Outre la satisfaction d'avoir à nouveau la confiance des banques, parmi elles, l'Agence Française de développement, la Banque de Tahiti et la Banque de Polynésie, le gouvernement peut se réjouir d'avoir également attiré des investisseurs privés, puisque près de la moitié des emprunts ont été couverts par trois importants fonds d'investissement européens."

"Pour autant, le gouvernement est conscient qu'un endettement trop important a des conséquences sur l'avenir et il faut donc à terme pouvoir réduire le recours aux emprunts en reconstituant l'autofinancement", poursuit le communiqué.

La présidence fait également le point sur sa "dette toxique". "L'encours de la dette de la Polynésie est sain puisque le Pays a réussi à remplacer presque toute sa dette structurée par des emprunts classiques", assure-t-elle. "A cette date, seul un emprunt de ce type, représentant moins de 2% de l'encours total, subsiste encore. En 2015, il est prévu également de le renégocier."

Rédigé par Mélanie Thomas le Vendredi 31 Octobre 2014 à 15:06 | Lu 1113 fois