Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Avis favorable de l'UE pour un vaccin contre la méningite



Avis favorable de l'UE pour un vaccin contre la méningite
GENEVE, 16 nov 2012 (AFP) - Le groupe pharmaceutique suisse Novartis a obtenu un avis favorable du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'UE pour le Bexsero, un vaccin novateur qui protège des conséquences dramatiques du méningocoque B, cause majeure de méningite en Europe.

Dans un communiqué, Novartis ajoute qu'en général, la Commission Européenne suit les recommandations du CHMP et rend sa décision définitive dans un délai de 3 mois. Cette décision s'appliquera à tous les pays de l'Union Européenne (UE) et de l'Espace Économique Européen (EEE).

Une fois l'autorisation de mise sur le marché obtenue, chaque Etat membre évaluera les modalités de remboursement et d'intégration de Bexsero dans leur programme national de vaccinations.

Cette infection provoquée par le méningocoque B est difficile à diagnostiquer et qu'elle peut tuer en l'espace de 24 heures ou laisser de graves séquelles.

Une fois l'autorisation de mise sur marché obtenue, ce vaccin deviendra le premier et unique vaccin contre le méningocoque B qui peut être administré à tous les âges, y compris aux nourrissons à partir de 2 mois.

Le risque d'infection est le plus grand chez les nourrissons.

"Nous sommes fiers de l'avancée majeure que représente Bexsero dans le domaine du développement de vaccins contre ce qui était, jusqu'à présent, une cible vaccinale très difficile à atteindre", a déclaré Andrin Oswald, Directeur de la Division Vaccins et Diagnostics de Novartis.

"Depuis plus de deux décennies, nos chercheurs et cliniciens se sont consacrés à la recherche d'une solution pour prévenir les infections à méningocoque B", a-t-il ajouté.

Aucun vaccin actuellement disponible ne protège largement contre le méningocoque B, qui est à l'origine de plus de 90% des cas d'infections invasives à méningocoque.

Environ 1 personne sur 10 contractant la maladie en meurt malgré la mise en place d'un traitement approprié.

Jusqu'à 1 survivant sur 5 souffrira toute sa vie de séquelles invalidantes telles que : atteintes cérébrales, perte de l'audition ou amputation d'un membre.

"L'infection à méningocoque B est une des causes principales de méningites et de septicémies chez les enfants. Sa progression fulgurante et ses conséquences dramatiques en font l'une des infections les plus redoutées aussi bien par les parents que par les pédiatres", a déclaré le Dr Matthew Snape, consultant en pédiatrie et en vaccinologie au sein de l'Oxford vaccine group, groupe d'experts de l'université d'Oxford.

mnb/pjt/mr

Rédigé par AFP le Samedi 17 Novembre 2012 à 05:57 | Lu 415 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies