Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Aulnay-sous-Bois: un policier mis en examen pour viol, ses trois collègues pour violences



Un policier a été mis en examen pour viol et ses trois collègues pour violences volontaires en réunion après une interpellation au cours de laquelle un jeune homme de 22 ans a été gravement blessé à coups de matraque jeudi, laissant "sous le choc" la cité des 3.000, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).
Jeudi, les quatre fonctionnaires, initialement soupçonnés de "viol en réunion", avaient été placés en garde à vue dans les locaux de la "police des polices". Dimanche matin, le parquet de Bobigny avait ouvert une information judiciaire pour "violences" mais le juge d'instruction chargé de l'enquête a, in fine, décidé de poursuivre l'auteur présumé des coups de matraque télescopique pour "viol".
Les quatre hommes ont par ailleurs été placés sous contrôle judiciaire et trois d'entre eux se sont vus interdire par le juge d'exercer l'activité de fonctionnaire de police. 
Mais, dimanche soir, le ministre de l'Intérieur a décidé d'étendre cette suspension au quatrième policier. Dans un communiqué, Bruno Le Roux  "réaffirme avec la plus grande fermeté sa détermination à voir l'exemplarité et le respect guider en permanence l'action et le comportement des forces de l'ordre".
Dimanche matin, le maire LR de la commune, Bruno Beschizza, avait de son côté dénoncé la requalification des accusations de "viol" en "violences", "vécue comme un détournement de vérité", selon lui.
Gravement blessé au niveau de la zone rectale, le jeune homme, qui a dû être opéré, était toujours hospitalisé dimanche.
Après son transport à l'hôpital d'Aulnay, un médecin avait diagnostiqué à la victime, par ailleurs blessée au visage et au crâne, "une plaie longitudinale du canal anal" et une "section du muscle sphinctérien", et lui avait prescrit 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT). 
Dans un communiqué, le parquet est revenu sur les circonstances de cette interpellation jeudi vers 17H00 à Aulnay : les policiers "procédaient au contrôle de l'identité d'une dizaine de personnes après avoir entendu les cris caractéristiques des guetteurs de points de vente de stupéfiants", explique-t-il. Au cours de cette opération, ils "tentaient de procéder à l'interpellation d'un homme de 22 ans" et, "au regard de la résistance de ce dernier", ont fait "usage de gaz lacrymogène et, pour l'un d'entre eux, d'une matraque télescopique".
 

- 'L'image de la République mise à mal' -

 
Les avocats de l'un des trois policiers accusés de violences, Pascal Rouiller et Sandra Chirac Kollarik, ont expliqué dans un communiqué que ce dernier "récus(ait) toute faute qui lui serait personnellement imputable, et s'était expliqué en garde à vue sur l'usage qu'il a dû faire de la force dans le cadre d'une interpellation qui malheureusement a dégénéré".
Samedi soir, vers 21H00, de brefs incidents ont éclaté dans la vaste cité des 3.000, où une voiture a été brûlée et une tentative d'incendie constatée sur un bus. Des abribus ont également été cassés, et le quartier plongé dans l'obscurité après le sabotage de l'éclairage public. 
Dimanche soir, un important dispositif policier était déployé, comprenant une compagnie de CRS appelée en renfort, selon une source policière.
"C'est un vrai choc, comme on n'en a jamais connu à Aulnay. Théo (le jeune homme blessé) est un citoyen français engagé dans la vie de son quartier, c'est une famille exemplaire", a dit à l'AFP Hadama Traoré, qui a grandi aux "3.000" et vient de fonder un mouvement citoyen, "La révolution est en marche". 
Pour le président PS de la Seine-Saint-Denis, "les conditions de cette interpellation, ses motifs posent de très nombreuses questions". "S'il y a des milliers de policiers qui font correctement leur travail (...), encore trop d'interpellations tournent au cauchemar pour certains jeunes. C'est l'image de la République qui est mise à mal, il est urgent d'y remédier", estime Stéphane Troussel dans un communiqué. 
Dans un communiqué, Dominique Sopo, président de SOS Racisme, a souligné que "les bavures continuent" et a estimé que "les habitants des quartiers populaires ne sont pas des sous-citoyens et la République, dans toutes ses composantes, leur doit le respect."
Début janvier, six mois de prison avec sursis avaient été requis dans une autre affaire contre un policier municipal de Drancy (Seine-Saint-Denis), accusé d'avoir violenté avec sa matraque un homme de 27 ans lors d'une interpellation mouvementée en 2015. 
Le certificat médical établi cette nuit-là avait attesté d'une "pénétration". Le tribunal doit rendre sa décision le 20 février.


avec AFP

le policier a "enfoncé" la matraque "volontairement", affirme Théo

"Il me l'a enfoncée dans les fesses, volontairement" : le jeune homme de 22 ans blessé à coups de matraque lors de son interpellation, jeudi, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a donné lundi sa version des faits enregistrée par son avocat et diffusée par BFMTV, où il évoque également "coups", crachats et "insultes".
Jeudi, vers 17H00, Théo traverse "la place du Cap", au cœur de la cité des 3.000, quand il "croise des jeunes du quartier". "Les policiers arrivent à ma hauteur et disent: +Tous contre le mur+", raconte-t-il dans cet enregistrement audio diffusé par la chaîne d'information. 
"J'ai mes écouteurs, je ne comprends pas ce qui se passe. A leur façon de parler, je me dis: +Ils sont pas là pour rigoler.+ Je me mets contre le mur, tranquillement, et là, un des policiers vient et m'assène un coup", dit-il. 
"Dans le coin où on était, il n'y a pas de caméra (de vidéosurveillance). Je me dis: +Il faut que je me débatte le mieux que je peux pour que j'arrive devant les caméras+", poursuit le jeune homme. 
"J'étais de trois quarts, je voyais ce qu'il faisait derrière moi. Je l'ai vu avec sa matraque: il me l'a enfoncée dans les fesses, volontairement. Je suis tombé sur le ventre, j'avais plus de force, on dirait que mon corps m'avait laissé", décrit-il. 
Ensuite, "ils m'ont mis les menottes et m'ont dit: +Assieds-toi maintenant.+. Je leur ai dit: +Je peux pas m'asseoir, je sens plus mes fesses+".
"Quand ils m'ont mis dans la voiture, ils m'ont mis plein de coups, des patates, m'ont matraqué les parties intimes, m'ont craché dessus, traité de +négro+, +bamboula+, +salope+", ajoute-t-il.
"Arrivé au commissariat, un policier m'a dit: +Assieds-toi.+ Je lui ai dit: +Monsieur, je n'arrive pas à m'asseoir.+ Il m'a dit: +Allonge-toi, on va quand même t'attacher au banc parce que c'est la procédure.+ Là, le policier qui était au commissariat, il a vu que j'étais vraiment mal, il a vu que je saignais beaucoup. Il a dit: +Je pense qu'il faut l'amener se faire opérer, c'est grave+", conclut-il.
Gravement blessé au niveau de la zone rectale, le jeune homme, qui a dû être opéré, était toujours hospitalisé lundi. Il s'est vu prescrire par un médecin de l'hôpital 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Rédigé par RB le Lundi 6 Février 2017 à 05:06 | Lu 296 fois






1.Posté par MAEVA le 06/02/2017 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SCANDALEUX !!! cette histoire

2.Posté par Wiriamu le 06/02/2017 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui scandaleux et incroyable !!!....des policiers de la République qui osent se permettre de tout ! Courageux Théo ! Que justice te soit rendu...

3.Posté par emere cunning le 06/02/2017 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

INADMISSIBLE venant de policiers censés protéger la population, il faut voir la vidéo pour le croire ; en arriver là et à quatre sur ce jeune. Je ne comprends pas qu'ils soient sous contrôle judiciaire et pas en taule.
C'était à prévoir avec l'Etat d'urgence et les nouveaux textes pris en leur faveur, ils se croient tout puissants.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus