Tahiti Infos

3 tahitiens vont participer pour la première fois aux combats de MMA PRO !


3 tahitiens vont participer pour la première fois aux combats de MMA PRO !
James Morohi (au centre sur la photo), Teiki Nautu, Raihere Dudes : Ces trois tahitiens vont aller combattre en Nouvelle Zélande. Ces combats sont organisés par la ICNZ, la « Industry of Combat », la soirée aura lieu le 22 septembre et sera largement couverte par les médias de Nouvelle Zélande, la chaîne sky TV pay-per-view ou encore la radio The Rock.

C’est une grande première pour la Polynésie. Nous en avons encore la preuve cette semaine avec l’engouement suscité par la compétition de Jiu Jitsu Invad 2012 qui aura lieu samedi 25 août à Fautaua. Il faut savoir qu’un autre sport se cache derrière le Jiu Jitsu.

Le MMA (Mixed Martial Arts), Tahiti Infos en avait déjà parlé à l’occasion du séminaire de Sydney Silva à la Tahitian Top Team (TTT). Ce brésilien avait été convié par Tamatoa Parker (à droite sur la photo), président du club TTT. Professeur de Jiu Jitsu, Sydney participe également aux combats de MMA professionnel.

La différence avec le Jiu Jitsu est que le MMA offre la possibilité d’utiliser les pieds et les poings pour donner les coups. Le MMA rencontre actuellement un succès grandissant dans le monde entier et les pratiquants sont de plus en plus nombreux.

De premier abord, les combats peuvent paraître violents voire sanguinolents. Les combattants sont parfois enfermés dans une cage et s’affrontent en trois rounds de 5 minutes avec simplement une minute de repos entre les rounds.

Quasiment tous les coups sont permis et un compétiteur peut gagner par KO, par arrêt de l’arbitre ou par soumission lorsque le perdant « tape » pour avertir qu’il accepte d’avoir perdu.

Comme pour le Jiu Jitsu les clés d’articulation, les étranglements visent à immobiliser l’adversaire et à provoquer son abandon. Il est vrai que les coups au sol peuvent choquer et l’on peut effectivement déplorer la généralisation de la violence dans la société, la « locomotive » de ce phénomène étant sans doute le cinéma holywoodien qui banalise les armes et la violence sous diverses formes.

La pratique du MMA est interdite en France, contrairement aux pays anglo-saxons où il connaît un véritable « boum ». Les sports de combats reconnus voient le MMA forcément d’un mauvais oeil car force est de constater qu’ils perdent des adhérents, bien que dans son interview Syndey précise que pour pouvoir mélanger les arts martiaux il faut d’abord les pratiquer séparément.



Kryss Vairaaroa (à gauche sur la photo) à l’origine de cette première, s’est confié à Tahiti Infos :


Vous existez dans quel cadre ?

« Nous sommes une association de quartier, on pourrait dire, parce que l’on regroupe pas mal de jeunes du quartier de Faa’a. Une association qui s’appelle Te niu papa maohi. Depuis 2004 on s’entraîne par nos propres moyens, on demande une participation aux jeunes pour payer le minimum de charges qu’il y a à payer, sinon les cours sont donnés gracieusement, on a du matériel qui est mis à la disposition des jeunes. »

Ta motivation à relever ce challenge ?

« C’est un sport qui me passionne, on voit que c’est un sport qui évolue et qui se développe sans arrêt. C’est devenu un des sports les plus populaires au monde. Je sais que localement on a le potentiel. On le voit d’ailleurs avec la Tahitian Top Team dont les gars ont gagné des médailles d’or aux championnats du monde de Jiu Jitsu, on le voit aussi avec la combattante de taekwondo qui a été médaillée d’argent aux jeux olympiques, des boxeurs ou kick boxeurs qui brillent à l’étranger, pourquoi pas nous…Pourquoi nous n’aurions pas notre chance alors que nous avons le potentiel. Voilà, il fallait juste se lancer. »

« Les combats sont confirmés mais nous faisons un appel à tout sponsor ou entité compétente pour nous aider pour les billets d’avion que nous n’avons pas encore par manque de moyens, je peux être joint au 71 94 42 »

Article, photo Symon B / Tahiti Infos

Le taux d'accidents selon le sport pratiqué

1. Sports d'équipe 42,9 %, dont :

- football : 70 %
- basket-ball : 10 %
- rugby : 9 %
- handball : 7 %
- volley-ball : 3 %

2. Sports impliquant un véhicule à roues 19,68 %, dont :

- vélo : 74 %
- roller : 18 %
- skateboard : 7 %

3. Sports d'hiver 9,82 %

4. Sports de combat 4,94 %

5. Gymnastique 4 %

6. Sports hippiques 3,76 %

7. Athlétisme 3,7 %

8. Sports nautiques 3,45 %

9. Sports de raquette 3,25 %

10. Autres 4,37 %

Source : Institut de veille sanitaire



3 tahitiens vont participer pour la première fois aux combats de MMA PRO !

Rédigé par Article, photo Symon B / Tahiti Infos le Mardi 21 Août 2012 à 12:05 | Lu 3334 fois