Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



​Vaimalama toujours aussi fondante au Salon du chocolat



PARIS, le 29 octobre 2019 – Miss France a défilé dans une robe en chocolat, designée par la marque du fenua Tahiti Origin by M., à l’occasion de la soirée inaugurale du Salon du chocolat. Comme souvent, la belle de Mahina a conquis le public.

Délicieuse, à croquer… Les qualificatifs gourmands ne manquaient pas  mardi soir à Paris, à l’occasion de la soirée inaugurale du Salon du chocolat, pour saluer Vaimalama Chaves. Dans une robe partiellement confectionnée de chocolat, Miss France a exécuté sur le podium quelques pas de 'ori tahiti et, comme d’habitude, a enchanté les quelque 2 000 personnes présentes dans la salle. « C’est un rêve de petite fille » lâche tout sourire la belle en coulisse après le défilé. Même si elle avoue « manger rarement du chocolat » elle fait parler encore une fois son humour dévastateur en affirmant qu’elle a adoré « porter du chocolat devant… ses tablettes de chocolat ! » faisant référence à ses abdos, que l’on devine évidemment charmants…

Cette robe, c’est Tahiti Origin by M. qui s’est chargé de la réaliser pour Vaimalama. « Une façon de mettre en avant la Polynésie française » se réjouit Miss France qui n’a pas hésité une seconde quand Morgane Richard lui a demandé de porter ce costume. Pour la fondatrice de Tahiti Origin, à travers cette parure, « l’idée était que la Polynésie française soit reconnue à l’international comme pays producteur de cacao » aux côtés, mardi soir, de la Côte d’Ivoire, du Pérou, du Cameroun et des Philippines. Et, pour cela, quoi de mieux qu’un costume de danse traditionnelle. Mais pour le transformer en chocolat, pas facile ! « Il a fallu le "designer", explique Morgane. Et aussi trouver quel chocolat et quelle couleur de chocolat utiliser… »

Au final, elle a éprouvé « une grande émotion et beaucoup de fierté ». Mais aussi « beaucoup de stress », « quelques collages au dernier moment », sans compter une ultime consigne de Sylvie Tellier, directrice générale du comité Miss France, qui demande quelques heures avant le show, qu’on masque un peu plus le ventre de Vaimalama ! Y aurait-il quelque chose à cacher ? Nul ne le sait…

Sur scène, la robe fait un bel effet : la ceinture, les motifs en chocolats noir ou au lait qui ornent le bustier et la coiffe entièrement comestible sont aussi impressionnants que le collier en grosses perles de chocolat noir. Et quand on lui demande quelle sensation cela fait de porter un tel costume, Vaimalama use de son habituelle répartie : « On se sent désirable ! » Elle avouera même qu’avec le froid ambiant, « mon corps a réagi, il chauffe un peu, du coup le chocolat fond ». Nous aussi. 

Bientôt une ferme modèle pour relancer la filière cacao

En prenant part pour la première fois au Salon du chocolat à Paris, Morgane Richard poursuit son ambition de faire revenir la Polynésie française dans le cercle des pays producteurs de cacao. « On veut montrer aux gens la diversité du goût du chocolat. Le cacao de Tahiti a une spécificité bien à lui et c’est intéressant pour nous de bien travailler autour du terroir et faire ressentir comment vit le chocolat. » Depuis février, avec sa marque Tahiti Origin by M., elle produit du chocolat 100 % made in fenua. Enfin presque : « Pour l’instant la production de fèves de Tahiti n’est pas suffisante. Donc on fait venir des fèves des îles Salomon et du Vanuatu. Ça reste du cacao du Pacifique ». Mais depuis qu’elle a lancé son aventure, elle suscite des vocations. « Les gens m’appellent des Gambier, des Marquises : ils veulent planter leurs cacaoyers. Nous voulons relancer la filière et travailler avec les Polynésiens pour replanter. L’idée c’est de les accompagner.» Et de faire renaître une production qui n’a plus été structurée depuis plus de 60 ans. Dans la ferme modèle qu’elle est en train de lancer elle projette d’y former les Polynésiens à la culture du cacao pour assurer une production, « qui ne sera jamais industrielle » assure-t-elle. Pour rester authentique.   


Rédigé par Gabriel Luchon (avec AA) à Paris le Mercredi 30 Octobre 2019 à 07:46 | Lu 5541 fois





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Août 2020 - 11:26 Cinq nouveaux cas Covid confirmés depuis mardi

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus