Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



​Teiva Manutahi à la tête d’une future Délégation contre la délinquance juvénile



Tahiti, le 7 février 2020 - L'ancien leader politique de Porinetia Ora, désormais proche du Tapura, et ancien « médiateur » du Pays entre 2014 et 2016, Teiva Manutahi, va prendre la tête d'une délégation pour lutter contre la délinquance juvénile. Les syndicats en place à la DSFE dénoncent le débauchage d'agents des affaires sociales et taclent un « remerciement » politique.

Le projet est dans les tuyaux depuis plusieurs mois au gouvernement, mais c’est à l’occasion de la conférence de presse de l’intersyndicale de la DSFE qu’il a été évoqué vendredi matin pour la première fois publiquement. Le président Edouard Fritch entend confier à l’ancien leader politique de Porinetia Ora et ancien « médiateur » du Pays, Teiva Manutahi, une délégation interministérielle à la délinquance juvénile. Agent social de l’antenne de la DSFE de Papeete, Teiva Manutahi s’était déjà rapproché du Tapura lors des dernières territoriales. Il avait même été ponctuellement présent sur la liste du parti d’Edouard Fritch, avant d’en être retiré en raison de son inéligibilité de trois ans prononcée en 2015 par le Conseil constitutionnel pour non présentation de son compte de campagne dans les délais lors des dernières élections sénatoriales. Et depuis plusieurs jours, Teiva Manutahi a confirmé sa proximité avec le Tapura en battant la campagne des municipales à Faa’a avec le candidat du parti, Jean-Christophe Bouissou, et la ministre en charge des Affaires sociales, Isabelle Sachet. « On va mettre les pieds dans le plat. Il faut remercier quelqu’un qui n’a pas pu être mis sur la liste », a tancé vendredi matin le cadre de A Ti’a i Mua, Yves Laugrost.

« On va mettre les pieds dans le plat. Il faut remercier quelqu’un qui n’a pas pu être mis sur la liste », a tancé vendredi matin le trésorier de A Ti’a i Mua, Yves Laugrost. Visiblement très remontés contre la création de cette délégation, les agents de la DSFE dénoncent surtout le fait que Teiva Manutahi débauche les membres de sa future délégation au sein de la DSFE alors même qu’ils réclament plus d’agents au Pays depuis plusieurs mois. « On entend que c’est parce qu’on n’arrive pas faire de prévention qu’il y a cette délégation. Mais c’est justement parce qu’on manque déjà de moyens qu’on n’arrive pas à mener à bien toutes nos missions », regrette la représentante A Ti’a i Mua de la DSFE, Claudine Laugrost. « On a eu écho qu’il y aurait trois postes de la DSFE qui partiraient pour cette délégation. Et ce ne seraient pas les seuls. On sait qu’il y en a d’autres qui la rejoindraient. Nous ne sommes pas contre le principe de la création d’une telle délégation, mais il y a des principes qui sont bafoués. On vient déshabiller Paul pour habiller Jacques », dénonce l’agent de la DSFE de Taiarapu, Titaina. « On est là à crier notre désarroi par rapport à notre manque de personnel et on vient nous enlever des postes. Et ça on ne peut pas l’entendre. »
 
Côté Pays, on affirme que cette délégation doit permettre « d’amplifier les missions de la DSFE » et notamment de permettre davantage de « travail de terrain » pour s’occuper de la jeunesse.

Rédigé par Antoine Samoyeau le Vendredi 7 Février 2020 à 16:08 | Lu 4448 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus