Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



​Tea Frogier : "Le texte sur la péréquation est prêt"



Tahiti, le 10 février 2020 – En marge de sa conférence de presse de présentation de l’Observatoire polynésien des énergies jeudi dernier, la ministre en charge de l’Energie, Tea Frogier, a annoncé que le texte très attendu sur la péréquation des tarifs de l’électricité en Polynésie française était « prêt » en interne, et qu’il serait très prochainement transmis pour avis aux communes et aux opérateurs privés.
 
C’est l’une des réformes les plus attendues du gouvernement depuis ces cinq dernières années. Le projet de loi du Pays sur la péréquation des tarifs de l’électricité sur l’ensemble de la Polynésie française est « prêt », selon la ministre en charge de l’Energie, Tea Frogier. C’est la ministre elle-même qui l’a annoncé à Tahiti Infos la semaine dernière, en marge de sa conférence de presse sur les chiffres de l’Observatoire polynésien des énergies. « Les équipes du ministère de l’Energie, du Service de l’énergie et d’autres services de notre administration –parce qu’il y a un gros volet financier et fiscalité– ont travaillé sur un texte pour la péréquation. Le projet de texte est prêt et finalisé en interne. C’est à dire que les équipes ont travaillé sur le principe d’une péréquation, d’un tarif unique et des modalités à mettre en place. Ce qui est prévu, c’est qu’on puisse transmettre ce projet de texte aux opérateurs concernés, c’est à dire principalement les communes et les opérateurs privés comme EDT-Engie par exemple, pour qu’ils jettent un œil et qu’ils nous fassent un retour », a déclaré Tea Frogier.
 
Attendu depuis 2015, lors de la sortie du plan de transition énergétique du Pays, le projet de mise en place d’une péréquation des tarifs de l’électricité doit permettre d’élaborer un mécanisme de compensation des coûts des tarifs de l’électricité entre les différentes îles de la Polynésie française. Le dispositif est réclamé à la fois par les communes –compétentes en matière d’énergie– et par les opérateurs privés qui pestent à chaque renouvellement de concession en matière d’énergie contre l’absence de visibilité sur le coût réel de production de l’électricité. On l’a encore constaté la semaine dernière avec l’appel d’offre pour la concession de Moorea-Maiao, reporté à juillet dans l’attente du texte sur la péréquation. Selon Tea Frogier, le projet de loi du Pays devrait être présenté à l’assemblée dans le courant de l’année 2020.

Et les négociations sur l’avenant 19 ?

La ministre s’est également exprimée sur un autre sujet d’actualité dans le secteur de l’énergie. Depuis un an, le Pays et EDT-Engie discutent d’un « avenant 19 » au contrat de concession pour Tahiti Nord valable jusqu’en 2030. Cet avenant doit intégrer la « dette » d’au moins 1,850 milliard de Fcfp de la Polynésie envers son concessionnaire, à la suite du manque à gagner d’EDT-Engie lors de toute la période pendant laquelle le Pays a refusé d’augmenter les tarifs de l’électricité malgré ses obligations contractuelles entre les 2016 et 2018. Selon les termes de « l’avenant 18 » passé début 2019, ce nouvel avenant 19 devait être conclu avant le 15 août 2019, sans quoi la dette d’EDT-Engie devenait exigible « sans délai ». Les discussions ont visiblement traîné et la dead-line a été largement dépassé, mais les négociations se poursuivent et devraient aboutir dans le courant de l’année, selon la ministre.
 
« Nous n’avons pas de point de blocage. Nous sommes sur une concession qui date de 1960 avec notamment des discussions sur le dimensionnement des ouvrages, par rapport aux obligations du concessionnaire », explique Tea Frogier. « Le concessionnaire a une obligation de puissance garantie à assurer et cela implique qu’en terme d’investissement, de renouvellement ou même de modernisation des installations –et notamment sur la partie thermique de la centrale au niveau des moyens de production–  il y a un certain nombre de choix à faire. Et pour cela nous avons encore besoin d’avoir des études avec des chiffres et données qui vont nous permettre de trancher. Je pense qu’on tombera d’accord dans le courant de l’année. Nous avons un contrat qui court jusqu’en 2030. L’objectif c’est donc en 2020 de prendre cet avenant 19 pour clarifier certaines choses et en dépoussiérer d’autres. »

Rédigé par Antoine Samoyeau le Lundi 10 Février 2020 à 19:16 | Lu 2008 fois





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 24 Mai 2020 - 21:58 Oscar Temaru : "C'est de l'acharnement"

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus