Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


​Taputapuatea cherche son fournisseur d’électricité



Crédit photo : commune-taputapuatea.com
Crédit photo : commune-taputapuatea.com
A Raiatea, le 15 avril 2021 - Taputapuatea, la commune de Thomas Moutame, vient de déposer son appel d'offres pour sa fourniture en énergie électrique au terme de la concession avec EDT-Engie prévu en septembre prochain. D’autres communes des Raromatai sont concernées par cette échéance de concession, et évoquent un regroupement afin de gérer ce dossier complexe du renouvellement de la délégation du service public de l’électricité. Le tāvana souhaite prioriser les énergies renouvelables sur Taputapuatea.
 
Thomas Moutame, maire de Taputapuatea, a déposé le 12 avril son appel d'offres pour la fourniture en énergie électrique de sa commune, la concession avec EDT-Engie arrivant à son terme au mois de septembre. Les candidats disposent de 30 jours pour soumissionner. Sur les Raromatai, la commune de Taha’a a précédé Taputapuatea avec son appel d’offres de renouvellement de concession lancé l’an passé, mais il reste encore Huahine et Tumara’a, sachant que la date butoir est la même pour les quatre communes, ayant le même concessionnaire. Si toutes ont déjà fait reporter d’une année l’échéance, initialement prévue en septembre 2020, Taputapuatea souhaite un nouvel avenant de report dans l’hypothèse d’un appel d’offres infructueux. Seul souci de ce scénario, la législation ne permet pas de report supplémentaire. Le cahier des charges est actuellement entre les mains d'un bureau d'étude de Tahiti qui a déjà réalisé un audit.
 
Du côté des quatre communes concernées, on évoque l'intérêt d'un regroupement dédié au service public de l’électricité sur leur territoire, leur permettant de bénéficier d’un levier de négociation des conditions des futures concessions, à l'instar du SECOSUD à Tahiti. Le nombre de soumissionnaires aux appels d’offres donnera une indication quant à leur possibilité de négocier ensuite avec un interlocuteur unique. L’intérêt n’est pas que pratique, mais aussi financier, car selon les rapports du délégataire EDT-Engie pour l’année 2019, le chiffre d’affaires annuel de chaque concession était respectivement de : 118 millions FCFP pour Tumaraa, 170 millions FCFP pour Taputapuatea, 239 millions FCFP pour Tahaa, et 276 millions FCFP pour Huahine. De quoi susciter des vocations de concessionnaire.
 
Vers des énergies renouvelables
 
Les maires sont aussi soucieux, outre de tenter de gagner quelques subsides sur les futures concessions, de substituer les énergies renouvelables aux énergies fossiles. A ce sujet, le tāvana Moutame, ancien ministre de l’Agriculture, place ses espoirs de croissance énergétique verte dans son projet agrisolaire baptisé Vanī-Rā, qui vise à ériger des serres de vanille dont les toits seraient couverts des panneaux solaires. Cette énergie serait réinjectée en journée dans le réseau public d’électricité de Taputapuatea. Porté en partenariat avec la société Akuo, ce projet comportera des batteries de stockage, afin de ne pas mettre en danger le placement de l’énergie photovoltaïque sur le réseau électrique en cas de passage nuageux, car la commune ne comptait que 9 installations solaires raccordées au réseau à fin 2018, donc sans grande incidence sur la production globale. Le tāvana est confiant, arguant des économies en termes de consommation d’hydrocarbures, là où la centrale alimentant Taputapuatea et Tumaraa a nécessité 2,476 millions de litres de gazole et 10 132 litres d’huile en 2019, selon les chiffres EDT-Engie.
 
Le projet Vanī-Rā étant prévu pour 2022, sa concrétisation n’impacte pas la problématique de renouvellement de concession à laquelle font face les quatre communes. Car regroupement ou pas, l’absence de désignation d’un nouveau concessionnaire d’ici septembre se traduira pour chacune par l’obligation légale de reprise de la concession, avec les moyens matériels et humains qui y sont affectés. Un coût difficilement supportable pour des finances communales éprouvées par la crise COVID, qui devront en plus régler au concessionnaire sortant non reconduit une indemnité de fin de concession.  Selon le rapport du délégataire EDT-Engie sur l’exercice 2019, cette indemnité s’élevait à 60,6 millions de Fcfp pour Taputapuatea.   
 

Exemple de projet de ferme agrisolaire en Nouvelle-Calédonie
Exemple de projet de ferme agrisolaire en Nouvelle-Calédonie

Rédigé par JPM le Jeudi 15 Avril 2021 à 16:41 | Lu 1574 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus