Tahiti Infos

​Le maintien de l’emploi en trompe-l’œil en 2020


Tahiti, le 16 août 2021 - L’enquête emploi 2020 constate le maintien du taux d’emploi à 53% l’année dernière et une baisse de 2,3 points du taux de chômage. Des chiffres que l’ISPF invite à relativiser en raison du caractère saisonnier des observations et de l’incidence des aides publiques à l’emploi.  
 
En 2020, “la baisse du taux de chômage de 2,3 points par rapport à 2019 est en grande partie liée aux aides des acteurs publics”, constate l’Institut de la statistique en Polynésie française (ISPF) sur la base des données recueillies au troisième trimestre 2020 par l’enquête Emploi en Polynésie française. “L’importance du caractère saisonnier de cette enquête incite à la plus grande prudence quant à son interprétation”, prévient l’ISPF dans un bulletin publié mardi dans la collection Points études et bilans.

Ainsi, le taux d’emploi progresse en 2020 d’un point par rapport à 2019, pour s’établir à 53%. La baisse observée du taux de chômage de 2,3 points (10,5%) “est en grande partie liée aux aides des acteurs publics”. Pour endiguer les destructions d’emplois liées à la crise Covid, le gouvernement a mis en place dès avril 2020, plusieurs dispositifs (Diese, Deseti, CAES) pour accompagner les personnes ayant perdu leurs emplois ou n’ayant pas pu travailler durant la période de confinement. De plus, la création de convention d’insertion sociale (CIS) en complément des CAE déjà existants (revenu de subsistance en contrepartie de travaux d’intérêt général et de solidarité) a permis à 5 700 personnes de bénéficier de contrats aidés, particulièrement dans le secteur public, soit 2 100 de plus qu’entre mai et juillet de l’année précédente, période de l’enquête Emploi en 2019.
 
Les femmes et les jeunes à la peine
 
L’enquête Emploi 2020 constate ainsi au troisième trimestre 2020 que la population active s’est maintenue au fenua à 109 400 personnes âgées de 15 à 64 ans. Plus de 2 000 nouvelles personnes ont eu un emploi souvent non salarié ou précaire. Mais dans le même temps, 2 100 personnes ont quitté le chômage et son halo pour gonfler la part des inactifs ne souhaitant pas travailler, attentistes face à un contexte économique et sanitaire morose. Des inactifs hors halo, c’est-à-dire sans travail et ne souhaitant pas travailler, qui étaient au nombre de 55 800 lorsque l’enquête a été conduite.

Autre tendance confirmée par l’enquête Emploi 2020 : “L’accès au marché de l’emploi pour les femmes et les plus jeunes demeure difficile”. Les taux d’emploi et d’activité des femmes s’établissent ainsi à 44,9% (-0,2 point) et 52,2% (-1,6 point), soit en retrait de 16,2 et 14 points par rapport à ceux des hommes, alors que ces écarts sont de l’ordre de 6,3 points en France hexagonale. Le taux de chômage des femmes est également nettement supérieur à celui des hommes, 14% contre 7,7%.
Enfin, le critère de l’âge paraît le plus discriminant. Trois emplois sur dix occupés par les 15 à 29 ans sont considérés comme fragiles contre moitié moins pour les 30 ans et plus. Dans ce contexte, les jeunes diplômés de l'enseignement supérieur arrivent encore à tirer leur épingle du jeu. Huit sur dix sont en emploi.

> Source : ISPF - Point de conjoncture n°1264

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mardi 17 Août 2021 à 15:44 | Lu 930 fois