Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



​Le confinement prolongé jusqu’au 29 avril



Tahiti, le 9 avril 2020 – La prolongation des mesures de confinement général de la population et de couvre-feu en Polynésie française jusqu’au 29 avril prochain a été annoncée jeudi en fin de matinée à la résidence du haut-commissaire, au cours d’une allocution commune du représentant de l’Etat en Polynésie française, Dominique Sorain,  et du président du Pays, Edouard Fritch. Quelques annonces ont été faites, notamment sur l’arrivée prochaine de renforts militaires au fenua.
 
L’annonce était attendue, mais pas forcément aussi tôt. Jeudi en fin de matinée, le haut-commissaire Dominique Sorain et le président du Pays Edouard Fritch ont organisé une allocution commune pour annoncer la prolongation de deux semaines des mesures de confinement général de la population et du couvre-feu en Polynésie française. Initialement prévu jusqu’au 15 avril, le confinement est donc prolongé dans les mêmes conditions que celles prévues actuellement jusqu’au mercredi 29 avril. « Je confirme également qu’à ce stade, il n’est pas envisagé de rétablir la circulation aérienne et maritime pour les passagers entre les îles », a précisé le haut-commissaire.
 
Des « adaptations » en « discussion » pour les îles
 
Compétent en matière de sécurité en Polynésie française, le haut-commissaire a expliqué que la décision était motivée par la progression « lente mais régulière » du coronavirus au fenua. Une progression qui, pour Dominique Sorain, « doit nous inviter à une vigilance absolue et à poursuivre le combat dans la durée ». Toutes les dispositions imposées jusqu’ici dans le cadre du confinement sont donc maintenues, y compris la vente d’alcool suspendue désormais jusqu’au 29 avril. Seul brèche entrevue pour l’heure : « des adaptations pourront être envisagées dans les îles en fonction de la situation sanitaire propre à chaque île », a précisé le haut-commissaire. Des discussions doivent se tenir avec le Pays et les tavana la semaine prochaine « pour définir une adaptation de ce dispositif dans les îles qui à ce stade n’ont pas été touchées par le virus ».
 
50 000 contrôles
 
Le représentant de l’Etat s’est félicité de ce que les mesures de confinement soient « globalement bien suivies » en Polynésie française. Il a d’ailleurs tenu à remercier les Polynésiens « qui majoritairement suivent ces mesures, à l’exception de quelques personnes ». Le haut-commissaire a rappelé qu’il était nécessaire d’avoir une bonne raison pour sortir. « Faire ses courses ne doit pas être une occasion de sortie familiale, mais seulement un moyen de se ravitailler. » Saluant l’action des forces de sécurité, il a annoncé déjà « plus de 50 000 contrôles effectués » et « un nombre conséquent de verbalisations ».
 
L’activité économique « doit continuer »
 
Tour à tour, Dominique Sorain et Edouard Fritch ont insisté sur l’importance de la poursuite de l’activité économique malgré les mesures de confinement. Ceci « pour limiter les impacts de la crise » mais « dans le strict respect de la protection des salariés, des professionnels et des clients », a appelé de ses vœux le haut-commissaire, encourageant le secteur de la construction à « poursuivre ses chantiers avec une organisation du travail adaptée » et les professionnels « agriculteur, coprahculteur ou pêcheur » à continuer leurs activités.
 
Dans le même objectif, le président Edouard Fritch a souhaité que « notre pays continue de vivre et d’assurer des services compatibles avec les consignes de barrières et de protections sanitaires » Grâce notamment aux masques et matériels médicaux arrivés de Chine, le président a annoncé que les communes des îles du Vent et des îles Sous-le-vent bénéficieront d’un quota de masques pour leur personnel en contact avec la population. « Nos îles doivent être ravitaillées. Les navires qui desservent nos archipels, Marquises, Tuamotu, Australes et Iles sous le vent, ne fonctionneront que pour du fret », a également précisé Edouard Fritch, indiquant que « les sociétés de transports maritimes interinsulaires ont également bénéficié d’une dotation de masques ».
 
Des militaires arrivent en renfort
 
Parmi les autres annonces d’actualité, le haut-commissaire a indiqué que le premier vol organisé au titre de la continuité territoriale arrivait samedi avec 25 tonnes de « matériel médical et de produits pharmaceutiques ». Et il a également indiqué que si rien ne pouvait être fait pour la majorité des résidents polynésiens bloqués à Paris, une « priorité » serait tout de même donnée au retour des personnes « qui ont fait l’objet d’une évacuation sanitaire sur la métropole ». « Je me réjouis que le prochain vol de continuité prévu la semaine prochaine, pourra rapatrier les évasanés polynésiens en fin de traitement à Paris, ceux en particulier logés à la résidence de Vitry et à la résidence de Bagneux », a indiqué Edouard Fritch dans son allocution. « L’antenne CPS de Paris suit leurs dossiers. Ils sont 22 personnes et 5 accompagnateurs. Nous les reverrons bientôt. »
 
Mais surtout, le haut-commissaire a annoncé l’arrivée prochaine en Polynésie de « renforts militaires » avec notamment une équipe spécialisée dans la « décontamination des avions et du matériel ». Un avion de transport militaire A400M de grande capacité sera également envoyé en Polynésie pour une durée d’un mois. Ceci pour permettre de rallier les îles et effectuer au besoin des évasans de longue distance.
 
Un « gros dossier » pour la trésorerie du Pays
 
Notons qu’en fin d’allocution, le haut-commissaire a fait le récapitulatif des mesures prises côté Etat pour l’accompagnement des Polynésiens et des entreprises polynésiennes pendant la crise : crédits BPI, fonds de solidarité et accélération des versements aux communes et au Pays. Mais surtout, Dominique Sorain a annoncé : « Nous sommes en train de travailler sur un gros dossier pour soutenir la trésorerie du Pays. C’est un dossier qui connaîtra des développements dans les jours qui viennent ». Pas plus d’information sur ce sujet, mais on se souvient que le Pays avait rapidement demandé à l’Etat une avance de trésorerie d’au moins 10 milliards de Fcfp dès les premiers jours de la crise. Affaire à suivre.


Rédigé par Antoine Samoyeau le Jeudi 9 Avril 2020 à 16:04 | Lu 13776 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus