Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


​Le climat des affaires s’améliore au 3e trimestre



Tahiti, le 1er décembre 2020 - Une amélioration de la situation des entreprises est observée au troisième trimestre en Polynésie par l’Institut d’émission d’Outre-mer. L’indicateur du climat des affaires, qui s’était établi à 80,3 au deuxième trimestre progresse de 18,5 points et tend à se rapprocher de sa moyenne de longue période (98,8).

Une amélioration de la situation des entreprises polynésiennes est constatée par l’institut d’émission d’Outre-mer dans l’analyse des tendances conjoncturelles au troisième trimestre 2020, publiée mardi. L’indicateur du climat des affaires, qui s’était effondré à 80,3 au deuxième trimestre progresse de 18,5 points et tend à recoller avec sa moyenne de longue période (98,8).
Ce rebond de l’ICA résulte principalement de l’amélioration de l’activité constatée par les entreprises et de leurs anticipations moins défavorables pour le dernier trimestre de 2020.

Reprise sur le marché de l’emploi 
Après une baisse de 16,3 points en glissement annuel à la sortie du confinement, l’Indice de l’emploi salarié remonte et se stabilise au troisième trimestre à 7,2 points en dessous de son niveau enregistré à la même période en 2019. Les entrepreneurs ayant répondu à l’enquête de conjoncture qui, s’ils n’ont pas été contraints de diminuer leurs effectifs autant qu’ils le craignaient, continuent d’envisager des redimensionnements de leurs équipes durant le dernier trimestre 2020.

La consommation redémarre
Interrogés par l’IEOM, les commerçants constatent un regain d’activité au troisième trimestre marquant le redémarrage de la consommation. Néanmoins, tous n’en profitent pas de la même façon. Les grossistes de produits alimentaires ont importé autant que l’année précédente (-0,5 %), mais les importations de biens de consommation non alimentaires sont en recul de 6,2 %.
Cette reprise ténue se répercute sur les crédits à la consommation dont l’encours progresse légèrement (+0,7 %) entre la fin du mois de juin et la fin du mois de septembre. Les ventes de véhicules de tourisme neufs reprennent elles-aussi et augmentent de 39,9 % sur la période.

Timide reprise de l’investissement
Attentives à l’évolution de la conjoncture, la majorité des entreprises conservent des prévisions d’investissement réduites pour les douze prochains mois, dans un contexte de trésorerie tendue.
À l’inverse, comme en témoigne une augmentation régulière de l’encours des crédits à l’habitat pour les particuliers (+6,3 % en glissement annuel au troisième trimestre), les ménages semblent pour l’heure maintenir leurs projets immobiliers.
Enfin, la reprise d’activité a permis la réouverture des chantiers publics. La direction de l’équipement voit ainsi ses dépenses liquidées augmenter de 59,8 % (CVS) sur le trimestre pour atteindre les 2,4 milliards de Fcfp alors que l’enseignement secondaire a liquidé 400 millions de Fcfp (+200 %).

L’activité pénalisée à l’export
Les entrepreneurs du secteur de l’industrie interrogés par l’IEOM constatent au troisième trimestre un niveau d’activité meilleur qu’ils ne l’avaient anticipé. Mais, ils restent circonspects et n’attendent pas d’amélioration pour les mois à venir. Les filières particulièrement dépendantes des exportations se heurtent à une diminution des débouchés. Également tributaire du transport international, l’industrie agroalimentaire enregistre une baisse de 31,9 % de ses exportations sur un an.
Les professionnels du secteur primaire observent une certaine amélioration de leur activité. Les filières avec une forte activité à l’export sont très sinistrées par rapport au troisième trimestre 2019, à l’instar de la vanille (-60,6 %) ou du poisson (-46,9 %).
Les exportations de perles bénéficient de la suspension du droit spécifique de la perle à l’export et de la reprise des vols internationaux. Une reprise d’activité est observée dès le mois de juillet. Mais, au troisième trimestre, leur valeur enregistre un recul de 48,7 % sur un an, avec un prix moyen au gramme de 370 Fcfp contre 530 Fcfp en 2019.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mardi 1 Décembre 2020 à 14:45 | Lu 5505 fois





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 26 Janvier 2021 - 16:31 Importations, ça bouchonne

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus