Tahiti Infos

Vols à Moorea, le ras-le-bol


La plage publique de Tiahura fait partie des endroits où les baigneurs ont tout intérêt à garder un œil sur leurs affaires. 
La plage publique de Tiahura fait partie des endroits où les baigneurs ont tout intérêt à garder un œil sur leurs affaires. 
Moorea, le 13 décembre 2022 – Les vols sont en recrudescence à Moorea et les habitants de l'île saturent. Une problématique qui est pourtant prise à bras le corps par les forces de l'ordre qui ont encore arrêté, le 15 novembre dernier, quatre mineurs soupçonnés d'être impliqués dans une vingtaine de vols. Le travail des gendarmes ne satisfait pourtant pas la population. Selon de nombreux témoignages de victimes, qu’elles soient résidentes, responsables de commerces ou visiteurs, ce sont des jeunes qui sont mis en cause, parfois des mineurs de certains districts. Des administrés qui s’estiment particulièrement impuissants face à ce fléau.
 
Depuis quelques semaines, voire quelques mois, les vols se répètent sur l’île de Moorea où les témoignages affluent dans différentes communes. À chaque vol constaté, les victimes, qu’elles soient responsables de structures touristiques, propriétaires de commerce, visiteurs ou résidents, pointent majoritairement du doigt des jeunes de certains districts. Elles s’estiment impuissantes face à fléau, après que leurs plaintes déposées à la gendarmerie nationale n’ont, selon eux, donné “aucune suite”.
 
Contacté sur le sujet, le procureur de la République, Hervé Leroy, indique avoir conscience de cette problématique. Il insiste sur le fort engagement des gendarmes. Notons en effet que le 15 novembre dernier, quatre mineurs ont été interpellés car soupçonnés d'avoir commis une vingtaine de vols à la roulotte au Belvédère., D’autre part, pas plus tard que lundi en fin d’après-midi, un multirécidiviste a été arrêté à Haapiti. Déjà connu des forces de l’ordre, il sera poursuivi dans le cadre de plusieurs cambriolages. Et rappelons qu’en mars dernier, nous relations dans nos colonnes un vaste coup de filet de la gendarmerie qui avait mené à l’arrestation de 32 cambrioleurs à Moorea.
 
Pourtant, les habitants de Moorea font part de leur ras-le-bol. Et les histoires de vols à la roulotte ou de cambriolages sont légion. C’est le cas d’une pension de famille à Pihaena qui s’est récemment fait cambrioler. Les victimes, membres d’une association américaine de jeunesse, profitaient en soirée du bar et de la plage de la pension lorsque des jeunes se sont introduits dans leur chambre pour leur voler de l’argent et des vêtements. “Tous les ans, on a quelques vols chez nous. Ces voleurs font la ronde la nuit et viennent voler chez nous dès qu’ils ont une opportunité de le faire. On a appelé les gendarmes, mais ce ne sert à rien. On voit bien que les vols continuent à augmenter. Cela donne une très mauvaise image pour notre destination”, s’insurge un membre du personnel de cette pension.
 
D’autres exemples récents ont été relatés dans le district de Paopao. Il s’agissait cette fois d'un commerce et de la crêperie Cook Café, tous deux victimes d’un cambriolage. Là encore, les accusations se tournent vers les jeunes du district. “J’ai été deux fois cambriolé. La première, ils nous ont volé 40 000 Fcfp de pourboires que les filles ont comptabilisés la veille. Ils ont aussi volé deux billets de 10 000 Fcfp, de la bière et d’autres boissons. Ils ont également saccagé l’intérieur pour chercher de la nourriture. La deuxième fois, ils n’ont pas réussi à nous dérober vu que j’ai renforcé l’entrée en mettant des verrous supplémentaires”, raconte Mattieu Castellani, le gérant de la crêperie. Il ajoute que “c’est regrettable que ces jeunes aient été relâchés aussitôt avoir été présentés à un juge du fait qu’ils sont mineurs. On devrait leur faire faire des travaux d’intérêts généraux, comme le nettoyage des bords de route, et réintroduire le service militaire.”
 
“Une mauvaise image pour les touristes”
 
Du côté de la vallée de Opunohu, ce sont les touristes ainsi que les randonneurs qui sont plus particulièrement ciblés. Selon de très nombreux témoignages, les vols sont en effet fréquents, notamment sur le parking du Belvédère et celui situé près du marae Tetiiroa.

Ce qui inquiète forcément les professionnels du tourisme comme en témoigne Spirou Thébaud, guide touristique de l’île : “On entend parler de vols depuis les mois de juin-juillet dans les voitures des gens qui s’arrêtent pour aller se promener à pied. On le constate puisqu’on voit plein de débris de verre [provenant des vitres de voitures] sur les parkings. À une période, il y a eu des vols presque tous les jours. Les voleurs savent que les voitures vont rester là un bon moment. Ils prennent donc les affaires qu’ils trouvent dans les voitures comme les sacs ou les chaussures. C’est vraiment une mauvaise image pour les touristes”, regrette-t-elle.
 
Au-delà de Opunohu, les touristes doivent également faire face aux risques de vols dans le district de Tiahura. Cette fois, ce sont les vacanciers ainsi que les croisiéristes des grands paquebots qui viennent profiter de la plage publique de Tiahura le temps d’une journée qui seraient ciblés par les voleurs, à en croire certains témoignages recueillis sur place. Des vols ont en effet été récemment constatés pendant que les victimes se baignaient en mer.
 
Récemment, d’autres vols ont été commis dans au moins deux résidences à Tiahura ainsi que dans une habitation privée non loin de la plage publique. “Le problème est que les policiers relâchent ces voleurs juste après les avoir attrapés. Ces derniers en profitent alors pour voler encore”, regrette une commerçante de Tiahura. Outre les structures touristiques et les commerces, des cambriolages sont régulièrement constatés dans les habitations privées autour de l’île et sur les autres plages publiques, en particulier celle de Temae.

À lire aussi : Une vague d'arrestations de 32 cambrioleurs à Moorea

Rédigé par Toatane Rurua le Mercredi 14 Décembre 2022 à 16:29 | Lu 4046 fois