Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Vodafone bientôt fournisseur d'accès à l'internet fixe ?



Le tribunal administratif a examiné ce mardi la demande de Vodafone d'obtenir une licence de fournisseur d'accès à internet, en contestation d'un refus du gouvernement.
Le tribunal administratif a examiné ce mardi la demande de Vodafone d'obtenir une licence de fournisseur d'accès à internet, en contestation d'un refus du gouvernement.
PAPEETE, le 12 juin 2018 - Le tribunal administratif pourrait obliger le Pays à accorder à Vodafone une licence de fournisseur d'accès à l'internet fixe d'ici un mois. Avec trois opérateurs télécoms en concurrence frontale, le marché devrait devenir très animé en fin d'année...

Une nouvelle grande vague de concurrence est en vue sur le marché télécoms polynésien. Ce mardi 12 juin, le tribunal administratif examinait une demande de Pacific Mobile Telecom (Vodafone Polynésie), qui espère obtenir une licence de fournisseur d'accès à internet (FAI), ce qui lui permettrait de commercialiser des offres internet fixe et encore améliorer la qualité de son service d'internet mobile (voir interview).

Devant les juges, le rapporteur public a complètement démonté les arguments avancés par le Pays pour justifier le refus d'accorder de cette licence. Dans ses conclusions, il a logiquement demandé à la justice d'obliger le conseil des ministres à accorder sa licence de FAI à Vodafone dans les 30 jours à compter de la publication de la décision du tribunal. Cette décision sera rendue d'ici 2 à 4 semaines.

Le même jour, le tribunal administratif publiait sa décision concernant la demande d'un autre opérateur, Viti, qui fait le chemin inverse. Le FAI a obtenu de la justice qu'une licence de téléphonie mobile lui soit octroyée. Une actualité à mettre en relation avec la récente décision de l'Autorité polynésienne de la concurrence, qui met fin à une série d'abus de position dominante de Vini qui limitaient le développement de son concurrent sur le mobile.

Ces actions en justice avaient été lancées par les deux opérateurs suite au rejet implicite de leurs demandes de licences supplémentaires déposées en fin d'année dernière. Le pays n'avait tout simplement pas répondu à leurs demandes quatre mois plus tard, signifiant leur rejet implicite.

VODAFONE PRÉPARE LA CONVERGENCE

Comme l'expliquait l'avocat de Vodafone lors de l'audience, il devient indispensable pour l'entreprise de devenir à la fois opérateur mobile et fixe. Les nouvelles technologies qui sont déployées en ce moment même, en particulier la 4G, sont en effet adaptées pour les deux usages. Les clients eux-mêmes utilisent indifféremment leurs accès mobile ou fixe pour accéder au réseau, et préfèreraient souvent avoir un même opérateur pour les deux services. Proposer des abonnements combinant l'internet fixe, l'internet mobile et la téléphonie mobile est donc une évolution globale de cette industrie, que l'on appelle "la convergence fixe-mobile".

Pour le public, la principale conséquence de ces décisions judiciaires devraient être une augmentation sensible de la concurrence sur le colossal marché des télécoms. Ce secteur représente 28 milliards de francs de chiffre d'affaires par an, dont 25 milliards qui vont encore à l'OPT. Mais avec trois opérateurs en concurrence frontale, cette domination pourrait rapidement s'effriter...

Patrick Moux, vice-président de Pacific Mobile Telecom

"Nous aurons accès à la connexion internationale, ce qui nous permettra d'avoir un service encore plus compétitif qu'aujourd'hui "

Qu'allez-vous faire avec cette licence de fournisseur d'accès à internet ?


Nous allons pouvoir proposer des abonnements internet pour la maison, avec accès par la fibre ou l'ADSL, bref tout le réseau filaire. De plus, nous aurons accès à la connexion internationale, ce qui nous permettra d'avoir un service peut-être de meilleure qualité, mais surtout encore plus compétitif qu'aujourd'hui.

Cette demande de licence de FAI date de la création de Vodafone, donc 2011, ça n'a rien de récent. Ce qu'il s'est passé c'est qu'on nous avait assuré dès la création de la société que nous avions cette licence de FAI, mais il y a deux ans on nous a annoncé que finalement notre licence était limitée au mobile. Nous nous sommes donc retrouvés contraints de ne vendre que des accès à l'internet mobile, comme nous le faisons déjà depuis 2013. Donc nous avons demandé cette licence pour récupérer le marché que nous voulions développer dès le départ. Là, nous allons pouvoir développer l'internet à la maison avec des box et tout ce qu'il se fait de mieux.

Votre concurrent Viti vous poursuit pour proposer des abonnements qu'ils considèrent comme des accès à internet fixe. Que répondez-vous ?

Nous vendons de l'internet mobile depuis notre existence en 2013. Mais depuis les huit derniers mois, grâce à l'implantation de notre réseau 4,5G, nos forfaits 100% internet mobile sont désormais bien plus compétitifs que nos concurrents. D'autant que nos concurrents "hertzien" ont des problèmes de congestion sur leurs réseaux, ça rame. De notre côté, nous limitons les ventes pour garantir la qualité du réseau. Nous ne vendons pas pour vendre, nous voulons absolument préserver la qualité du service. Aujourd'hui nous avons 100% de taux de satisfaction sur nos offres internet mobile VodaSurf Mobile. Mais ce ne sont que des offres d'internet mobile. La licence de FAI nous permettra de proposer des forfaits fibre et ADSL, qui sont des choses très différentes.


Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Mardi 12 Juin 2018 à 16:58 | Lu 4464 fois






Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 20 Août 2018 - 11:50 Un nouveau commandant pour Le Bougainville

Lundi 20 Août 2018 - 10:44 A vos marques, prêts, pariez !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués