Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Vie chère en N-Calédonie: l'intersyndicale menace de redescendre dans la rue



Vie chère en N-Calédonie: l'intersyndicale menace de redescendre dans la rue
NOUMÉA, 7 octobre 2013 (AFP) - L'intersyndicale contre la vie chère en Nouvelle-Calédonie menace de descendre à nouveau dans la rue si des points clés d'un protocole d'accord signé fin mai ne se concrétisent pas, a-t-elle indiqué lundi à l'AFP.

"Notre plus gros souci est la réforme fiscale. Toutes les conclusions convergent pour dire que notre fiscalité est inégale et que le capital est insuffisamment taxé", a déclaré David Meyer, secrétaire général de Fédération des fonctionnaires, membre de l'intersyndicale.

Il a précisé que le gouvernement local avait proposé une réforme des tranches de l'IRPP (impôt sur le revenu), "qui bénéficiait surtout aux 10% les plus riches" et une hausse de 1% de l'impôt sur les sociétés, "qui ne représente rien du tout".

L'intersyndicale réclame une plus forte taxation des dividendes, qui sont actuellement soumis à un impôt de 13% payé par l'entreprise et libératoire de l'IRPP.

A cet égard, M. Meyer a déploré que des mesures de défiscalisation aient récemment été votées par le Congrès pour le logement intermédiaire, afin de relancer le bâtiment qui connaît un ralentissement, alors que les entreprises du BTP "ont distribué d'énormes dividendes".

La mise en place d'un dispositif permettant de subventionner le fret à l'intérieur du territoire est également "en panne", bien que le gouvernement a débloqué 300 millions CFP (2,5 mls euros).

Concernant les frais bancaires, du ressort de l'Etat, les syndicats se félicitent que le haut-commissaire (préfet) ait obtenu le pouvoir de légiférer par arrêté, mais ils réclament une baisse des taux d'intérêt, de 1,5 à 2% plus élevés qu'en Métropole.

"Le calendrier nous inquiète. Il faut avancer avant la fin de l'année car après, on sera en période électorale. Les élus jouent la montrent mais on est prêt à retourner dans la rue", a déclaré David Meyer.

Outre les élections municipales en mars, des élections territoriales, qui s'annoncent très disputées au regard de l'éclatement du paysage politique calédonien, se déroulent en mai 2014.

Malgré ces points noirs, l'intersyndicale s'est réjouie du vote du gel des prix, de la baisse de 10% du prix de 300 produits et du recrutement d'agents à la direction des affaires économiques.

Après 12 jours de grève générale en mai, un accord contre la vie chère avait été signé entre syndicats, élus et patronat sous les auspices de l'Etat.

cw/bd

Rédigé par () le Lundi 7 Octobre 2013 à 06:01 | Lu 388 fois






1.Posté par Christian le 07/10/2013 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pauvres calédoniens.
Réflexe reptilien de syndicats de mentalité "syndicalisme à la française":Taxer le capital. .......Taxer les bénéfices, d'accord. Mais pas le capital, c'est lui qui produit les bénéfices. Ce réflexe anti capitaliste est une vraie maladie. En plus ce capital pour se constituer a déja payé des taxes et impôts. Les syndicalistes anglo-saxons sont plus intelligents. Seul le capitalisme a fait avancer les civilisations, il faut simplement l'encadrer intelligemment........ sans le tuer.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus