Tahiti Infos

Va’a – Organisation de championnats du monde à Tahiti en 2018 et destitution du président de la FIV : Interview de Doris Hart.


Va’a – Organisation de championnats du monde à Tahiti en 2018 et destitution du président de la FIV : Interview de Doris Hart.
PIRAE, le 6 février 2015. Doris Hart est revenue avant hier d’Australie. La présidente de la fédération tahitienne de va’a a participé à l’assemblée annuelle de la fédération internationale de va’a qui s’est tenue sur plusieurs jours. L’assemblée a été mouvementée puisque le président de la FIV Charles Villierme a été destitué.
 
C’est Lara Collins la néozélandaise qui a été nommé présidente par intérim pour un an, jusqu’au vote de l’année prochaine. L’Australien Mark Forbes a été nommé vice président et Doris Hart devient elle également vice présidente.
 
Doris Hart a reçu Tahiti Infos au Fare Hotu pour une interview faite après celle de Charles Villierme. Lors du vote de destitution, elle s’est abstenue. Le lendemain de cette destitution, Tahiti obtenait l’attribution de l’organisation des championnats du monde de va’a pour la Polynésie en 2018.

Doris Hart au micro de Tahiti Infos :
 
Les championnats du monde seront donc organisés à Tahiti en 2018 ?
 
« C’est une excellente nouvelle aussi bien pour la commune d’accueil que pour le va’a en général et pour le fenua puisqu’à l’unanimité ou presque les pays nous ont donné leur confiance pour ce retour à ‘La Mecque’ du va’a. Je crois que les derniers championnats à Rio ont eu un impact sur ces pays et puis venir à Tahiti c’est un peu le rêve pour eux. On en est fiers. »
 
Vous qui avez vécu les derniers championnats de Rio, pouvez vous nous décrire comment cela va se passer ?
 
« La date proposée est parallèle au Heiva, pour proposer une immersion dans la culture. Dans le cadre du championnat du monde, il y a toujours une journée culturelle, une journée d’échange, là, ils seront en plein dedans, avec les jeux traditionnels, les danses... Il y a les athlètes mais aussi les accompagnants. Il faut compter les 22 pays de la fédération internationale de va’a, avec certaines délégations plus importantes que d’autres. »
 
« Il y aura deux jours de championnat élite et 4-5 jours de championnat club. Chaque pays aura 6 couloirs par catégorie, cela fera facilement 500 à 600 athlètes par délégation plus l’élite…Le dossier de présentation table sur 3000 personnes. »
 
Certains pays pourraient venir titiller nos champions ?
 
« Bien entendu, on part favoris, on sera à domicile, on aura des avantages, moins de coûts. C’est après la compétition que l’on pourra dire qu’on est les plus forts, pas avant. Je vois qu’en Nouvelle Zélande, surtout en catégorie jeune, il y a un fort développement. Je tire donc ‘le signal d’alarme’. Attention, on doit continuer à travailler en amont. Le va’a est enseigné à l’école, en primaire, c’est une bonne chose. Il faut développer une politique sur les actions à mener. On a lancé pour 2015 un 'championnat jeune' pour les catégories minimes-benjamins-cadet, pour nous préparer. »
 
La zone du Taaone va être réhabilitée, la question de la qualité des eaux de baignade va être posée ?
 
« L’esplanade fait partie du domaine communal, je pense que la commune va annoncer lundi le projet d’aménagement, je pense que cela va s’inscrire dans le PGA, la rénovation de toute cette partie. Effectivement, on va se pencher sur le problème environnemental au niveau des eaux de baignade, est-ce que l’exutoire est au niveau de l’océan ou pas, des fois on voit comme un ‘courant’, il faut s’attaquer à ça dès que possible. On a le soutien du Président du Pays et de la commune de Pirae, c’est notre point fort. »
 
Charles Villierme a été destitué de son poste un an avant le renouvellement du bureau de la fédération internationale ?
 
« La première fois que l’on a senti ce malaise au sein de la fédération c’était à Rio, cela ne date pas d’aujourd’hui. Il a demandé à ce moment là qu’on lui laisse le temps de fournir les justificatifs qu’il avait à fournir, ce qui a été accepté, mais il ne l’a pas fait. C’est triste et je ne voudrais pas m’attarder dessus, je me conforme à une décision qui a été prise par vote, pour le reste je pense qu’il faut que l’on se consacre à un événement réjouissant dans lequel on pourra tous se reconnaître. »
 
M. Villierme parle de l’intrusion du ‘buisness’ dans le va’a, du fait que l’abstention de Tahiti aurait cautionné ce ‘putsh’ ?
 
« J’ai découvert l’année dernière cette histoire, ici même je lui ai demandé de régulariser les choses avant la réunion. Charles est grand, il savait ce qu’il avait à faire. Il ne l’a pas fait et donc voilà…C’est avec beaucoup d’émotion, en pensant aux anciens que j’ai pris la parole. Je ne renie en rien le travail qu’il a effectué au sein de la fédération mais par rapport à ce qu’on lui reprochait, je ne pouvais pas le cautionner. J’ai donc dit que je me serais conformée à la décision de la majorité qui a finalement décidé de le sortir de son poste. »
 
« Le lendemain, on avait la décision de l’attribution des championnats du monde, je ne voulais pas que cela impacte cette décision. J’assume ce que je viens de dire. On m’a dit que les choses ne seraient pas mélangées, le ministre des sports m’a dit que j’avais pris la bonne décision. Lara Collins de Nouvelle Zélande a été proposée comme présidente par intérim pour un an, Mark Forbes d’Australie comme vice président et on m’a demandé de prendre la place de vice-présidente pour un an, j’ai accepté pour que Tahiti soit encore présente dans l’organisation. » SB

Rédigé par SB le Vendredi 6 Février 2015 à 18:22 | Lu 1169 fois