Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Une universitaire américaine violée en Papouasie-Nouvelle-Guinée



Une universitaire américaine violée en Papouasie-Nouvelle-Guinée
PORT-MORESBY, lundi 22 avril 2013 (Flash d’Océanie) – Une universitaire américaine a affirmé ce week-end avoir été victime d’un viol en réunion en fin de semaine dernière, alors que neuf individus avaient au préalable ligoté son époux, lors d’une promenade dans la jungle de la région de Madang.
Depuis 2010, cette jeune femme de 32 ans se rendait régulièrement en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où elle menait des recherches sur la petite île de Karkar, avec comme centre d’intérêt l’impact des effets du changement climatique sur les populations d’oiseaux.

La police de cette province a lancé ce week-end une véritable chasse à l’homme afin de remettre la main sur les individus à l’origine de ce crime.
La police a affirmé ce week-end avoir effectué quatre interpellations.
Il s’agit de quatre suspects, parmi lesquels des échappés d’une récente évasion de la prison de Beon (région de Madang) où pas moins de 41 criminels avaient pris la fuite il y a quelques jours, rapporte dimanche la radio nationale NBC.
Selon le témoignage de la jeune femme, son époux et le guide local qui les accompagnaient ont reçu l’ordre de se déshabiller complètement, puis ont été ligotés à un arbre par ce groupe d’hommes armés de fusils et de sabres d’abattis.
La jeune femme a ensuite été attachée à son tour, puis les hommes ont entrepris de lui couper entièrement les cheveux avant de la violer pendant une vingtaine de minutes.
C’est un bruit venu des fourrés qui aurait provoqué leur départ précipité, rapporte la victime.
Elle, son mari et le guide ont ensuite réussi à se défaire de leurs liens et à rejoindre le village le plus proche, à plusieurs heures de marche, pour enfin donner l’alerte et ensuite rejoindre la capitale Port-Moresby.

Les autorités papoues ont une nouvelle fois condamné fermement cette agression à l’encontre d’une ressortissante étrangère, qui intervient aussi quelques jours seulement après le meurtre d’un touriste Australien et le viol en réunion de sa compagne par un groupe d’une dizaine d’hommes armés qui s’étaient introduits dans la résidence des victimes.

Le 17 avril 2013, le Premier ministre papou en personne, Peter O’Neill, a fermement et publiquement condamné et qualifié de « lâche » et « bestial » le meurtre du l’Australien Robert Purdy, 62 ans, ainsi que le viol en réunion de sa compagne par une groupe d’une dizaine de malfrats.
Robert Purdy, a été tué par balles lundi 15 avril 2013 dans la province papoue des Hauts-Plateaux de l’Ouest.
La victime, originaire de Melbourne, a été agressée alors qu’elle se trouvait dans une maison louée depuis son arrivée, début avril 2013.
Selon les premières constatations, il est mort sur le coup après avoir reçu un coup de feu tiré à bout portant par les intrus.
Une autre personne résidant dans cette villa, sa compagne, ressortissante philippine, a été violée par le même groupe.
Elle a depuis pu être secourue et évacuée vers l’hôpital le plus proche.
Ce groupe d’individus, dont l’identité n’a pas encore été établie, s’était introduit dans cette résidence située sur le site d’une plantation de café, dans la banlieue de la capitale provinciale Mount Hagen, a précisé Teddy Tei, chef de la police des Hauts-Plateaux.
L’enquête se poursuit afin d’établir les circonstances exactes du drame, ainsi que les mobiles des agresseurs, qui n’ont apparemment pas emporté d’objets de valeur.
Cette série d’agressions sur des ressortissants étrangers intervient alors que la semaine dernière se tenait dans la capitale papoue Port-Moresby un Forum des investisseurs australiens en Papouasie-Nouvelle-Guinée, sur fonds d’importants intérêts de sociétés australiennes dans les secteurs de la mine et de l’énergie.
Le nouveau secrétaire d’État chargé des îles du Pacifique, Matt Thistlethwaite, se trouvait lui-même en Papouasie-Nouvelle-Guinée du 14 au 18 avril 2013 dans le but de « promouvoir des relations étroites et prospères » entre les deux pays, en premier lieu au plan économique.

pad

Rédigé par PAD le Lundi 22 Avril 2013 à 06:37 | Lu 2112 fois






1.Posté par beaulieu jean pierre le 22/04/2013 11:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel beau pays que cette Papouasie, entre les sorcières, les cannibales, les vols, les viols, les meurtres et toutes les petites joyeusetés journalières, voila un pays qu'il est beau comme disait OSCAR pérésidont de chez nous.

2.Posté par makitchipunanai le 22/04/2013 14:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'EST CA TON BEAU PAYS OSCAR, Où IL FAIT BON VIVRE.... HEUREUSEMENT QUE TU AS PERDU LES ELECTIONS AVEC TA BANDE DE V.........

3.Posté par Roro LEBO le 22/04/2013 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dire que j'ai vécu là-bas aussi
mais à un temps plus propre quand même.
Scandaleux mondialement ces gens.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Octobre 2020 - 05:40 Double hommage à Samuel Paty en Nouvelle-Calédonie

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus