Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Une affaire de maltraitance au tribunal : des cicatrices innombrables sur les enfants



Trois ans après la découverte des faits de maltraitance, ce père de famille a été condamné à 5 ans de prison. Un mandat d'arrêt a été pris à son encontre.
Trois ans après la découverte des faits de maltraitance, ce père de famille a été condamné à 5 ans de prison. Un mandat d'arrêt a été pris à son encontre.
PAPEETE, le 12 août 2014. Un père de famille de Huahine a été condamné à cinq ans de prison dont un an avec sursis pour des violences habituelles sur ses quatre enfants aînés. En 2011, il avait failli tuer son fils de 11 ans avec un pita’a, une serpe équipée d’une lame de 35 cm, utilisée pour le coprah.
C’est un geste qui a failli coûter la vie à un jeune garçon de 11 ans, mais que l’avocate de la partie civile –agissant en faveur des quatre enfants mineurs et de leur mère- présente comme salvateur. Sans ce pita’a, lancé par le père et qui va se ficher à l'arrière du crâne de son fils, toutes les souffrances de ce garçon, de ses deux frères et de sa petite sœur n’auraient peut-être jamais été révélées au grand jour.

Il faut donc en venir à cette blessure très grave provoquant un œdème cérébral et des séquelles encore lourdes trois ans après, pour que le jeune garçon soit évasané vers Tahiti. Le médecin qui l’examine alors fait un signalement de maltraitance : scrupuleusement le médecin décrit, au départ, les multiples cicatrices identifiées sur le corps de l’enfant : sur le dos, les épaules, et les avant-bras jusqu’à en perdre le nombre, «des lésions de défense» tranche le médecin. Une enquête est donc ouverte sur toute la fratrie et il apparaît que tous les enfants ont été frappés par le père de famille et en portent les stigmates. Ils sont corrigés le plus souvent avec «un bois» : une tige d’hibiscus ou un balai ni’au. «Des blessures qui vont jusqu’au sang» indique Me Marie Eftimie-Spitz, comme le prouvent les cicatrices sur les avant-bras des enfants.

Le père qui comparait libre à la barre explique qu’il ne fait que corriger des enfants turbulents et bagarreurs comme lui-même l’a été dans son enfance. Il estime être un bon père «je pense avoir accompli mon devoir de papa». S’il frappe ses enfants et les met à genoux, dehors en pleine nuit, c’est parce qu’ils n’obéissent pas. Au passage sa femme peut recevoir les coups lorsqu’elle s’interpose. C’est sa méthode d’éducation «à la dure». La partie civile le voit tout autrement. Cette blessure au crâne de 17 cm de long causée par le lancer d’un pita’a aurait pu être fatale et le geste est le résultat d’une volonté de faire mal. Son fils est alors à moins de deux mètres de lui : il tarde à porter une chaise à son père qui est énervé et a lancé le pita’a. Au dispensaire de Huahine, le père est même allé jusqu’à expliquer que l’outil était tombé d’un arbre sur le crâne de son fils. Les experts psychologues ont noté cette tendance à minimiser ses actes ou à mentir par omission.

La crainte d’une récidive est donc réelle. Placé sous contrôle judiciaire depuis deux ans à Tahiti et avec interdiction de se rendre à Huahine, ce père de famille a eu, entre temps avec son épouse, deux enfants de plus ! La preuve que les interdictions du contrôle judiciaire sont bafouées avec une grande régularité. «Dans cette affaire cet homme n’a rien compris. Il n’exprime aucun regret, aucune douleur. Si on ne partage pas la douleur de ses enfants, on n’est pas père» plaide encore Me Marie Eftimie-Spitz. L’avocat de la défense décrit, lui, un père de 42 ans, frustre et dont les valeurs éducatives sont archaïques, certes, mais pour lequel il faudrait accorder le bénéfice du doute. «Il utilisait le bâton parfois mais il n’y a pas de certitude sur les maltraitances habituelles et aucune preuve apportée. Certaines blessures sont anciennes et sont prescrites, d’autres sont des accidents à l’école, des morsures de chiens. Il y a six enfants aujourd’hui dans cette famille et il faut lui refaire confiance».

Le tribunal n’a pas suivi ces conclusions. Les juges ont condamné le père de famille à 5 ans de prison dont une année avec sursis mise à l’épreuve durant trois ans avec obligation d’indemniser les victimes (des expertises médicales ont été demandées). Un mandat d’arrêt a été prononcé, car si le quadragénaire était présent à l’audience mardi matin où il comparaissait libre, il avait quitté le palais de justice avant que le délibéré ne soit rendu, à charge contre lui.

Rédigé par Mireille Loubet le Mardi 12 Août 2014 à 17:30 | Lu 2668 fois







1.Posté par Pito le 12/08/2014 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est peu pour de tels actes !!! Honte à cet homme.

2.Posté par John Devan le 13/08/2014 08:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et il ne prend que 5 ans...

3.Posté par xxl le 13/08/2014 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand on est aussi con et méchant, il devrait être déchu de toute autorité et gardé en taule beaucoup plus longtemps. Hélas beaucoup d'hommes immatures sont comme lui, incapables de raisonner de façon civilisée.

4.Posté par MATHIUS le 13/08/2014 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ceux qui devraient être poursuivis pour non secours à personne en danger sont les politiques, car, aucune structure d'hygiène mentale pour enfant existe vraiment en Polynésie française. La ligue polynésienne des droits humains le dénonce depuis plus de dix ans cet état de fait. Ces mères et pères de famille siégeants politiquement ne font rien, mais rien... Si toucher leur solde au mépris de l'avenir de la jeunesse de ce pays.
Pour votre information, voilà plus d' une quinzaine d'années que les spécialistes prévoyaient que les agressions en tout genre alliaient augmenter en Polynésie française si aucune structure d'hygiène mentale pour enfants n',était pas mise en place.
Franchement, les autorités polynésiennes ont honte rien. Et au fait qui est en charge de la sécurité des personnes?....

5.Posté par Popoti le 13/08/2014 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et l'éducation nationale n'a rien vue pendant des années ??????? les professeurs des écoles ne doivent ils pas signaler les actes de maltraitance ????? ses derniers ont ils été auditionnés ????

6.Posté par Miri Rapa le 13/08/2014 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous sommes en 2014 et en principe, il y a des services qui accompagnent toutes les familles de la Polynésie Française, depuis la naissance de l' enfant jusqu'à sa majorité et plus. Cette famille vit dans un environnement familial, dans un quartier, une commune, une île . Ce fait divers démontre une fois de plus la puissance de nuisance des "Non-Dits" connus pourtant , de la famille, de la famille élargie, du quartier et des services de la Polynésie Française. Ces drames familiaux se déroulent aussi dans des quartiers de l'île de Tahiti. Ceci n'est pas une exception qui conforte la règle, c'est une réalité de tous les jours. Nous ne pouvons que constater les dégâts de ces "Huis-Clos" familiaux et espérer que la Vie soit plus douce pour tous les enfants "cabossés". R.CH

7.Posté par MR TARTONPION le 22/08/2014 15:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

DU SURSIS ??????????
ON attends quoi là ?? qu'il tue un de ses gosses ???

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Juin 2019 - 01:00 Les élèves de terminale à l’épreuve

Lundi 17 Juin 2019 - 17:49 Miss Tahiti 2019 : Grand oral, gros stress

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués


















ranktrackr.net