Tahiti Infos

“Un statut résident” pour les fonctionnaires d'État


© Présidence
© Présidence
Tahiti le 23 mai 2023 – Le syndicat Unité SGP Police FO s’est entretenu mardi avec le président du Pays Moetai Brotherson à propos de la mise en place d'un “statut résident”. L’objectif est d’éviter la venue de fonctionnaires métropolitains au fenua et de la mise en place de concours sur les vingt prochaines années pour remplacer les fonctionnaires d'État qui partent à la retraite.  
 

Les membres du syndicat Unité SGP Police FO ont rencontré ce mardi matin le président du Pays Moetai Brotherson. Plusieurs sujets à l'ordre du jour comme la cyber-sécurité, la création d'aéroports internationaux à Bora Bora, aux Marquises et à Rangiroa et en conséquence le recrutement de fonctionnaires à la douane ou la police aux frontières ou encore de la mise en place de concours pour les Corps de l’État pour l’administration de la Polynésie française (CEAPF). 
   
Pour le syndicat, l'urgence est surtout la mise en place de ces concours CEAPF et ce sur vingt ans avec le recrutement de dix fonctionnaires de police par an pour pallier le départ à la retraite des fonctionnaires en fin de carrière. Ces concours vont, selon le délégué syndical FO Police, Wallace Teina, promouvoir l'emploi local mais aussi réduire la venue, au fenua, de fonctionnaires métropolitains, alors que la mutation de quatre d'entre eux est planifiée en juillet prochain. “De 2023 jusqu'en 2028 on va perdre 72 titulaires qui vont partir à la retraite et rien n'est fait pour les remplacer, si on laisse faire. Et cela a commencé déjà l'an dernier avec l'arrivée de collègues métropolitains. On n'a rien contre eux mais on souhaite la priorité à l'emploi local. Notre combat c'est la mise en place du concours CEAPF.”

Wallace Teina rappelle d'ailleurs qu'en mai dernier, en pleine campagne électorale pour les législatives, son syndicat s’était levé pour la protection de l'emploi local. Le syndicat Unité SGP Police FO s'inquiète également que dans un futur proche il y ait autant de policiers adjoint que de titulaires “et encore une fois, c'est une gestion des ressources humaines qui n'est pas possible”. Le délégué syndical considère ces postes-là comme étant de “l'affichage mais cela ne règle pas le problème”.       

​Un “statut résident” pour éviter les dossiers de CIMM

Pour remédier à ce problème, le délégué syndical Wallace Teina propose la mise en place d'un “statut résident” afin que les fonctionnaires d'État originaires du fenua et exerçant en métropole n'aient plus à faire une demande de Centre des intérêts matériels et moraux (CIMM) s'ils veulent revenir au fenua : “C'est l'État qui nous l'a imposé alors qu'on est chez nous et il faut qu'on se justifie pour pouvoir revenir chez nous. Ce n'est pas normal. Et cela fait des années que notre syndicat se bat pour cela.”  

Le président du Pays Moetai Brotherson affirme que le sujets de la protection et la promotion de l'emploi local au sein du corps d'État doit être traités “non plus d'une manière au cas par cas mais avec un réel système qui puisse satisfaire à la fois les exigences de sang neuf qu'il faut parfois apporter avec des méthodes peut-être nouvelles ; mais dans le respect finalement des compétences locales qu'il faut chercher à promouvoir absolument” et ce afin de garantir “la paix sociale” et surtout parce que les enjeux sont importants en termes d'efficacité de cet outil qui sert à assurer la sécurité de notre société”.
De plus, le président du Pays assure qu’il est “anormal” que des fonctionnaires d'État métropolitains “fraichement arrivés obtiennent un CIMM au bout de quelques années, alors que [les] natifs, n'arriv[ent] pas à en obtenir un : on n'est plus dans le désagréable. On est dans le surréaliste”.

Pour rappel, dans un communiqué de février dernier, le haut-commissaire rappelait que 93% des agents en poste actuellement à la Direction territoriale de la Police nationale (DTPN) justifient d'un CIMM. Rappelons également que le concours CEAPF organisé en novembre 2022 a permis le recrutement de “sept jeunes Polynésiens” et que huit fonctionnaires de police originaires du fenua ont bénéficié d'un retour depuis mars 2022. Enfin, dans ce contexte, qu'une demande par courrier a été faite au directeur des ressources et des compétences de la police nationale pour permettre le retour de six autres fonctionnaires.

Moetai Brotherson Président du Pays "Quand des personnes fraichement arrivées (…) obtiennent un CIMM (…) on est dans le surréalisme"

Unité SGP Police FO propose la mise en place du concours CEAPF sur 20 ans avec dix recrutements par an. Qu'en pensez-vous ?
“C'est un sujet très préoccupant si on fait un peu de projection. Gouverner, c'est prévoir. Dans toute organisation, il y a plusieurs personnes qui potentiellement peuvent partir à la retraite dans les années qui viennent. Et si on ne prend pas dès aujourd'hui les mesures en termes de formation, d'organisation de concours CEAPF, on va se retrouver avec un gros problème qui va se présenter d'un coup.”

Le syndicat demande aussi la mise en place d'un statut résident pour sortir du système des CIMM.  
“C'est le type d'aberrations auquel on aboutit avec, même pour des natifs, l'obligation de constituer un dossier CIMM alors qu’ils sont nés ici, qu’ils ont grandi ici, fait toutes leur scolarité ici, que toute leur famille est de Polynésie et qu'ils s’entendent dire qu’il leur faut faire un dossier de CIMM : c'est un peu désagréable. Je trouve cela anormal et puis quand parallèlement des personnes fraichement arrivées obtiennent au bout de quelques années un CIMM alors que toi qui es natif tu n'arrives pas à obtenir un CIMM, on n'est plus dans le désagréable, on est dans le surréalisme. On va faire ce qu'il faut pour que cela avance dans l'intérêt de tout le monde. En plus, en juillet 2024 on a l'épreuve de surf dans le cadre des Jeux olympiques et l'aspect sécurité ne peut pas être négligé autour de cet événement. Il faut qu'on puisse discuter sereinement de ces sujets. On n'est pas là pour avoir des demandes déraisonnables. On est là pour exprimer de réels besoins.”

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mardi 23 Mai 2023 à 20:32 | Lu 10255 fois