Tahiti Infos

Un racheteur d'or de Papeete écroué pour recel de vols de bijoux en bande organisée


Mis en examen pour recel de vols en bande organisée, le racheteur d'or de 62 ans a été placé sous mandat de dépôt ce vendredi. L'enquête pourrait encore rebondir.
Mis en examen pour recel de vols en bande organisée, le racheteur d'or de 62 ans a été placé sous mandat de dépôt ce vendredi. L'enquête pourrait encore rebondir.
PAPEETE, le 27 janvier 2017 - Trois individus, dont un bijoutier de 62 ans ayant pignon sur rue à Papeete, ont été mis en examen et placés en détention provisoire, ce vendredi, dans le cadre d'une vaste enquête lancée il y a plusieurs mois par la gendarmerie et portant sur des cambriolages commandités et commis en bande organisée.

Une soixantaine de victimes de ces cambriolages ont déjà été identifiées et le préjudice, qui se chiffre d'ores et déjà en millions de francs, est en cours d'évaluation. L'enquête, confiée à un juge d'instruction et menée par la brigade de recherches de la gendarmerie de Faa'a et Punaauia, se poursuit. Les forces de l'ordre avaient procédé à 17 interpellations en début de semaine à Papeete et aux quatre coins de Tahiti dans cette affaire tentaculaire.

Après 96 heures de garde à vue, trois individus, dont un bijoutier de 62 ans ayant pignon sur rue à Papeete, ont été mis en examen et placés en détention provisoire, ce vendredi, dans le cadre de cette vaste enquête lancée il y a un an par la gendarmerie et portant sur des cambriolages commandités et commis en bande organisée. Il ressort en l'état actuel des investigations que deux intermédiaires animaient un réseau de petits cambrioleurs pour le compte du bijoutier. Spécialisés dans le vol d'or et de bijoux, les petites frappes écumaient les maisons de leurs victimes depuis 2015.

Écoutes téléphoniques et perquisitions

Le racheteur d'or de 62 ans, présenté comme le chef d'orchestre de ce réseau, a catégoriquement nié les accusations portées contre lui ce vendredi après-midi devant le juge des libertés et de la détention : "C'est n'importe quoi, je travaille dans le rachat d'or, automatiquement des gens montent dans mon bureau, je gagne très bien ma vie mais honnêtement". Énervé, le sexagénaire a menacé de faire une grève de la faim en prison. Il en fallait plus pour émouvoir le magistrat qui a décidé de son placement en détention provisoire pour préserver l'enquête de tout risque de concertation avec les autres acteurs de ce dossier. Le parquet avait aussi souligné le risque de voir le sexagénaire s'échapper de Polynésie française, du fait de ses nombreux voyages à l'étranger et notamment aux Etats-Unis où il est soupçonné d'avoir pu écouler une partie de l'or dérobé une fois fondu.

"Les déclarations de l'intéressé ne sont manifestement pas en concordance avec les éléments du dossier", a motivé le juge, relevant sa participation "active, principale et prépondérante" à ce trafic si l'on en croit les écoutes téléphoniques réalisées, les déclarations aux enquêteurs des cambrioleurs eux-mêmes ainsi que celles de ses propres acheteurs d'or. Selon ces exécutants, le bijoutier les incitaient à commettre les vols. L'un des trois autres suspects écroués, présenté comme le bras droit du bijoutier, jouait le rôle de chauffeur et garde du corps.

De nombreux bijoux ont été saisis lors des perquisitions par les gendarmes de la brigade de recherches de Faa'a et Punaauia, qui sont en train de faire le tri pour en retrouver les propriétaires. Comme cela a déjà été fait par le passé sur le site du Haut-commissariat, une page internet dédiée pourrait être ouverte pour aider les victimes à se manifester.


Des scellés de gendarmerie ont été placés sur la porte d'entrée de la boutique

Un racheteur d'or de Papeete écroué pour recel de vols de bijoux en bande organisée

L'officine de rachat d'or White Star Pacific, passage Cardella à Papeete


L'un des intermédiaires entre les voleurs de bijoux et le racheteur d'or, lui aussi écroué


Rédigé par Raphaël Pierre le Vendredi 27 Janvier 2017 à 14:45 | Lu 6571 fois