Tahiti Infos

Tourisme à Huahine : entre reprise et inquiétude


Si les réservations d'hébergement reprennent doucement à Huahine, les annulations d'arrivées de paquebots mettent à mal les espoirs des prestataires d'excursions.
Si les réservations d'hébergement reprennent doucement à Huahine, les annulations d'arrivées de paquebots mettent à mal les espoirs des prestataires d'excursions.
Huahine, le 15 février 2022 - Après deux années catastrophiques dues à la crise sanitaire, Tahiti Infos a interrogé des professionnels du tourisme de Huahine qui donnent leurs impressions sur la situation actuelle et leurs ressentis sur l’année à venir. Si l'optimisme domine, déception et inquiétude se font toutefois ressentir chez les prestataires dépendants des paquebots de croisière.
 
Après deux années éprouvantes pour les professionnels du tourisme à cause des restrictions sanitaires imposées, la reprise paraît enfin là pour les pensions de famille. La majorité d’entre elles sont plutôt optimistes pour l’année 2022, car l’agenda des réservations est bien rempli pour les mois à venir. Effectivement, après plusieurs reports, de nombreux touristes peuvent enfin prévoir de venir se relaxer sous les tropiques loin du tumulte de leur quotidien.
 
D’après Franck et Loretta de la pension Tupuna, “une très bonne année se profile, car l’agenda des réservations à partir de la haute saison en avril est déjà bien rempli. Pour l’instant c’est assez calme, mais c’est la période basse, c’est normal”.

Retour de la clientèle internationale
 
Suite à la fermeture définitive du Royal Huahine et de ses 40 bungalows le mois dernier, les deux hôtels restants de l’île, le Mahana et le Lapita sont eux aussi plutôt optimistes concernant l’année à venir.  Les réservations pendant la période basse se confirment doucement grâce notamment à des offres spéciales présentées pendant le salon du tourisme. Et à partir d’avril, c’est la clientèle internationale, surtout européenne, qui fait son retour. 
 
Même optimisme enregistré chez ce prestataire de location de voitures et locations saisonnières, Raphaël Matapo, de Chloé Location : “Ces deux dernières années ont été catastrophiques comme pour tout le monde. Mais je reste optimiste sur l’année à venir, car j’ai beaucoup de réservations et cela jusqu’en août 2022.”

Annulations de croisières en cascade
 
Du côté des bateaux de croisière, les prévisions sont nettement plus sombres  et inquiétantes. Les bateaux venant actuellement à Huahine  comme le Star Breeze et le Paul Gauguin ne tournent qu’à environ 25% de leur capacité (96 passagers au lieu de 310 pour la Star Breeze la semaine dernière). Un coup dur pour les prestataires touristiques qui, pour certains, réalisent jusqu’à 50% de leur chiffre d’affaires de l’année avec les croisiéristes. L’année s’annonce plutôt mal avec de nombreuses annulations de bateaux de croisières qui étaient attendus dans les mois à venir tels que le MS Regatta et ses 684 passagers prévu le 6 mars, le Hanseatic et ses 230 passagers le 17 mars et l’Armera le 29 mars avec à son bord ses 835 passagers… Le retour des paquebots étrangers était attendu par tous les professionnels de Huahine pour rebooster l’activité en 2022, mais c’est à présent la déception qui l’emporte. 

"Je n’ai jamais connu des temps aussi durs"

Le responsable d’Island éco tours, Paul Atallah est prestataire touristique depuis plus de 22 ans, il témoigne : “Je n’ai jamais connu des temps aussi durs que ces derniers mois, et cela pour plusieurs raisons. Nous travaillons beaucoup avec les bateaux de croisière, soit deux en moyenne par semaine. Mais actuellement ils tournent à peine environ à 25 % de leur capacité habituelle. La majorité des Américains à bord, même s’ils sont vaccinés, doivent remplir beaucoup trop de documents et se faire tester tous les deux jours à bord !”

Il explique qu’en plus de ces contraintes, lui-même souffre des restrictions imposées à son activité : “Nous sommes contraints de ne prendre que six personnes maximum au lieu de huit dans nos 4x4. Je ne comprends pas pourquoi nous sommes les seuls à avoir ces restrictions. Pourquoi les bus publics sont bondés et qu’il n’y a pas de limites de passagers pour les compagnies aériennes ?” Il s’inquiète de l’impact financier sur son entreprise et le manque de visibilité : “Financièrement c’est vraiment très dur, car en lisant toutes les conditions des fonds de solidarité pour les entreprises de novembre et décembre 2021 rien n’est applicable pour les prestataires touristiques en Polynésie. Je pense donc que les six mois à venir vont être encore préoccupants et j’espère de tout cœur que cela repartira cet été. Nous l’espérons tous.”

Fortes attentes sur les levées de restrictions
 
Même si le taux de remplissage des hôtels et pensions de Huahine est plutôt bon, la levée des restrictions sanitaires pour les vols internationaux et sur les bateaux de croisières est fortement attendue sur l’île. À l’instar des professionnels du tourisme métropolitains qui demandent la levée de certaines restrictions aux déplacements internationaux comme l’indique le journal Tour Hebdo. Un sujet qui fait écho aux récentes déclarations du secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), Zurab Pololikashvili, qui déclarait que “les restrictions générales sur les voyages sont tout simplement contre-productives (…) ces restrictions font plus de mal que de bien, surtout dans les destinations qui dépendent du tourisme international.” Tout comme l’avis prononcé par le Comité d’urgence du règlement sanitaire international de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui recommandait de “lever ou d’assouplir les interdictions de circulation internationale, car elles n’apportent aucune valeur ajoutée et continuent de contribuer au stress économique et social des États parties.”
 
Une levée de restrictions qui permettrait d’espérer retrouver une forte fréquentation, comme en 2019 où la Polynésie avait accueilli 236 650 touristes.

Rédigé par Flora Loge le Mardi 15 Février 2022 à 15:32 | Lu 1528 fois