Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Tour de Tahiti : le défi de Maiti et Jason



Maiti Tepa et Jason Man Sang, commenceront jeudi matin le tour de Tahiti à pied. Ils l’achèveront vendredi soir.
Maiti Tepa et Jason Man Sang, commenceront jeudi matin le tour de Tahiti à pied. Ils l’achèveront vendredi soir.
PAPEETE, le 25 février 2018. Jason Man Sang et Maiti Tepa feront jeudi prochain le tour de Tahiti à pied. L’objectif pour eux est d’inciter les Polynésiens à participer à la marche pour le climat, prévue le 16 mars. « Notre société consomme trop et notre planète ne peut plus tenir », souligne Jason.


Jeudi matin, à 5h30, devant la cathédrale, au PK0, à Papeete, Jason Man Sang et Maiti Tepa, âgés de 22 ans, commenceront le tour de Tahiti. Ils marcheront près de 12 heures pour rejoindre Taravao en fin d’après-midi et repartiront le lendemain matin pour revenir à Papeete. Par cette marche, les deux jeunes hommes, qui se sont rencontrés sur les bancs de l’école, souhaite interpeller les Polynésiens sur la nécessité de changer nos comportements pour préserver notre environnement. « La nature est en train de mourir. Quand on regarde l’horizon, on a l’impression que tout va bien mais non. On aura bientôt un point de non-retour », alerte Jason.

Jason a commencé à se poser des questions sur sa consommation lorsqu’il a commencé ses études en métropole. « Quand on est étudiant, on gère son argent, on réfléchit à ce qu’on achète », explique-t-il. « J’ai commencé à me poser des questions sur mon alimentation, puis sur les déchets que nous produisons… » Parti faire des études d’astronomie en métropole, « j’ai finalement trouvé plus joli que les étoiles : c’est la vie sur terre ». Mais cette vie sur terre doit être préservée. « En métropole, j’avais revu ma manière de consommer. Mais c’était juste bien pour ma bonne conscience. On est 7 milliards. Je me suis dit qu’il fallait passer à l’action. Notre société consomme trop et notre planète ne peut plus tenir », ajoute-t-il. De retour au fenua en juin dernier, avec le soutien de ses parents, il s’investit dans le milieu associatif et devient vice-président du collectif Nana sac plastique. Il est aussi aujourd’hui en CAE (Convention d’Accès à l’Emploi) à l’association Manu Iti Fa’a Ora (Colobris Tahiti).

Cette marche autour de l’île sera l’occasion aussi pour les deux jeunes hommes d’annoncer le rassemblement prévu le 16 mars. Ce jour-là, une grande journée de mobilisation est prévue aux quatre coins de la France dans la lignée des marches pour le climat et autres événements organisés depuis octobre dernier. Une marche sera ainsi organisée à Papeete. Des stands proposant des solutions pour consommer autrement seront également installés.

« Les anciens savaient déjà tout ça »
Depuis 2012, Maiti Tepa s’interroge au quotidien sur sa manière de consommer. « Je consomme moins au magasin, j’opte plus pour le naturel », souligne-t-il. Et pour y arriver, Maiti s’est formé à la permaculture en épluchant les livres, en s’informant sur internet et en interrogeant ses amis. « Mais les anciens savaient déjà tout ça », insiste-t-il.
Les organisateurs de la marche pour le climat espèrent remettre le 16 mars une série de revendications au président du Pays. « Je ne suis pas sûr que quelqu’un au gouvernement ait lu le rapport du GIEC », regrette Jason. « Il faut lancer l’état d’urgence et faire de la sensibilisation de masse. »

« D’après le rapport du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l'Évolution du Climat (GIEC), il ne nous reste que quelques années pour tout changer et espérer ralentir et limiter le réchauffement climatique à 1,5 degrés », rappelle-t-il.
Pour le GIEC, pour rester à 1,5°C de hausse des températures, les émissions de CO2 doivent chuter bien avant 2030 (-45% d'ici 2030) et le monde atteindre une "neutralité carbone" en 2050: autrement dit il faudra cesser de rejeter dans l'atmosphère plus de CO2 qu'on ne peut en retirer.
Villes, industries, énergie, bâtiment... tous les secteurs sont appelés à de "profondes réductions d'émissions", à "une transition" "sans précédent".

Rédigé par Mélanie Thomas le Lundi 25 Février 2019 à 14:39 | Lu 1190 fois






Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués


















ranktrackr.net