Tahiti Infos

Territoriales 2013 : "il va falloir se mettre au travail et deux fois plus qu’avant", estime QBO


"Ceux qui promettent que l’on va raser gratis, mentent : il n’y a aucune solution viable là-dedans, aucun avenir", dénonce Quito Braun-Ortega, tête de liste du parti Te Hiti Tau Api aux élection Territoriales 2013.
"Ceux qui promettent que l’on va raser gratis, mentent : il n’y a aucune solution viable là-dedans, aucun avenir", dénonce Quito Braun-Ortega, tête de liste du parti Te Hiti Tau Api aux élection Territoriales 2013.
Quito Braun-Ortega se définit comme, "ni autonomiste opportuniste, ni indépendantiste opportuniste". Le leader du parti Te Hiti Tau Api préfère se voir comme respectueux des lois de la République. "Il faut arrêter de mettre en contradiction autonomie et indépendance : ce sont pour moi les deux faces de la même médaille", dit-il.
Opposant historique de Gaston Flosse, ce grand patron polynésien a fait un retour sur la scène politique en 2010 et un score honorable, sous l'égide Te Hiti Tau Api aux législatives de 2012. Il interpelle depuis des mois l’opinion publique avec un discours annonçant vouloir rompre avec le système de la corruption, du clientélisme et de l’assistanat. Son crédo : rajeunir la classe politique pour restaurer la confiance dans les élus. Les Territoriales sont perçues comme un "tournant critique" et l'occasion de "rompre définitivement avec un système à l'origine de nos difficultés actuelles et de fonder ainsi une société exemplaire pour les nouvelles générations"

Quelle analyse faites-vous de la situation économique de la Polynésie française ?

QBO : Nous ne cessons de le dire : le système antérieur a échoué. Tout ce qui a été mis en place depuis trente ans est un échec flagrant. On se rend compte aujourd’hui qu’au-delà d’une déroute économique on doit faire face à une crise morale et sociétale. Nous proposons un nouveau projet de société, mis en œuvre par une nouvelle génération de dirigeants politiques et de nouvelles méthodes de gouvernance.

Vous prônez notamment une baisse drastique des indemnités des élus. N’est-ce pas une mesure démagogique ?

QBO : Non, nous en avons parlé longuement entre nous. A l’assemblée nous proposons de plafonner les indemnités à 3 fois le Smig, et que celles des membres du gouvernement soient limitées à 4 fois le salaire minimum. Il faut que ce soit un exemple marquant. La population qui doit faire des efforts doit savoir que cela est partagé et que tout le monde en fait.

Les leviers de croissance de la politique que vous souhaitez mettre en place, quels sont-ils ?

QBO : Sur les 18 à 24 mois prochains, il faut relancer le tourisme à court terme. Nous avons perdu 60 000 touristes en l’espace de 5 ans et cela a causé la destruction de 8 000 emplois. Retrouver ces touristes, c’est 25 milliards Fcf de salaires en plus dans l’économie. C’est 5 à 6 milliards Fcfp de cotisations qui reviennent à la CPS et 30 000 personnes qui quittent le RSPF pour retourner au Régime des salariés. Aujourd’hui, nous devons rebâtir cette fréquentation touristique pour retrouver ces emplois et résorber les déséquilibres conjoncturels qui plombent notre économie.
Il nous faut aussi restaurer la confiance entre l’électeur et l’élu.
Le Pays doit être économe au niveau du fonctionnement de ses institutions et de son administration (…) Toutes ces économies seront des excédants de fonctionnement dans le budget du Territoire, qui devront se traduire en investissements structurants. Aujourd’hui, nous arrivons à peine à supporter les 14 milliards Fcfp par an environ de remboursement de la dette.


Envisagez-vous la mise en place de taxes supplémentaires, et notamment un impôt sur le revenu ?

QBO : Non, non. La fiscalité est un outil au service du développement. A partir de là nous ne devons exclure aucun impôt. (…) Nous avons déjà une forte pression fiscale aujourd’hui sur le territoire. (…) Nous n’excluons aucun type d’impôt, mais réduisons d’abord les dépenses de fonctionnement du Territoire : 2,6 milliards Fcfp par an pour faire fonctionner l’Assemblée territoriale ; 4 à 5 milliards Fcfp pour le fonctionnement du gouvernement. Quand on regarde le fonctionnement des institutions (CESC, Assemblée, gouvernement et présidence), ça dépasse les 10 milliards Fcfp par an. A-t-on besoin de dépenser autant pour gérer un pays de 270 000 habitants ? Non. Donc il y a des économies à réaliser à tous les niveaux.

Quelles sont les mesures d’urgence que vous préconisez ?

QBO : Qu’ont-ils fait depuis toutes ces années ? Rien. Nous ne pouvons pas faire que du court terme. Il faut lancer en même temps le court terme, c’est à dire les mesures transitoires, le moyen terme, le long terme et le très long terme. Si nos gouvernants avaient fait ça depuis 30 ans, nous n’aurions pas tous ces problèmes aujourd’hui. La future équipe au pouvoir devra rebâtir une économie productive avec une vision d’avenir.
Ceux qui promettent que l’on va raser gratis, mentent : il n’y a aucune solution viable là-dedans, aucun avenir. On a tellement habitué nos populations à être des assistées, des clients et des gens drogués par les aides de toutes sortes, que c’est difficile de leur faire entendre autre chose… Mais il faut changer ces mentalités. Il va falloir se mettre au travail et travailler deux fois plus qu’avant, restructurer notre secteur primaire (agriculture, pêche, élevage), vital pour le pays. Si nous n’avions pas abandonné notre secteur primaire il y a 30 ans, nous n’en serions pas là aujourd’hui.


Qualifié pour le second tour des Territoriales, ferez-vous alliance ?

QBO : On verra. Notre objectif est d’être au second tour, ce n’est pas pour faire alliance derrière, ni des compromissions. Cela voudra dire que nous avons bien progressé, que notre message passe bien. Nous n’avons pas repris du vieux pour faire du neuf. Chez nous personne n’a de casserole.

Territoriales 2013 : "il va falloir se mettre au travail et deux fois plus qu’avant", estime QBO
Quito Braun Ortega : « ‘Ia fa’aau ana’e hia i te mau tau i ma’iri, e ti’a ia tāta’i piti te mau tauto’ora’a »

‘Aita te ti’a e arata’i nei i te pūpū « Te hiti tau ‘āpī » e hina’aro ‘ia fa’ariro hia ‘oia ‘ei ti’a ōtōnōmī a ore ra nō te ti’amāra’a, o tē tāmoemoe nei i te mau ‘ōpuara’a faufa’a no te hō’ē harura’a i muri mai. ‘O tā Quito Braun Ortega i ha’apāpū mai, e ta’ata fa’atura rahi roa ‘oia i te mau ture a te hau repūpirita. Te nā’ō ra ’oia ē : « ‘A fa’aea na tātou i te ha’atito i nā tumu parau to’opiti. Nō’u nei : e mau pae teie nō te hō’ē noa feti’a. ».

Te pāto’i nei ‘oia i te poritita e arata’i hia nei e Gaston Flosse tāne. ‘Ua ho’i mai teie ‘ona taiete rau i ni’a i te tahua poritita i te matahiti 2010 ra, i horo ato’a atu i roto i te mā’itiraa ‘iritira’a ture tei tupu e piti matahiti i muri mai. ‘A tau ‘āva’e i teienei, tē fa’aro’o hia nei i tōna reo o te pāto’i  ‘ū’ana nei i te mau ‘ohipa petara’a,  te mau ‘umera’a ta’ata mā’iti, tae noa ato’a atu i te fa’aterera’a fa’atipara. Tāna ‘ōpuara’a : fa’a’āpī  i te mau ti’a e fa’atere nei i te fenua. Hou roatu, ‘ia ho’i mai te ti’aturira’a o te nūna’a.

I roto i tāna parau fafaura’a, tē nā’ō nei ‘o Quito Braun Ortega : « Tē hōro’a mai nei teie tīpu’uraa mana'ona'o o tō tātou parau i te fāna’o i te feiā mā’iti ‘ia tapū mutu roa o te fa’anahora’a i ro’ohia ai tātou i tō tātou mau fifi i teie mahana e, ‘ia ha’amau i te tahi tōtaiete hi’ora’a nō te mau u’i ‘āpī ».

‘Eāha tā ‘oe tātarara’a nō teie mau fifi e fārerei hia nei i Pōrīnetia ?

QBO : Te parau noa ra mātou ē : ‘aita te mau fa’anahora’a i ma’iri i manuia noa a’e. Pau roa te mau mea o te i rave hia i te roara’a o nā matahiti e 30 i ora hia mai e tātou, ‘aita ihoa i manuia. Te i mua noa i te mata. Te ‘ite ra tātou, ta’a noatu te ‘imira’a faufa’a, ‘ua ū tō tātou nei fenua i te tahi tau ‘ati mōrare, nā reira ato’a i te tahi ‘ati orara’a nūna’a. Teie ïa te rāve’a :  te ha’amaura’a i te hō’ē ‘ōpuara’a ‘āpī nō te tōtaiete, o tē fa’aineine hia nei e te tahi ā mau ti’a poritita ‘āpī, ia au te tahi mau huru fa’aterera’a ta’a ‘e.

Te fa’ahiti ra ‘oe te parau nō te ha’aiti mai te moni ‘āva’e o te mau ti’a poritita, ‘e ‘ere ānei te reira e rāve’a nō te ‘ume mai te mau reo mā’iti ?

QBO : ‘E ‘ere roa atu, ‘ua fa’ahiti ‘ē na mātou i taua tumu parau ra. I te fare ‘āpo’ora’a rahi, nō te moni ‘āva’e, ‘eita e nehenehe e pa’uma fa’ahou i ni’a i te fāito tāta’i toru o te moni tahua, pi’i hia te SMIG. Nō te mau fa’atere hau, i ni’a i te faito tāta’i maha o teie moni tahua. ‘Ia riro te reira ‘ei hi’ora’a pāpū. ‘Ia ‘ite mai te nūna’a, tē fa’a’ohipa ato’a nei mātou  i te mau fa’a’uera’a  ha’aitira’a i te mau ha’amau’ara’a.

‘Eaha ïa te mau vāhi o tā ‘outou e hina’aro ra e ha’apūai ?

QBO : I roto noa i teie ārea e 18 tae atu 24 ‘āva’e i muri nei, e ti’a ia fa’ahaere fa’ahou i te ‘ohipa  fāri’ira’a rātere. ‘Ua ‘ere a’e na tātou e 60 000 mau rātere i ni’a noa i te hō’ē maorora’a e pae matahiti, i ti’avaru hia ai 8 000 feiā rave ‘ohipa. Mai te peu e fa’aho’i mai ā tātou i teie nūmerara’a rātere, e ō mai ā 25 miriā farāne i roto te faufa’a moni o te fenua nei. Te aura’a ato’a, e pae tae atu e ono miriā o te ho’i fa’ahou mai i roto i tā tātou ‘āfata turu’uta’a.

E mahiti mai a 30 000 mau ta’ata no roto mai i te fa’anahora’a RSPF no te mea e noa’a fa’ahou mai i ta ratou ‘ohipa. I teie mahana, o te reira te tauto’ora’a e ti’a ia fa’ananea atu ā : te fāriira’a rātere. Teie te rāve’a nō te fa’ati’a fa’ahou i tō tātou nei fenua. Te ti’aturira’a ato’a, ‘ia nati fa’ahou mai te ta’ata mā’iti e te ti’a i mā’itihia. Te tahi, mai te peu e iti mai te mau ha’amau’ara’a a te mau pū ato’a o te hau fenua, e riro teie moni hau i ha’aputu hia ‘ei tuha’a moni pāpū nō te rave te tahi mau patura’a rarahi. I teie mahana, ‘aita e mara’a nei, ia te hau fenua, i te fa’aho’i tā na tārahu e 14 miriā i te matahiti hō’ē.

E ha’amau ānei ‘outou i te tahi atu mau tute ‘āpī, mai te tute moni fa’aō ?

‘Aita, ‘aita. E mauiha’a te pū’oira’a tute nō te fa’ahotu i te fenua. ‘Aita ato’a mātou e tu’u nei te parau nō te tute i tehiti. Terā rā, mea teimaha te mau hōpoi’a tute e vai nei iō tātou. ‘Aita mātou e vaiho te parau nō te tute, hou ra i te reira, a ha’aiti nā mua roa tātou i te mau ha’amau’ara’a o te hau fenua : e 2.6 miriā farāne i te matahiti hō’ē nō te fa’aterera’a o te ‘āpo’ora’a rahi, e 4  ore 5 miriā ‘ē atu nō te fa’aterera’a hau fenua.’Ia ‘āno’i ana’e hia te ta’ato’ara’a ( Te pū Matutu e ti’arau, te fare ‘Āpo’ora’a rahi e te peretitenira’a, ua hau i te 10 miriā.
E tītau hia ānei ihoa ia ha’amau’a i teie huru fāito moni, nō teie noa fenua o tātou, 270 tauatini ta’ata ? ‘Aita. Nō reira, te vai nei te ha’aitira’a i te mau tuha’a ato’a.

‘Eaha tā ‘outou mau ravera’a rū ?

QBO : ‘eāha ho’i tā rātou ‘ohipa i rave i teie rahira’a matahiti i mā’iri ? A ore re’a. ‘Aita e nehenehe e fēruri nō te hō’ē tau poto noa. E ti’a ‘ia fa’ahaere te mau ‘ohipa rū  ‘ei tīa’ira’a ‘ia nahonaho maita’i te mau ravera’a tāmau, nō te hō’ē ïa tau huru ātea ri’i. ‘A hani tā tātou mau fa’aterera’a i rave teie fa’anahora’a i roto i nā matahiti e 30 i mā’iri, ‘aita tō tātou fenua e fifi mai i teie te huru. E ti’a ‘ia teie pūpū ‘āpī e fa’ati’a fa’ahou i te fenua, na roto rā i te hō’ē hi’o āteara’a.  Teie mau ta’ata o tē parau nei e fa’a’ore rātou i te mau tute, mea ha’avare roa rātou. ‘Aita e hō’ē  a’e fā’otira’a tā rātou.

‘Ua ha’amatau noa tātou i tō tātou nūna’a ia tārere noa i te mau tauturura’a huru rau. I teie mahana, mea pa’ari roa nō te fa’ahiti te tahi mau parau ‘ē atu. ‘A taui tātou i teie huru fērurira’a. A tāta’i piti ana’e i te mau tauto’ora’a, i te pae ānei o te mau ‘ohipa fa’a’apu, tautai e te fa’a’amura’a ‘ānimara. ‘A hani ‘aita i vaiho hia i teie mau ‘ohipa, ‘aita tātou e fifi i teie mahana.

‘Eāha tō ‘oe mana’o mai te peu e ō ‘outou i roto i te piti o te hātua’ara, e tāpiri ānei ‘oe i te tahi atu pūpū ?

QBO : ‘A tīa’i noa. Tā mātou fā, ‘ia tae teie pūpū i te hope’a roa, ‘e ‘ere nō te tāpiri atu ia te tahi a ore ra te tahi, ‘a ore vaira’a nō te mau ‘ohipa ti’a ‘ore. Te aura’a, ‘ua nu’u ïa mātou i mua, ‘ua fa’aro’o hia mai i tō mātou reo. ‘Aita mātou i rave te mau mea fērurira’a tahito nō te ha’afariū mai i te mea ‘āpī. ‘Iō mātou, ‘aita e ta’ata i fa’ahapa hia e te ture.
 
TP


Rédigé par JPV avec TP le Lundi 18 Mars 2013 à 09:33 | Lu 2482 fois