Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Suivi des conséquences des essais nucléaires: les précisions du ministère de la défense



Suivi des conséquences des essais nucléaires: les précisions du ministère de la défense
Suite aux informations avancées par les associations de victimes des essais nucléaires au sujet des documents déclassifiés par le ministère de la Défense, ce dernier a souhaité réagir par un communiqué affirmant qu'aucun élément nouveau n'avait été apporté par la dé-classification de ces documents et que "les retombées des 41 essais atmosphériques effectués par la France entre 1966 et 1974 ont concerné l'ensemble de la Polynésie à des niveaux le plus souvent très limités":

"A la demande du Conseil d’État en date du 20 février 2012, le ministre de la Défense a transmis de nombreux documents classifiés à la commission consultative du secret de défense nationale (CCSDN).
Les avis rendus par cette commission indépendante, les 20 décembre 2012 et 21 mars 2013, prescrivent la déclassification à l’exception d’un nombre restreint de pages ou de paragraphes comportant des données techniques sur la composition des engins testés. Le ministre de la Défense a suivi ces recommandations dans leur intégralité et les a donc fait déclassifier. La remise de ces documents à l’avocat des associations représentant les vétérans victimes des essais nucléaires et aux magistrats instructeurs chargés du volet pénal de l’affaire est en cours.
C’est évidemment dans une totale transparence que le ministère de la Défense continue de communiquer sur les essais nucléaires. Dès 2006, à la demande de ces mêmes associations, le ministère avait diffusé de nombreux éléments en réponse à de multiples interrogations concernant les conséquences sanitaires et environnementales de ces essais. Des publications à caractère scientifique réunissant l’ensemble de ces données ont été largement communiquées. Les documents dernièrement déclassifiés n’apportent donc aucun élément nouveau car ils ont constitué les éléments de base pour la rédaction de ces ouvrages.
Les retombées des 41 essais atmosphériques effectués par la France entre 1966 et 1974 ont concerné l’ensemble de la Polynésie à des niveaux le plus souvent très limités.
Pour autant, les retombées de certains tirs ont affecté davantage quelques îles et atolls de la Polynésie française, en raison d’une évolution des vents provoquant un décalage de la trajectoire du nuage radioactif par rapport aux prévisions.
Concernant plus spécifiquement les retombées des 19 et 20 juillet 1974 sur l’île de Tahiti consécutives à l’essai « Centaure » du 11 juillet, le rapport déclassifié précise, en complément, que la dose reçue, dans le secteur de Mahina, représente seulement 6 % de la dose maximale admissible (soit 0,3 millisievert) fixée par la réglementation de l’époque, pour le public à 5 millisieverts.
A titre d’information, la radioactivité d’origine naturelle délivre une dose individuelle de l’ordre de 1 millisievert en Polynésie française et de 2,4 millisieverts en moyenne par an en France métropolitaine. Celle délivrée lors d’une radiographie pulmonaire est d’environ 0,2 millisievert.

Les données relatives aux doses délivrées aux populations suite aux retombées des essais en Polynésie française, sont totalement prises en compte dans les travaux du comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires (CIVEN) créé par la loi du 5 janvier 2010 relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français.
La prise en compte des conséquences des essais nucléaires et la volonté marquée d’en assumer pleinement les conséquences ont été et demeurent un souci permanent de l’État qui, en la matière, agit en toute transparence.
Le travail d’identification des documents répondant à la demande de communication des magistrats et des associations se poursuivra dans les mois à venir."

Paris, le mercredi 3 juillet 2013
Le ministère de la Défense

Rédigé par () le Mercredi 3 Juillet 2013 à 07:36 | Lu 1204 fois






1.Posté par Ugly Quijot le 03/07/2013 09:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le COSCEN dit que les "concentrations de Plutonium sur Mahina ont été 500 fois supérieures au maximum admis".
Le Ministère dit que la "dose de radioactivité reçue à Mahina à été seulement de 6% de la dose maximale admise" (soit 17 fois en dessous de cette dose maxi).

Ça joue sérieusement sur les mots, et il va falloir m'expliquer s'il s'est passé quelque chose de dangereux pour nous ou pas... Ou alors il y en a un (ou les deux) qui fait du ha'avarevare.

2.Posté par bs le 04/07/2013 00:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

langue de bois quand tu nous tiens...

3.Posté par beaulieu le 04/07/2013 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je recommande à tous ceux qui croient aux gros mensonges de "Moruroa et tatou" de se pencher sur deux ou trois choses simples concernant la radioactivité et ses valeurs, vous pourrez ainsi vous faire votre propre opinion sans être la victime des "on dit". Si les affirmations de cette association tenaient la route, ils devraient au moins pouvoir mesurer sur le terrain ce qu'ils avance, hors c'est impossible puisqu'il n'y a rien de vraiment mesurable. Pour des produits qui ont des périodes (durée de vie active) de plusieurs milliers d'années c'est plutôt bizarre non ?
Mais il n'est pire sourd que celui qui ne veux pas entendre; la radioactivité est dangereuse oui, le tout est de savoir ou, pourquoi, et à quelle dose sans tricher.

4.Posté par Tehei le 04/07/2013 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ugly post 1 : t'es malade ou t'es pas malade , voilà ce qui c'est passé , faut pas chercher midi à 16h ( 14h c'est trop rapide pour nous ) et pis c'est tout §

5.Posté par Tehei le 04/07/2013 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Beaulieu , Moruroa et tatou ne mentent pas , ils sont juste irradié à force de mesurer et mesurer et rerememesurer ils ont cramés un cable §

6.Posté par Happy Feet le 04/07/2013 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ beaulieu
C'est trop fort quand même ! Et tu crois que l'on va continuer à gober LES ENORMES MENSONGES DE LA FRANCE ?
C'est bien connu , ce sont toujours les victimes et ceux qui les défendent qui ont tort ..........jusqu'à ce que la VERITE REMONTE A LA SURFACE , un jour ou l'autre !
Parahi .

7.Posté par Tehei le 04/07/2013 15:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Happy Feet , si cela remonte à la surface , ce ne seront plus des retombées mais des remontées , et nous serions de nouveau recontaminé et , par gravitation , re-retombées alors là , c'est la cata §

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Décembre 2020 - 19:42 ​L'ombre du couvre-feu plane sur les fêtes

Mercredi 2 Décembre 2020 - 19:14 ​Giscard, président de l'autonomie de gestion

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus