Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



StopCovid: le Parlement vote sur le traçage numérique, outil controversé



Paris, France | AFP | mercredi 27/05/2020 - C'est un débat clivant sur le numérique et les libertés individuelles: le Parlement va voter mercredi pour ou contre StopCovid, une application pour smartphone censée aider à lutter contre l'épidémie en traçant les "cas contacts", mais qui suscite des inquiétudes jusque dans la majorité.

Le débat démarre à 15H00 à l'Assemblée et dans la soirée au Sénat. Il sera suivi de votes non contraignants pour le gouvernement, mais hautement symboliques pour le secrétaire d'Etat Cédric O, qui a fait du sujet son cheval de bataille.

"Sous réserve du vote au Parlement, l'application pourra être disponible dès ce weekend", afin d'accompagner la deuxième phase du déconfinement le 2 juin, a-t-il indiqué. L'exécutif en décidera. 

"Ce que montrent les travaux des épidémiologistes, c'est qu'elle est utile dès les premiers téléchargements (...) Pour avoir une efficacité sur un bassin de vie, il faut un peu moins de 10% d'utilisateurs", a encore affirmé le secrétaire d'Etat au numérique, sur Europe 1 mercredi.

Le gouvernement n'a eu de cesse de souligner le caractère "volontaire", "anonyme" et "temporaire" de cette application, qui ne nécessite pas de changement législatif.

Concrètement, sur la base du volontariat, cette appli permettra à une personne positive au coronavirus d'alerter automatiquement tous les utilisateurs avec lesquels elle a eu un "contact prolongé" récemment, à moins d'un mètre et durant plus de quinze minutes, afin qu'ils se fassent tester à leur tour. La fonction Bluetooth du téléphone est utilisée, donc pas de géolocalisation.

Mardi, la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a donné son feu vert. Elle estime que StopCovid respecte la législation relative à la vie privée, tout en réclamant une évaluation régulière et une information détaillée pour les utilisateurs.

Mais cela ne suffira pas à éviter une discussion enlevée dans les deux chambres. "Ce sera assez clivé, dans l'ensemble des groupes", pronostique une source parlementaire.

Si une large part des LREM devraient soutenir l'exécutif, certains souhaitent s'abstenir ou voter contre comme le député Sacha Houlié, opposé à "ce type d'outils".

Quant aux ex-LREM du 9e groupe à l'Assemblée, ils sont pour la plupart hostiles au projet, sauf le mathématicien Cédric Villani, satisfait des "gardes-fous" et voulant soutenir la "souveraineté numérique".

Car contrairement à d'autres pays, le gouvernement a choisi de ne pas passer par les solutions de Google et Apple, et de recourir à un outil bâti par des chercheurs d'Inria, l'institut français de recherche en informatique. 

Les développeurs ont donc dû plancher pour que leur solution soit compatible avec un maximum de mobiles.

"gadget"

StopCovid fonctionnera "très bien" notamment sur iPhone, a assuré Cédric O, même si des problèmes techniques persistaient sur certains "vieux téléphones" et des modèles Apple.

La droite est partagée: "massivement contre" à l'Assemblée mais plutôt pour au Sénat.

"C'est important d'avoir une application souveraine, plutôt qu'une application contrôlée par les Gafa", estime ainsi le groupe LR du Palais du Luxembourg. Pendant que Damien Abad, chef de file des députés LR, souligne les interrogations persistantes sur "les libertés individuelles" et critique une "appli gadget sortant 15 jours après le déconfinement".

A gauche, c'est non. Le patron des Insoumis Jean-Luc Mélenchon fustige une "menace pour les libertés" et juge l'application "inefficace", car "les plus âgés, les plus potentiellement victimes du Covid-19 sont aussi ceux qui ont le moins de smartphones".

Mais le coeur de cible, a répondu Cédric O en commission au Sénat, ce sont des "urbains actifs qui vont dans les supermarchés, les bars et restaurants, les transports en commun", et qui pour "plus de 97% d'entre eux ont un smartphone".

Au RN, on dit "insuffisantes" les garanties pour les libertés. 

Fin avril, le Premier ministre, Edouard Philippe, qui serait circonspect et sera absent dans les hémicycles, avait promis un débat et un vote "spécifiques", afin de répondre aux inquiétudes. 

"Cédric O a voulu aller au bout", glisse une source parlementaire. Mais "cela doit être un outil dans la boîte à outils, dans une stratégie plus globale".

De l'association La Quadrature du net à la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH), plusieurs organisations de défense des libertés ont pris position contre l'application. L’Institut iDFRights sur les droits fondamentaux digitaux, présidé par Jean-Marie Cavada, a lui appelé mercredi à "accentuer la vigilance", demandant notamment "l'effacement de toutes les informations" collectées. 

le Mercredi 27 Mai 2020 à 06:37 | Lu 252 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus