Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



RSPF : les promesses de Paris renouvelées



Jean-Paul Tuaiva en intervention à l'Assemblée nationale (Photo d'archives/Capture d'écran).
Jean-Paul Tuaiva en intervention à l'Assemblée nationale (Photo d'archives/Capture d'écran).
PARIS, le 16 décembre 2014. Dans les questions au gouvernement posées ce mardi à l'Assemblée nationale, le député polynésien Jean-Paul Tuaiva a interrogé une nouvelle fois l'Etat sur son retour annoncé au financement du régime de solidarité de Polynésie française (RSPF). "La dégradation de l’emploi et la faillite de centaines d’entreprises ont creusé durablement le déficit du régime de solidarité. Ce régime compte aujourd’hui près de 80 000 ressortissants, soit un tiers de la population. Notre collectivité ne disposant pas d’allocations de chômage, ce régime de solidarité est le principal amortisseur social". Le député a rappelé aussi les nombreuses interpellations faites par les élus polynésiens au gouvernement central à ce sujet que ce soit en direction de la ministre de santé, Marisol Touraine ou des outre-mer George Pau-Langevin et même directement au président François Hollande. Toutes les réponses formulées indiquaient alors que "des mesures concrètes seraient annoncées d’ici la fin de l’année".

Or, la fin de l'année approche à grands pas et les promesses de l'Etat n'ont pas encore concrètement porté leurs fruits. "Afin de rassurer les Polynésiens à la veille des fêtes de fin d’année, pourriez-vous exposer les mesures concrètes que le Gouvernement entend mettre en œuvre ?" interrogeait directement Jean-Paul Tuaiva. C'est la ministre des outre-mer, George Pau-Langevin qui a répondu à cette interpellation, rappelant l'expertise de l'Igas réalisée en cours d'année pour "rechercher des solutions dans le cadre d’une mission d’appui" nécessitant de mettre en œuvre des réformes structurelles "afin que ce régime retrouve l’équilibre". La ministre concluait néanmoins sa réponse ce mardi par une nouvelle vague promesse : "Vous pourrez dire au président Fritch, dont nous admirons le travail et le courage, que cet engagement sera tenu et que l’État sera au rendez-vous pour la Polynésie".

Rédigé par Mireille Loubet le Mardi 16 Décembre 2014 à 10:50 | Lu 978 fois







1.Posté par tuturu le 16/12/2014 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PAROLE ! PAROLE ! regardez l'intervention de notre député, quelle déception
sur le visage de notre député, suite à la réponse du ministre de l'autre mer

2.Posté par Léon Tautu Ceran Jerusalemy le 16/12/2014 12:25 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien que je sois un fervent défenseur du " aides-toi et le ciel t''aidera", on ne peut que féliciter le président Édouard Fritch et le député J.P Tuaiva pour ce succès !
Toutefois, il faudra bien qu''un jour cesse cette politique de mendicité .

3.Posté par zozo le 17/12/2014 14:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Félicitation à Mm PAU-LANGEVIN qui ne s'est pas laissée berner par les manœuvres politiciennes du TAHOERA ! L' état a l'appui des réformes effectuées sur la base du rapport de l'IGAS voilà ce qu'il fallait faire rentrer dans le crane du TAHOERA qui avait eu l'audace de poser un ultimatum !Aucune des propositions de 49 à 66 de l'IGAS pour le RSPF n'a été entreprise ! aucune des réformes concernant la PSG de 1 à 49 n'a été mis en œuvre ou si peu !De plus le CA de la CPS n'ayant pas été élu alors qu'un jugement est tombé , ces quelques mesures prises par l'administrateur provisoire seront attaqué en justice et donc non appliqué

4.Posté par zozo le 17/12/2014 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

suite
Le TAHOERA ne veut pas d'un accompagnement mais d'un gros chèque pour continuer et accentuer sa politique clientéliste; E FRITCH a admis continuer à avoir des relations affectueuses de 30 ans avec le président du TAHOERA condamné pour détournement de fond.Il a admis aussi avoir été au courant que celui ci était parti avec de la vaisselle précieuse et avoir décidé de ne pas porter plainte . Bref il reprend à son compte la politique de son prédécesseur. Application des propositions 49 à 66 de l'IGAS !!.Le TAHOERA fait une résolution sur le nucléaire,mais il refuse de transmettre le rapport de l'IGAS aux élus pour ne pas en débattre à l'assemblée FF=TT

5.Posté par zozo le 17/12/2014 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le TAHOERA critique PARIS parce qu'il ne veut pas donner un gros chèque au gouvernement ; Pas gentil PARIS avec le TAHOERA qui ne va pas pouvoir arroser davantage ses clients en cadeaux de noèl. Pas de HONTE ce parti qui prend l'argent destiné au RSPF pour sa politique et après râle parce que PARIS veut pas combler le trou qu'il a creuser au RSPF! Le petit jeu de je t'aime moi non plus avec FRITCH n'a pas marché ! Après avoir travaillé pendant 30 ans avec FLOSSE ,épousé sa fille, lui avoir fait des petits enfants , été choisi par FLOSSE comment croire un instant que FRITCH ne serait pas de mèche avec son ex beau père !La preuve il l'a laissé emmener la vaisselle de la présidence

6.Posté par zozo le 17/12/2014 20:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le TAHOERA-TAVINI doit appliquer le rapport de l'IGAS et le rapport BOLLIET si il veut de l'aide ! BRAVO BRAVO PARIS ! LIBEREZ NOUS ! finis l'assistanat, des réformes effectives sinon pas de sous . N' ecoutez plus nos politiciens retords sans scrupules qui ne font que ce qu' ils veulent même si cela nous conduit tout droit à la misère. Nous en avons assez de cette classe politique qui n'a honte de rien et se partage les biens et l'argent publiques sans vergogne NE PAYER PLUS !et surtout CONTROLEZ et SANCTIONNEZ ! Voila ce qu'attende les polynésiens que nous sommes de l'ETAT FRANCAIS

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués


















ranktrackr.net