Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Prison de Papeari : le syndicat pénitentiaire s’oppose à une embauche métropolitaine



Une manifestation d'agents pénitentiaires a été organisée lundi pour dénoncer le recrutement d'un agent technique métropolitain pour un poste d'informaticien à la prison de Papeari.
Une manifestation d'agents pénitentiaires a été organisée lundi pour dénoncer le recrutement d'un agent technique métropolitain pour un poste d'informaticien à la prison de Papeari.
FAAA, 19 septembre 2016 - Les agents pénitentiaires de Faa’a-Nuutania manifestent à l’appel du syndicat maison contre la mutation à Tahiti d’un technicien informatique actuellement en poste en métropole et sans attache sur le fenua.

Ce que redoute surtout le syndicat pénitentiaire de Polynésie française, apparenté Force ouvrière, est que cette affaire ne crée un précédent dommageable pour l’avenir, alors que dans l’immédiat plusieurs postes d’agents techniques demeurent encore à pourvoir au nouveau centre pénitentiaire de Papeari.

L’élément qui a mis le feu aux poudres est l’annonce, mardi 13 septembre, de la mutation d’un agent métropolitain pour occuper le poste d’informaticien en qualité d’adjoint technique au centre de détention de Papeari. Cette décision a été prise par la direction centrale de l’administration pénitentiaire, à la suite d’une analyse en commission administrative paritaire de mini-mobilité d’adjoints techniques restée infructueuse.

"Partant de là, ils auraient dû ouvrir un concours pour un recrutement local. Mais le poste a directement été confié à un agent métropolitain. Et ça, on ne comprend pas", dénonce Angelo Zarli, le secrétaire général du syndicat FO Pénitentiaire.

Pour les agents manifestants du centre pénitentiaire de Faa’a-Nuutania, cette décision de mutation est d’autant moins compréhensible qu’elle déroge, selon eux, à un accord de fin de conflit signé avec la direction régionale en avril 2003 et sans cesse respecté depuis. Ce protocole d'accord stipule que "pour tous les postes vacants, il sera recherché, dans le respect des règles statutaires, à recruter un personnel polynésien par voie de concours ou de promotion interne", les détachements ne pouvant intervenir qu’ "à défaut de candidats susceptibles de remplir les conditions de ces postes" ou à la suite d’un concours resté infructueux.

Protocole et engagement officiel

"Pour le moment ce poste n’a pas été proposé aux Polynésiens", assure Angelo Zarli. "Je pense que nous avons ici, en Polynésie, suffisamment de personnes compétentes en informatique".

Dans le milieu pénitentiaire en Polynésie française, les recrutements d’agents techniques sont ouverts au niveau national en fonction d’un profil recherché. Mais il est tenu compte du Centre d’intérêt moral et matériel (CIMM) de chaque candidat, afin de favoriser les agents qui auraient un intérêt familial ou patrimonial à être muté sur le territoire, pour une affectation sans limite de durée. Dans le cas contraire, les mutations sont faites pour une durée de deux ans et moyennant indemnités d’éloignement.

Mais depuis 2012, les syndicalistes affirment que la Polynésie fait l'objet d'une particularité, au plan national. Le Haut-commissariat a pris l’engagement lors de la Convention d’engagement partenarial pour l’emploi et le développement local, signée cette année-là avec le Pays et la mairie de Teva I Uta, d’installer un centre d’examen décentralisé afin de permettre l’organisation en Polynésie française du concours des services pénitentiaires. Les 204 futurs agents pénitentiaires polynésiens recrutés par ce biais sont actuellement en formation à Agen. Ces concours déconcentrés ont également été mis en œuvre pour le recrutement du 1er surveillant, des officiers, des secrétaires administratifs de la future prison de Papeari.

Les agents techniques ont fait l'objet d'un recrutement "à la carte". "Aujourd’hui, nous avons une personne de métropole – nous n’avons rien de personnel contre elle – qui s’est positionnée mais qui ne remplit pas les conditions", dénonce le syndicaliste Karl Manutahi, en faisant de cette affaire une question de principe. "Nous avons ici, aujourd’hui, une jeune informaticienne recrutée en CDD, qui habite Papeari et qui attend que l’on ouvre un concours pour qu’elle puisse postuler et régulariser sa situation".
"Si nous ne sommes pas entendus aujourd’hui, nous le serons demain : nous continuerons à nous plaindre jusqu’à ce qu’ils respectent le protocole d’accord de 2003", clame de son côté Angelo Zarli.

La manifestation de lundi s’est faite dans le calme, avec l’accord de la direction de l’établissement pénitentiaire de Faa’a. Le directeur, Yannick Massard n’a pas souhaité faire de déclaration en opposant son devoir de réserve. De leur côté, les manifestants affirment qu'ils ne sont "pas là pour bloquer le fonctionnement pénitentiaire. Nous avons choisi de manifester un lundi parce que ce n’est pas un jour de parloir". Des bonnes manières qui ne masquent qu'à peine leur apparente détermination dans ce dossier.

La prison de Papeari en quelques chiffres

Le chantier du centre pénitentiaire de Papeari a été lancé en juin 2013 pour un coût de 9,403 milliards Fcfp (78,8 millions d’euros) financés par l’Etat. Du point de vue de son coût, il s'agit de la plus importante réalisation en cours en Polynésie française. La maîtrise d’œuvre a été confiée à l’entreprise métropolitaine Léon Grosse.

Cette prison de 12 450 m2 de surface utile, et d’une capacité d’accueil de 410 détenus, entrera en activité en mai 2017 avec plus de six mois de retard. L’établissement est composé de cellules de 10,5 m², équipées d'une douche, d'un WC, d'un lavabo, d'un lit, d’une liseuse, d’une table et d'une chaise, conçues pour accueillir un seul détenu.

L’ouverture de la prison de Papeari doit générer 250 emplois pérennes. Le recrutement des futurs agents a donné lieu en 2015 à une sélection par concours, localement. Parmi les 4502 candidats qui ont participé aux épreuves dans les 16 centres d’examen, 794 ont été reconnus admissibles et 204 élèves agents pénitentiaires ont finalement été recrutés. Ce contingent suit actuellement une formation de 8 mois à Agen, à l’Ecole nationale d’administration publique (ENAP). Initialement attendu de retour en Polynésie française courant octobre, cet effectif ne sera finalement de retour que mi-décembre, compte tenu du retard pris par les travaux de construction. Les prises de fonction opérationnelles doivent avoir lieu le 30 janvier 2017, dans le nouveau centre pénitentiaire, trois mois avant la réception des premiers détenus. La prison de Papeari ne devrait accueillir que des détenus hommes, majeurs et soumis à de longues peines.
(Photo prise en juin 2015)
(Photo prise en juin 2015)

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Lundi 19 Septembre 2016 à 14:55 | Lu 11254 fois





Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

29.Posté par Marlene le 24/09/2016 06:44 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle honte! La Polynésie est bien française??? Alors un français ne peut être muté mais les futurs agents sont actuellement en formation en France!

28.Posté par tortue verte le 22/09/2016 01:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vu qu'il y a 20 % de chômage en PF, et pas d'allocations, il est normal qu'à qualification requise pour un poste, le poste soit donné au local. En plus, cela évite tous les frais dus au déplacement, au déménagement, à l'éloignement.
C'est le bon sens qui doit primer !

27.Posté par Lulu le 21/09/2016 10:51 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Certains vont trop loin dans leur propos ! !
Les mentalités et les coutumes ne sont pas les mêmes.
Après avant de critiquer les tahitiens vaudrait mieux regarder ce qu on recrute en France métro déjà ...

26.Posté par ENGIE isnoteco le 21/09/2016 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qu'il faudrait...ce serrait de supprimer l'indexation et les petits avantages...tous le monde égaux...ne viendront que les metro amoureux de découvrir une contrée lointaine...

25.Posté par paku le 21/09/2016 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tous des geullois de ta gaulle

24.Posté par Juju le 20/09/2016 22:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et alors que le français reste ou rentre chez lui, et le Tahitien (le fainéant comme vs dites ) aura du travail. Combien y a t'' il de chômeurs en France qui viennent prendre la place des Maohi. " redresseur réfléchit avant de dire n''importe quoi"

23.Posté par Matt le 20/09/2016 19:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@post11: "moins sectaire et attardé en France"?!?!?! Va faire un tour en métropole pour mettre ton cerveau au goût du jour !

@post18: ce sont des propos qui ne t'honorent pas. Je te rappelle qu'ici, la France ne distribue pas des milliards de xpf de prestations sociales. Elle répare les fautes commises il y a quelques décennies (essais nucléaires notamment). Et ces fautes ont engendré pléthore de décès, maladies, etc... Il ne faut pas être ignare, mais plutôt réaliste.
Et puis tu dois être bien content de ne pas payer d'impôts ici ?
C'est un popa'a qui te répond.

22.Posté par ......... le 20/09/2016 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@3: D'accord avec toi, embauchons local, et puis ensuite que l'état supprime l'indexation! Bah oui à la base l'indexation c'était le coefficient multiplicateur motivateur qui faisait se déplacer le métro de la france jusqu'ici, si on a que du local, elle sert à rien cette indexation!

21.Posté par APETAHI le 20/09/2016 18:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

QUOI l'argent de la France, elle a pollué notre fenua avec les essaies nucléaires. D'accord avec le poste 3.

20.Posté par coyote le 20/09/2016 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le problème c'est que le local est un C.D.D alors même si il a le même niveau de qualification, il ne peut pas prétendre à ce poste si l'autre est un titulaire.....et bloquer la place pour forcer un concours ne semble pas loyal.....

19.Posté par PK.METRO le 20/09/2016 16:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme beaucoup de chose , il suffirait qu'un détenu ne parle que le breton ou le correzien, il serait alors opportun d'embaucher des surveillants de ces régions. ....JE PLAISANTE...je sais que les locaux parlent ces langues .

18.Posté par Redresseur le 20/09/2016 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si vous étiez moins fainéant sur le fenua peut etre qu on arriverait à trouver des personnes compétentes ! C est de la xénophobie de votre part rien de plus ! Et l argent de la France en attendant vous etes bien contents qu il nourrisse vos enfants qui sans cela vivraient dans un pays sous développé !

17.Posté par Popol le 20/09/2016 15:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hé les débiles,

Vous n'avez pas le droit d'effectuer une discrimination en raison du lieu de naissance (article 14 de la convention européenne des droits de l'Homme, principe repris par la cours de cassation).

La protection de l'emploi local ne peut se faire qu'a égalité de mérite pour l'accès à la fonction publique (article 18 de la loi organique portant statut de la PF). En cas de concours, si un non local a une meilleure appréciation, il passe devant.

Dans le privé, la liberté contractuelle viendra à l'encontre de votre pito et de votre envie d'être payé à rien foutre.

Travaillez et soyez compétent au lieu de dire des âneries.

16.Posté par Tehei le 20/09/2016 15:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'espère qu'ils refuseront aussi le premier taulard métro ...... que du local voyons §

15.Posté par Teati nui Redon le 20/09/2016 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Post 1 : Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier, mais surtout éviter d'écrire des bêtises ! Il s'agit, ici, la juste reconnaissance d'un accord signé par le syndicat et l'Etat dans lequel ce dernier s'est engagé à respecter la clause stipulant que pour chaque poste, il sera procédé à un recrutement local avant tout. Et donc, si ça a été signé, c'est qu'il y a une valeur légale. Et le poste mentionné dans l'article est tout à fait accessible à des candidats locaux, alors pourquoi ne pas rendre cela possible ? L'aide financière de le France n'a absolument rien à voir la dedans. C'est un autre débat.

14.Posté par Kaddour le 20/09/2016 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans tous les pays du monde , lorsqu'on a besoin de techniciens de haut niveau, on leur offre pas mal d'avantages pour qu'ils acceptent de venir. Une fois qu'il ont transmis leur savoir faire à des locaux, (1, 2 ou 3 ans) on peut les renvoyer chez eux ! N'est-ce pas le cas ici ???
Il est vrai aussi que si les salaires de ces personnels étaient en rapport avec les ressources polynésiennes, les postes seraient moins attractifs !!! Alors , merci la France, même si l'époque du CEP-CEA est révolue...

13.Posté par TUPUNA le 20/09/2016 10:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@post 7 :
Désolé mais tu es hors-sujet.

@post 10 :
Sûrement.

@post 11 :
Tant mieux pour les "Tahitiens sans racines", car si la France se fait envahir par des Arabes et migrants (plus intelligents que toi), je ne vois pas pourquoi un Tahitien (moins attardé que toi) travaillant pour le bien-être de la France, dérangerait ta conscience.

Je n'ai rien contre les Métropolitain, mais je préfère privilégier un enfant du pays ayant les diplômes et expériences requis avant de faire appel à un candidat Métropolitain.

12.Posté par Moana le 20/09/2016 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@poste 11

va dire ça aux maghrébins

les polynesiens n'ont pas colonisé la France, il ne faut pas inverser les rôles...


11.Posté par Jeremy le 20/09/2016 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il paraît qu'en France métropolitaine on n'interdit pas aux "Tahitiens sans racines" de venir travailler ! C'est vrai que là-bas on est moins sectaire et attardé... Même les syndicats métropolitains ! C'est dire.

10.Posté par citoyendumonde le 20/09/2016 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est quoi alors un Polynésien ? Quelqu'un avec la peau un peu noire ? Quelqu'un né ici ? Quelqu'un qui a déjà travaillé ici ? Quelqu'un qui a un prénom qui sonne local ? Quelqu'un qui parle le tahitien ?

9.Posté par pas bronzé, pas travail. le 20/09/2016 08:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est une manifestation contre l'embauche métropolitaine mais rein a voir avec une quelconque race

8.Posté par Vahineura le 19/09/2016 23:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'accord avec le poste 3.

7.Posté par F.M le 19/09/2016 23:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

204 locaux employés, 1 non local.....Le racisme à la polynésienne dans toute sa splendeur.....

6.Posté par Mazoku le 19/09/2016 22:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour ce que je sais de la formation du cfpa elle es minime car ne permets pas d''avoir l''équivalent en bts informatique etc après le risque c que si au bout de 3 mois le côté informatique prend l''eau je pense que c''est la gestion de la prison qui cou

5.Posté par Maihau le 19/09/2016 20:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tahiti est l''attraction de tout ces métropolitains ...indexation a non plus en finir, maison de fonction et j''en passes...ils viennent se gaver et si ça ne marche pas....ce n''est pas grave...je m''en vais...pauvre tahiti...money rules...maybe...

1 2
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués