Tahiti Infos

Plan rouge: cellule de crise plus vraie que nature à Tairapu Est


Credit photo BCI
Credit photo BCI
Un exercice « Plan rouge » a été organisé ce jeudi 1er mars 2012, à Taiarapu-Est au niveau du port de Faratea, par le Haut-Commissariat (Direction de la Défense et de la Protection Civile), en partenariat avec des services de l’Etat, de la Polynésie française et des communes de Tahiti.

Le scénario de l’exercice 2012 consistait en une simulation d’un accident de la circulation impliquant cinq véhicules légers et une trentaine de victimes. Alertés par l’appel d’un témoin, les services de secours sont rapidement mobilisés entraînant le déclenchement du « Plan rouge ».
Après un premier bilan, les services secours arrivés sur place ont demandé des renforts et une cellule de crise communale a été activée à la mairie de Taravao. Très rapidement la gendarmerie nationale, les sapeurs-pompiers des communes sollicitées ont gagné les lieux sous la coordination du chef des opérations de secours de la DDPC.
Le SAMU a rejoint le site de l’accident par voie aérienne (fictif) pour permettre la prise en charge rapide des victimes les plus atteintes (urgences absolues). Ces dernières ont été évacuées sur l’hôpital de Taravao et un poste médical avancé a été monté par le SAMU avec l’aide de la fédération polynésienne de sécurité civile pour gérer sur place les autres victimes.

C’est la première fois qu’un exercice de cette envergure est organisé à la presqu’île.
Les équipes de secours ont été confrontées à différents cas de figures :
- l’extinction d’une voiture en feu
- la désincarcération des victimes dans les véhicules accidentés
- le sauvetage d’une victime dans une voiture immergée
- la prise en charge et le transport d’un nombre important de victimes en même temps
- l’accueil des familles par la cellule d’urgence médico-psychologique et la mairie de Taiarapu-Est.

Cet exercice « Plan rouge 2012 » avait pour objectifs de tester la bonne circulation de l’information, l’efficacité de la coordination des moyens de secours et la mise en place effective, sur le terrain, des moyens médicaux et de l’accueil des familles des victimes. Il s’agissait aussi d’évaluer la bonne application de l’arrêté « Plan rouge » adopté en 2009 et de le mettre à jour notamment dans le cadre d’adoption progressive par les communes de leur Plan communal de sauvegarde (PCS).

S’appuyant sur le dispositif du plan ORSEC (Organisation de la Réponse de SEcurité Civile), le « Plan rouge » est un plan d’actions coordonnées, destiné à faire face à un événement accidentel faisant un grand nombre de victimes et nécessitant des moyens de secours tels que ceux des services d’incendie et de secours, du Service d’Aide Médicale Urgente (SAMU), de la Gendarmerie Nationale, de la police municipale, et la fédération polynésienne de secourisme.


Au total, près de 200 personnes ont été mobilisées pour cet exercice grandeur nature. Afin d’être le plus fidèle possible à la réalité, une trentaine de personnes, membres d’associations communales ont été grimées et ont joué les victimes de l’accident.


L’exercice s’est déroulé sur plusieurs sites distincts :
- Sur la commune de Taiarapu-Est, avec l’activation du Plan Communal de Sauvegarde (PCS) qui s’est traduit par la mise en place de la cellule communale de crise chargée de suivre l’évolution des événements sur le terrain et d’appuyer les secours en mobilisant les moyens humains et matériels adaptés.
- Sur le site de l’accident sur la commune de Taiarapu-Est, a été monté un Poste médical avancé (PMA) par le SAMU en liaison étroite avec l’hôpital de Taravao.
- Au Haut-Commissariat a été activé un Poste de commandement de crise restreint dirigé par le Directeur de cabinet en sa qualité de directeur des opérations de secours (DOS) en collaboration avec des services de l’Etat et de la Polynésie française (Direction de la Santé).


Credit Photo BCI
Credit Photo BCI

Rédigé par communiqué Haut Commissariat le Vendredi 2 Mars 2012 à 06:15 | Lu 1119 fois