Tahiti Infos

Opération de sauvetage pour le baleineau de Huahine (màj)


Une photo du baleineau prise ce matin au mouillage.
Une photo du baleineau prise ce matin au mouillage.
Matairea c’est le nom donné au baleineau, une jeune femelle isolée, qui depuis le mardi 18 septembre erre au mouillage de Fare à Huahine. Apeurée, sans repères elle se réfugie sous la coque des voiliers. Autour de Matairea, le groupe d’étude des mammifères marins (GEMM) de Rangiroa et des plongeurs se mobilisent pour la survie du baleineau et mettent en place, en priorité, un périmètre de sécurité autour de la jeune baleine. Séparée de sa mère, ses chances de s’en sortir et de regagner la haute mer sont relativement minces.

Pour l’alimenter, depuis deux jours, les sauveteurs ont mis au point un drôle d’appareillage : une grosse marmite de mixture reliée à un tuyau qui va dans la bouche du baleineau. Visiblement ça marche. «Elle est très affaiblie, très amaigrie, mais depuis deux jours que nous l’alimentons, son état est stationnaire. Elle semble même reprendre un peu de vigueur» explique Pamela Carzon, chargée de mission sur le suivi des baleines à bosses pour le GEMM. Le groupe d’études des mammifères marins a pris attache avec le docteur Mickaël Poole, spécialiste des baleines, basé à Moorea, pour des conseils éclairés, sur ce qui peut être entrepris pour le sauvetage de Matairea.

Pour les sauveteurs, la priorité est tout d’abord de garantir un périmètre de sécurité afin qu’ils puissent concentrer leurs efforts sur la survie du baleineau. Pas plus de six voiliers mouillent actuellement à Fare, mais les sauveteurs craignent que la présence du baleineau devienne une attraction, laquelle pourrait être fatale et réduire à néant les efforts accomplis depuis deux jours. «Il ne faut absolument pas que les gens tentent de s’approcher. Notre but est de réussir à lui redonner suffisamment de forces pour qu’elle puisse, le plus tôt possible, rejoindre la haute mer. Si on n’arrive pas à la nourrir, la jeune baleine est en danger de mort» précise encore Pamela Carzon. L’appel à la responsabilisation de la population est lancé.

Quelles sont les chances que Matairea s’en sorte bien ? «Sa meilleure chance serait de retrouver sa mère. Parfois elle lance des signaux acoustiques pour appeler, malheureusement cela fait plusieurs jours que le baleineau est seul. Il arrive que, la mère et les jeunes baleineaux se retrouvent séparés par l’arrivée d’un mâle adulte agressif. C’est l’une des hypothèses». Sans sa mère, Matairea une fois suffisamment requinquée, pourrait être accompagnée vers la haute mer où elle pourrait alors tenter d’intégrer un autre groupe de baleines. En attendant, il est absolument recommandé de ne pas tenter de s’approcher du périmètre de sécurité mis en place autour d’elle. Sa survie passe aussi par la tranquillité du site…

En dépit de ces voeux, trop de personnes viennent en curieux sur le site du mouillage de Fare ce qui complique décidément le travail des sauveteurs : "le baleineau se nourrit beaucoup plus facilement quand les eaux sont calmes, nous passons actuellement trop de temps à effectuer la police pour le respect du périmètre de sécurité" explique le GEMM qui s'active, sans relâche depuis trois jours maintenant autour de ce baleineau femelle coincé dans le lagon. Une nouvelle sortie vers la haute mer pourrait néanmoins être tentée durant le week-end. Matairea finira-t-elle par rejoindre l'océan ?

Voir le baleineau en photo doit suffire à satisfaire la curiosité. Sa survie en dépend.
Voir le baleineau en photo doit suffire à satisfaire la curiosité. Sa survie en dépend.

Rédigé par Mireille Loubet le Vendredi 21 Septembre 2012 à 09:52 | Lu 3080 fois