Tahiti Infos

Opération coup de poing, côte Est


Tahiti, le 8 avril 2022 – Un total de 46 infractions à la règlementation routière a été relevé, jeudi soir, lors du contrôle de 230 véhicules, à Arue et Mahina. Une vaste opération qui intervient alors que cinq personnes ont perdu la vie ces trois dernières semaines sur les routes de Tahiti.
 
Opération coup de poing, jeudi en début de soirée au niveau de la mairie de Arue et au sommet de la côte du Tahara’a à Mahina. Un total de 25 militaires de la gendarmerie a été déployé sur ces deux points de contrôles : le peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie, de la brigade cynophile et de la brigade de Arue. Un criblage systématique a permis le contrôle de 230 véhicules, avec une attention toute particulière portée sur les deux-roues, pour plus de la moitié (130) des interventions.

Sur les neuf personnes décédées depuis janvier, cette année, huit circulaient sur des deux-roues, motorisés ou non. "Dans les deux-tiers des cas, il y avait malheureusement des facteurs aggravants : vitesse excessive, conduite sous l’empire de stupéfiants ou d’un état alcoolique", complétait sur place jeudi soir Cédric Bouet, le directeur de cabinet du haut-commissaire. "Ce sont des phénomènes qui ne devraient pas se produire, et qui malheureusement peuvent entrainer des conséquences dommageables pour l’ensemble des usagers de la route."  
 
46 infractions
 
Stupéfiant, vitesse excessive, alcoolémie, contrôle de l’état des véhicules, défaut d’assurance, de carte grise : Tout le panel en matière d’infractions routière a été passé au crible. 46 infractions ont été relevées dont trois pour détentions de produits stupéfiants, une pour conduite sous l’emprise de stupéfiants, deux pour conduites sous l’empire d’un état alcoolique délictuel en plus d'un refus de se soumettre aux vérifications du taux d’alcoolémie. Cette opération de contrôle a également permis de constater quatre défauts de permis de conduire, six défauts d'assurance et neuf absences de présentation de ces documents. En matière de sécurité, neuf non port de la ceinture de sécurité et un non port de casque ont été verbalisés, ainsi que quatre défauts d'équipement du véhicule (éclairage, frein) et cinq pneumatiques lisses.

"Il faut se ressaisir"

"L’accidentologie nous montre que ce premier trimestre 2022, comme l’a rappelé le haut-commissaire, est désastreux", insiste Cédric Bouet. "Nous avons quatre fois plus de personnes blessées, trois fois plus d’accident et malheureusement deux fois plus de personnes tuées sur les routes. Neuf morts déjà. Ce constat doit nous amener à une réaction générale : Il faut se ressaisir. Il y a trop d’accident et cela ne peut pas continuer comme ça". Et le fonctionnaire prévient : "Nous allons conduire d’autres opérations de ce type, sur l’ensemble de l’île de Tahiti, mais également dans les archipels. Les services de police et de gendarmerie ont reçu des instructions très claires du haut-commissaire pour renforcer les sanctions. Nous ne sommes plus dans la pédagogie, aujourd’hui."

Parallèlement, le représentant de l’Etat indique que des réunions techniques Etat-Pays se tiennent actuellement pour renforcer les opérations de prévention et à faire évoluer la règlementation, vis-à-vis des deux-roues et notamment des vélos électriques.


Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Vendredi 8 Avril 2022 à 09:26 | Lu 2545 fois