Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Nouvelle-Calédonie: première coulée de nickel à l'usine Koniambo



Nouvelle-Calédonie: première coulée de nickel à l'usine Koniambo
NOUMEA (France), 11 avr 2013 (AFP) - La première coulée technique de nickel a été effectuée dans les fours de la gigantesque usine métallurgique Koniambo au nord de la Nouvelle-Calédonie, a indiqué jeudi la direction.

"C'est une étape décisive et symbolique qui conclut une semaine cruciale de tests. Cette première coulée marque une phase de transition entre ce qui était un projet et qui devient désormais un site de production industrielle", a déclaré aux médias le responsable de la communication de Koniambo Nickel.

L'objectif est de produire 17.000 tonnes de ferronickel en 2013 pour atteindre la pleine capacité de 60.000 tonnes fin 2014, a-t-on indiqué de même source. La production est destinée aux marchés asiatiques.

Situé à 265 kilomètres au nord de Nouméa, Koniambo, complexe industriel de taille mondiale dont le chantier a duré 5 ans, comprend une mine, une fonderie de nickel, une centrale électrique au charbon et un port en eau profonde. Le tout dans un rayon de 40 km, ce qui doit en faire l'un des sites les plus rentables au monde.

D'un coût de 5 milliards de dollars, l'usine exploite le richissime gisement de Koniambo dont les réserves sont évaluées à 62,5 millions de tonnes de minerai, à une teneur moyenne de 2,46%.

Le capital de Koniambo Nickel est détenu à 49% par le groupe suisse Xstrata, opérateur industriel, et à 51% par la Société Minière du Sud Pacifique (SMSP), qui appartient aux indépendantistes kanaks de la province nord.

"Le modèle économique de Koniambo est unique dans le monde. Ceux qui possèdent la ressource doivent avoir la majorité, avant ça a toujours été le contraire: le pouvoir revenait à celui qui avait l'argent", a déclaré à l'AFP André Dang, président de la SMSP et homme clé du projet.

L'usine Koniambo est le symbole du rééquilibrage économique en faveur des populations kanakes, initiées depuis 25 ans en Nouvelle-Calédonie.

Rédigé par () le Mercredi 10 Avril 2013 à 16:28 | Lu 1097 fois






1.Posté par tupai le 11/04/2013 15:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voilà ce que c'est la réinscription:un super contrat de développement avec la France,
en Pf ce sera la même chose, je ne vois pas pourquoi dire non tout de suite.
après,quand la réussite de ce contrat sera prouvée, alors on vote pour l'indépendance ou non, c comme ça que ça se passe, alors il faut arrêter d'écouter ces fichus zozonomistes qui ont claqué le fric et raté l'après cep
c ça la vérité

2.Posté par tini le 11/04/2013 20:25 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci koniambo nickel et merci la nouvelle caledonie, fiere d'avoir contribuer a ce projet unique au monde.

3.Posté par abes le 13/04/2013 16:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

fier de cette 1 ére coulée ça prouve qu on est capable grand merci au projet unique au monde

4.Posté par YvesGilbert le 25/04/2013 22:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo pour la réussite industrielle.
Par contre le modèle économique va être pourri par la monnaie de transaction :
Que se soit en euros ou en dollars, le pouvoir d'achat de la tonne exporté diminuera relativement, car ces monnaies se sont irrémédiablement condamnées à l'hyperinflation.

L'apparence sera compensée par le renchérissement du nickel à long terme, mais sans plus.

La seule solution viable est de passer des accords de troc minerais-de-nickel contre acier-allié-au-nickel, au moins pour une bonne part. L'objectif est multiple :
>créer un stock pour contrer les opérations sur les marchés des métaux
>se donner les moyens de pérenniser la richesse par la construction navale (l'acier de base de ses coûts) pour
>conquérir les richesses minières du plateau continental et développer les fermes en mer autour de la Nlle Calédonie et des autres îles du Pacifique.
>retrouver plus vite une culture maritime

A+

5.Posté par tupai le 26/04/2013 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce que vous saluez, peut se faire ici chez nous, cette usine découle de la réinscription de la kanaky sur la liste des pays à décoloniser, parfaitement ! très bientôt la kanaky sera le 3ème exportateur de nickel, et ce que dit post 4 (Y G) est à retenir.
Si nous somme réinscrits, c ce genre d'accord de développement qu'on peut monter avec la France, puissance coloniale, dont c le devoir de rendre possible l'indépendance, ou si vous préférez, l'interdépendance économique
nous n'avons pas de nickel, mais nous avons du poisson, des rori, du paraha peue déjà en cours, des bénitiers, etc
plus des fruits uniques, voyez nos mangues ou nos pamplemousses sucrés, ...
soyons de notre temps, soyons adultes, c dépassé l'autonomie, qui d'ailleurs n'est pas autonome, pour les visas, pour la participation avec des sociétés étrangères, pour pêcher en dehors de notre zee, pour travailler avec des sociétés étrangères, il faut l'accord de paris

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus