Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Nouveaux remous au sein de l’exécutif de Nauru



Sprent Dabwido
Sprent Dabwido
YAREN, mardi 12 février 2013 (Flash d’Océanie) – Le gouvernement de Nauru semble une fois de plus en proie à la tourmente, quelques jours seulement après la démission-surprise de Kieren Keke, jusqu’alors ministre des affaires étrangères.
M. Keke a fait annoncer sa démission jeudi 7 février 2013, en pleine session parlementaire.
Il était jusque là ministre des affaires étrangères, du commerce extérieur, de la santé et des sports et n’a jusqu’ici donné aucun motif pour cette décision.
Lundi, l’ancien Président Marcus Stephen, qui était en charge du portefeuille des entreprises, aurait été limogé par le Président Sprent Dabwido, pour un motif encore inconnu, rapporte mardi Radio New Zealand International.
Ces remous interviennent sur fond de tentatives de l’opposition de renverser une nouvelle fois le gouvernement de M. Dabwido.
Une motion de censure a été rejetée de justesse la semaine dernière (9 voix contre 8), traduisant encore les fragiles équilibres résultant de la configuration politique actuelle au sein du Parlement (18 sièges).
Depuis cette courte victoire, le Président du Parlement, Ludwig Scotty, a depuis cru bon d’ajournement les séances sine die, mais il doit faire face à l’ire de l’opposition, qui exige, par voie de pétition, une reprise des débats.

Instabilité politique : un Président seul à vouloir modifier la Constitution

Ces dernières années, la vie politique de Nauru a été particulièrement agitée et marquée par une valse des Présidents, le plus souvent provoquée par le vote de motions de censure.

Dernier épisode en date : mi-juin 2012, lorsque Sprent Dabwido, devenu Président du petit État insulaire de Nauru le 15 novembre 2011, créait lui aussi la surprise en annonçant le limogeage de la totalité de son gouvernement, dans le cadre de ce qui semble être un changement radical d’alliance.

Le nouvel exécutif est depuis composé de membres de l’opposition actuelle, avec laquelle M. Dabwido semblait alors avoir conclu une nouvelle alliance, sur fonds de rumeurs d’une nouvelle motion de censure, au sein de ses propres rangs.
Le Président soulignait aussi, alors, son sentiment de « ne plus être en mesure de travailler en confiance » avec l’équipe précédente, qu’il dirigeait depuis un peu plus de sept mois.
M. Dabwido, depuis son arrivée au pouvoir, s’est fait l’avocat d’une cause particulière : toiletter la Constitution dans sa forme actuelle, avec comme priorité une recherche de solutions à une instabilité chronique, en partie causée par l’absence de véritables majorités (réduite à leur plus simple expression, d’un siège, neuf contre huit, au sein de l’Assemblée).
Un projet avait été évoqué en vue, a minima, d’augmenter d’au moins un siège le nombre de représentants élus (pour creuser les écarts), de créer aussi un poste de Médiateur de la République (ombudsman) chargé de faire appliquer un code de conduite des dirigeants.

Mais le dossier n’a depuis guère avancé.
Confronté à cette inertie, M. Dabwido avait donc choisi de changer radicalement d’équipes.

Parmi les nouveaux ministres annoncés mi-juin 2012par M. Dabwido figuraient des revenants, comme Kieren Keke, qui retrouvait alors un portefeuille aux affaires étrangères.

Au terme d’un nouvel épisode de turbulences politiques préélectorales, fin 2011, M. Dabwido a remplacé mi-novembre 2011 le Président éphémère Freddie Pitcher, victime d’une motion de censure-surprise six jours après avoir succédé à Marcus Stephen.
M. Stephen, au pouvoir depuis 2007, mais menacé d’une motion de censure, avait auparavant préféré démissionner, sur fonds d’accusations de corruption sur des transactions relatives à la vente du phosphate.
L’exploitation du phosphate a fait les beaux jours de Nauru durant la plus grande partie du vingtième siècle, avant de laisser place à une quasi-faillite à partir des années 1990.

pad

Rédigé par AFP le Mardi 12 Février 2013 à 05:19 | Lu 433 fois






1.Posté par beaulieu jean pierre le 12/02/2013 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tien ! Il y a la un air de déjà vu, les places au pouvoir c'est vrai que ça rapporte gros.

2.Posté par Tehei le 12/02/2013 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et puis c'est de la faute à la F RANCE §

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués