Tahiti Infos

Non vacciné et critique sur les restrictions, Gaston Tong Sang se lâche


Tahiti, le 13 septembre 2021 – Le président de l'assemblée et maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang, s'est longuement exprimé vendredi sur l'antenne de Radio Bora Bora pour assumer son statut de non vacciné mais "d'immunisé" contre le Covid. Au passage, l'élu a exprimé ses divergences avec la majorité contre le confinement, le pass vaccinal inter-îles ou encore la loi du Pays sur l'obligation vaccinale.

L'interview détonne dans la majorité Tapura. L'ancien président du Pays, actuel président de l'assemblée et maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang, s'est longuement exprimé vendredi sur l'antenne de sa radio communale, Radio Bora Bora, pour assumer publiquement son statut de non vacciné. L'occasion pour l'un des poids lourd de la majorité d'affirmer ses divergences de vues sur l'utilité des mesures sanitaires comme le confinement, le pass vaccinal inter-îles et même l'obligation vaccinale qu'il a pourtant voté à l'assemblée le 20 août dernier.

À l'occasion de la présentation d'un "plan d'action" communal contre le Covid-19, l'élu semble surtout avoir tenu à répondre aux récents propos du ministre des Outre-mer sur le retard pris par Bora Bora dans la campagne de vaccination et aux réactions suscitées par le vote de la loi du Pays sur l'obligation vaccinale, notamment sur l'obligation "morale" de vaccination pour les élus voulue par le président Édouard Fritch.

Non vacciné
 
Estimant que "les médias" se focalisaient beaucoup trop sur le fait de savoir quels élus étaient ou non vaccinés, Gaston Tong Sang a confirmé qu'il ne l'était pas car il était toujours "immunisé" après avoir contracté le virus en octobre 2020. Le président de l'assemblée a expliqué avoir effectué des tests sérologiques, le 6 juin et le 18 août dernier, révélant qu'il disposait "encore d'anticorps". "C'est comme si j'étais vacciné." Quant à savoir si cette position est politiquement conciliable avec la loi du Pays sur l'obligation vaccinale, l'élu de la majorité dit assumer son vote, mais n'hésite pas non plus à tacler le contenu du texte.
 
Expliquant qu'il n'avait "pas assisté au comité de majorité" sur la préparation du projet de loi du Pays, Gaston Tong Sang a indiqué qu'il aurait souhaité un simple copier-coller de l'obligation vaccinale métropolitaine concernant les seuls soignants pour "éviter les recours". Pourtant, le texte local a pris certaines initiatives, notamment sur les personnes en longues maladies et celles travaillant au contact du public. "Par solidarité, j'ai voté le texte. Je ne veux pas être celui qui a une voix différente. Il ne fallait pas faire de crise politique au moment où on avait déjà une crise (…) sanitaire et économique", explique Gaston Tong Sang. Pour autant, le président de l'assemblée estime qu'il y a "peut-être une partie manquante de la loi" qui aurait dû "prendre en compte les personnes immunisées".
 
Critique sur les restrictions
 
Plus généralement, Gaston Tong Sang n'a cessé dans son interview de tancer, plus ou moins ouvertement, les mesures sanitaires "imposées" par "Tahiti". Comprenez l'État, mais aussi le Pays. Sur le pic épidémique annoncé par les autorités sanitaires locales ? "À chaque fois, on nous fait croire des trucs et puis on nous enferme à nouveau". Sur le pass inter-îles ? "Je n'étais pas tellement chaud sur ça". Sur le confinement imposé aux touristes internationaux ? "Je ne comprends pas non plus pourquoi on fait venir les gens dans les hôtels. (…) Faut pas exagérer non plus." Enfin sur le confinement décidé en mars 2020 comme aujourd'hui ? "Au premier confinement, j'ai dit au président : 'tu as eu tort'. Il faut laisser le virus circuler. Que les gens attrapent le virus, développent des anticorps et on aura moins de malades après."
 
Des déclarations qui ont même viré parfois aux raccourcis particulièrement démagogiques : "On a confiné, re-confiné, re-confiné et on n'a pas échappé à la catastrophe" ou encore "on remarquera que le pic Delta a été catastrophique pour nous au moment où la campagne de la vaccination faisait son plein (sic). J'ai l'impression que plus on vaccine, plus on est malade." Même la comptabilité du nombre de décès liés au Covid par les autorités sanitaires locales est remise en question… "On les met quand même parce qu'ils ont été évasanés Covid. Mais les certificats établis par les médecins n'indiquent pas qu'ils étaient contagieux."
 
Immunité contre vaccination
 
Enfin, sur les chiffres de la vaccination à Bora Bora, le tāvana de la Perle du Pacifique a souhaité refaire le calcul en prenant pour référence le –très favorable– nombre de personnes ayant reçu une première dose de vaccin, en comparaison –toute aussi favorable– de la population cible des plus de 12 ans. Mais en précisant bien qu'il fallait, selon-lui, "ajouter à ce nombre de vaccinés" les personnes ayant été malades du Covid-19 comme étant eux-mêmes aujourd'hui "immunisés" contre le virus. Des variables qui permettent à Gaston Tong Sang d'afficher un taux d'immunisés proche des "70%". Et d'en conclure : "On m'a toujours dit que l'immunité collective ça tourne autour de 70%. Ça aussi ça change. Il y en a certains qui disent : 'non ce n'est plus 70, c'est 80%'. Bon, on ne sait plus où est l'objectif… Et ce sont les mêmes qui nous critiquent. Enfin bon, peu importe…"
 

​"La population a besoin d'institutions qui parlent d'une même voix"

Interrogé lundi après-midi en marge d'un point presse consacré au projet d'aéroport international de Bora Bora, le ministre Jean-Christophe Bouissou a réagi aux propos tenus par le président de l'assemblée et maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang, sur la vaccination et les mesures de restrictions sanitaires. "Je respecte son point de vue. Ce que je peux simplement dire, c'est que dans la conduite d'un Pays il faut que le message soit clair. Le message ne peut être clair qu'avec une position affirmée, au vu des statistiques, sur le fait que la vaccination est ce qui peut permettre aux Polynésiens de se sauver de cette situation et de se sortir de la crise que l'on connait", a indiqué Jean-Christophe Bouissou.
 
"Au-delà de ça, je n'irai pas commenter davantage. J'ai beaucoup de respect pour Gaston Tong Sang. C'est le président de notre assemblée", a poursuivi le ministre, reconnaissant à l'ancien président d'avoir voté avec la majorité malgré son positionnement. "J'ai vu qu'il a fait preuve de cohésion et de solidarité puisque, d'après ses déclarations, il a voté les lois de Pays présentées à l'assemblée. Maintenant, mon point de vue c'est que la population a besoin d'instances et d'institutions qui parlent d'une même voix."
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Lundi 13 Septembre 2021 à 18:43 | Lu 12422 fois