Tahiti Infos

Neuf personnes dont 4 enfants disparus en mer à bord d'un poti marara, à Maupiti


Voici le poti marara en question. (crédit photo : mairie de Maupiti)
Voici le poti marara en question. (crédit photo : mairie de Maupiti)
PAPEETE, le 17/02/2017 - Ils étaient à bord d'un poti marara de 24 pieds qui partait de Maupiti vers Bora Bora. Un transport qui a été réalisé malgré les mauvaises conditions météorologiques. Le bateau a quitté Maupiti à 8h30, et plus de 8 heures plus tard, il n'a donné aucun signe de vie. En colère, le maire de Maupiti ne comprend pas les raisons qui ont poussé les parents des 4 enfants à laisser partir leurs bambins avec le mauvais temps.

L'hélicoptère et un avion du JRCC sont actuellement à la recherche de ce poti marara transportant 9 passagers dont 4 enfants, entre Maupiti et Bora Bora.

L'embarcation aurait quitté Maupiti ce matin à 8h30, "il faut entre 1h30 et 2 heures pour rejoindre Bora Bora. Donc, vous faites le calcul, ça fait plus de 6 heures maintenant, nous n'avons aucune nouvelle de ce bateau-là avec ses passagers", s'indigne Woullingson Raufauore, maire de Maupiti.

"Le bateau est piloté par un jeune homme de Maupiti qui n'est pas un habitué de la mer en plus. Je doute de ses qualifications pour prendre un tel bateau pour emmener 9 passagers sur Bora Bora, dont 4 enfants. Et surtout l'inquiétude vis-à-vis de ces quatre enfants, qui ont entre 4 et 7 ans", poursuit le tāvana.

Et le fait d'avoir pris la mer malgré le mauvais temps, met le maire de Maupiti, hors de lui : "j'ai demandé aux parents les raisons pour lesquelles ils ont laissé ce bateau partir dans des conditions météorologiques extrêmement exécrables. À l'heure où je vous parle, il pleut, il y a du vent, il y a de la houle. Donc, tous les ingrédients sont réunis pour ne pas prendre la mer. Depuis 8h30, et on m'a mis au courant qu'à 13h que le bateau est parti et qu'il n'est jamais arrivé à destination. Oui je suis très en colère par l'irresponsabilité des parents."

Autre souci pour le maire, le propriétaire du bateau, qui n'est autre que le président de la Fédération des secours en mer à Maupiti, Tati Salmon. "Il ne trouve pas de mots à me dire puisqu'il sait qu'il a tort. Ca nuit quand même à l'image de la Fédération. Les cartes sont entre les mains de la Fédération des secours en mer à Tahiti, et c'est à eux de prendre leur décision et de réfléchir pour la suite", raconte Woullingson Raufauore. "D'autant plus que neuf personnes sur un bateau de cette catégorie est interdit. Et la catégorie ne permet pas de rejoindre Bora Bora dans des conditions pareilles et cela justifie ma colère. La météo est extrêmement exécrable et on a quand même donné l'autorisation de prendre la mer. J'en veux au président de la Fédération des secours en mer et aux parents", rajoute le premier magistrat de Maupiti.

Joint par téléphone, Tati Salmon raconte sa version des faits. "J'ai un copain qui m'a demandé mon bateau pour ramener un couple à Bora Bora. C'est quelqu'un qui connait bien la mer et qui travaillait sur le Maupiti Express. Je leur avais conseillé de partir hier, parce que les conditions étaient idéales et ils m'ont appelé finalement ce matin. Mais, je leur ai demandé s'ils étaient sûrs parce qu'on annonçait quand même du mauvais temps. Vraiment, ils sont partis comme ça sur un coup de tête, et la mer n'était pas encore formée, il n'y avait pas de vent. Il y avait un peu de pluie mais pas plus que ça. C'était peut-être une erreur de ma part, mais je ne sais pas, je n'ai rien à dire là-dessus."

Tati Salmon qui assure que le bateau est équipé en GPS, radio et gilets de sauvetage.

"Ils devaient être quatre à bord à ma connaissance et finalement, j'ai appris par la mairie qu'ils étaient neuf", assure Tati Salmon. "Il faut garder espoir. On est suspendu aux recherches du JRCC", conclut-il.

Pour l'heure, les recherches se poursuivent et "j'ai mobilisé mes services de la commune. Je suis disponible 24h/24 et je reste aux aguets. J'attends la suite des nouvelles, et s'il faut que je mobilise des embarcations pour aller apporter des secours en mer, j'attendrais que les conditions soient meilleures pour donner l'autorisation. Je ne prends aucun risque", explique le maire de Maupiti.

Woullingson Raufauore qui espère que ce bateau soit retrouvé avant la tombée de la nuit.

le Vendredi 17 Février 2017 à 16:32 | Lu 10241 fois