Tahiti Infos

Montée des eaux, déjà une réalité à Hao


La montée des eaux, conséquence du réchauffement climatique est une menace déjà visible dans les atolls.
La montée des eaux, conséquence du réchauffement climatique est une menace déjà visible dans les atolls.
Hao, le 9 mars 2022 - Si le dernier rapport du Giec alerte la planète sur les futures conséquences irréversibles du réchauffement climatique, à Hao, elles sont déjà réalité. L'érosion du littoral commence à être visible sur l'atoll où les plus anciens témoignent de nouveaux phénomènes qu'ils n'avaient pas observés auparavant.
 
 Malgré les nombreuses alertes, les conséquences du réchauffement climatique s'accélèrent et elles seront irréversibles pour la planète et l'humanité. C'est, en résumé, ce que dit le dernier volet du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Selon les experts, plus de 3 milliards de personnes vivent déjà dans des zones très vulnérables au changement climatique. Quelle que soit l'évolution du rythme des émissions de gaz à effet de serre, un milliard de personnes pourraient vivre d’ici 2050 dans des zones côtières à risque, sachant que la hausse du niveau de la mer renforce l’impact des tempêtes et des submersions marines. Le niveau des océans s'est élevé de 20 cm en un siècle, et le rythme de cette hausse s'est accéléré ces dix dernières années. En cause, la fonte des calottes glaciaires, qui constitue selon les spécialistes un “point de rupture” avec des conséquences “irréversibles pour des siècles ou des millénaires”.

“La mer prend toute la place”
 
Cette menace, les atolls bas des Tuamotu y sont particulièrement vulnérables et elle y est devenue réalité. À Hao, où l'altitude maximale est de 3 mètres, les habitants observent depuis les cinq dernières années une érosion accélérée des littoraux et un rythme accru des phénomènes climatiques extrêmes. Ce dont peut témoigner Gisèle P. une habitante de l'atoll : “J’habite en bord de mer, j’ai connu des montées de lagons, des fortes houles ou des vents forts, c’est normal une ou deux fois par an… Mais depuis quelques années ça s’est accéléré, tous les deux mois environ, on a une montée de la mer. Du coup, le sable de la plage n’a pas le temps de revenir, la mer prend toute la place et creuse sous les racines des arbres”.
 
Sur l’atoll, il est aujourd'hui courant de voir le littoral érodé par l’action de la mer. Parfois elle effleure les routes (même à son niveau normal), ou gagne du terrain sur le récif comme c'est le cas à la passe dite “kaki” de plus en plus élargie. Les habitants de ces zones à risque sont bien conscients du problème, habitués à vivre en symbiose avec ce milieu naturel parfois capricieux.

Construction de digues
 
Face à la menace de montée des eaux qui n'est pas si récente, des actions concrètes ont déjà été menées par le passé. Notamment en 2005, sous l’impulsion de Temauri Foster, alors maire de Hao, avec la construction d'une digue de protection érigée à certains endroits stratégiques de l’île. Le but étant déjà à l’époque de prévenir les inondations lors de fortes houles ou de forts coefficients de marée pour protéger les habitants. Ainsi, deux sections d’une centaine de mètres chacune avaient été réalisées. Les travaux devaient continuer pour protéger intégralement le village de Otepa, mais des habitants s'étaient alors opposés aux travaux, puis le tāvana ayant perdu l’élection de 2008, aucun autre n'a poursuivi sa lancée. Aujourd’hui, ces deux portions de digue protègent les foyers mitoyens, qui en sont satisfaits au vu de la situation actuelle. Sur l'atoll, certains habitants regrettent de ne pas être protégés des assauts de plus en plus fréquents de la mer.
 
Pourtant, le Giec met en garde contre la construction de digues contre la montée du niveau de la mer, qu'il qualifie de “solutions de court terme inadaptées” qui créerait un faux sentiment de sécurité, laissant croire qu'on peut développer la zone ainsi protégée. Mais les atolls sont des cas particuliers, potentiellement submersibles entièrement. Là où la mer gagne du terrain, les propriétaires en perdent. Certains habitants ont d'ailleurs fabriqué leur propre digue ou remblaient eux-mêmes régulièrement le littoral.

Prise de conscience
 
Réagissant avec plus ou moins d'inquiétude face à la menace de la montée des eaux, les habitants de Hao ne peuvent plus l'ignorer, ils l'ont tous dans un coin de la tête. Régulièrement, des opérations de sensibilisation à la protection de l'environnement et au réchauffement climatique sont organisées par différentes associations et acteurs sociaux éducatifs locaux. Cependant la population se sent bien démunie face au danger qui menace son habitat, son environnement et ses racines culturelles. Jean-Philippe, un habitant de l'atoll explique : “Nous aimerions être plus écoutés sur ce sujet-là, c’est important, c’est pour nos enfants. J’aimerais que des scientifiques viennent chez nous pour prendre des mesures et nous expliquer ce qu’il en est réellement. En ce moment, les politiques nous connaissent parce qu’il y a bientôt des élections mais demain, notre voix n’aura plus de valeur !”

L'érosion causée par la montée des eaux est déjà une réalité à Hao.
L'érosion causée par la montée des eaux est déjà une réalité à Hao.

Rédigé par Teraumihi tane le Jeudi 10 Mars 2022 à 16:56 | Lu 3271 fois