Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Liban: le président convoque une réunion de sécurité après un pic des violences



Beyrouth, Liban | AFP | lundi 19/01/2020 - Le président libanais réunit lundi les hauts responsables de la sécurité, au lendemain d'un week-end d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre qui ont fait plus de 500 blessés à Beyrouth, des violences inédites depuis le début de la contestation dans ce pays en crise.

Deux jours de suite, samedi et dimanche, la police anti-émeute a tiré des balles en caoutchouc, des grenades lacrymogènes, et utilisé ses canons à eau contre les manifestants rassemblés par centaines dans le centre-ville de Beyrouth, à l'entrée d'une avenue menant au Parlement.
Les contestataires ont lancé pierres, pétards et feux d'artifice contre un barrage de police bloquant cette avenue, en attaquant parfois les forces de l'ordre à l'aide des poteaux de panneaux de signalisations.
Au moins 546 personnes, des manifestants mais aussi des policiers, ont été blessées dans ces heurts, selon les bilans de la croix-rouge libanaise et de la défense civile compilés par l'AFP.
Samedi soir, en particulier, les affrontements ont fait 377 blessés et ont été d'une violence sans précédent depuis le début le 17 octobre d'une contestation qui dénonce une classe politique jugée corrompue et incompétente, sur fond de crise économique et financière.
En réaction, le président Michel Aoun a convoqué pour ce lundi après-midi une "réunion de sécurité", en présence des ministres de la Défense et de l'Intérieur, mais aussi des hauts gradés des forces de la police et de l'armée, d'après le compte twitter de la présidence.
L'objectif est de "discuter des développements sur le plan sécuritaire et des mesures à prendre pour préserver la stabilité et le calme, selon l'agence officielle ANI.
En trois mois de contestation, la colère n'a fait que croître parmi les manifestants qui fustigent l'apathie des dirigeants: la crise économique s'aggrave avec des licenciements en masse, des restrictions bancaires et une forte dépréciation de la livre libanaise face au dollar.
 

- "Violence excessive" -

 
Ce week-end, l'élégant centre-ville de Beyrouth a été englouti dans l'épaisse fumée des gaz lacrymogènes et le hurlement des sirènes d'ambulances, les manifestants courant dans les rues pour fuir les policiers avant de se regrouper.
La défense civile a annoncé avoir traité des personnes souffrant de "difficultés respiratoires" ou de "blessures légères".
Sur Twitter, les forces de sécurité ont appelé les manifestants à ne pas "attaquer" la police.
Mais des ONG et des défenseurs des droits humains ont aussi dénoncé un usage excessif de la force par la police. Human Rights Watch (HRW) a notamment accusé les policiers d'avoir "tiré des balles en caoutchouc en visant les yeux".
"Ils n'ont pas arrêté de frapper", a pour sa part raconté un manifestant de 22 ans, hospitalisé après les heurts de samedi et qui dit s'être retrouvé la tête en sang.
"Ils étaient quatre avec leurs matraques. Ils m'ont laissé souffler, puis ils ont repris les coups, avant de me traîner au sol", a poursuivi le jeune homme contacté par l'AFP, s'exprimant sous couvert de l'anonymat par crainte de représailles.
Un Comité des avocats pour la défense des manifestants, qui a rencontré des contestataires brièvement interpellés samedi, a assuré que "la majorité" avait été victime de "violences excessives", certains affichant des blessures "à la tête, au visage, ou aux organes génitaux".
Les avocats ont aussi constaté dans les hôpitaux des blessures causées par des balles en caoutchouc au visage ou à la tête.
Alors que la mobilisation restait globalement pacifique au départ, les affrontements se sont multipliés ces derniers jours, des manifestants attaquant la semaine passée les vitrines des établissements bancaires, qui cristallisent une grande partie de la colère populaire.
L'impasse politique s'ajoute à la crise: depuis la démission fin octobre du Premier ministre Saad Hariri sous la pression de la rue, son gouvernement chargé des affaires courantes est accusé d'inertie.
Hassan Diab, désigné comme son successeur le 19 décembre, n'a toujours pas formé son équipe. Les tractations avec les grands partis traînent, chaque faction cherchant à garantir sa représentation au sein de la future équipe.
Dans la rue, les manifestants réclament inlassablement un gouvernement de technocrates, indépendants de l'actuelle classe dirigeante, quasi inchangée depuis des décennies.

le Lundi 20 Janvier 2020 à 05:13 | Lu 139 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus