Tahiti Infos

Les visiteurs improbables du fenua vus par le BSEO


TAHITI, le 27 janvier 2022 - Le bulletin de la Société des études océaniennes (BSEO) qui vient de sortir est une compilation d’articles sur des visiteurs improbables comme Darwin, Jeanne Barret, Isabel Barreto ou bien encore Suzanne Muzard. Ces visiteurs, des femmes pour la plupart, ont tous des parcours extraordinaires. Ils ont laissé des traces et inspiré les auteurs de ce nouveau bulletin.

Comme à l’accoutumée, le bulletin de la Société des études océaniennes (BSEO) compile un ensemble d’articles autour d’un thème. Pour ce numéro, (n°355, septembre/décembre 2021) il s’agit des visiteurs improbables en terre polynésienne. Les articles sont rédigés par des auteurs différents, des spécialistes dans leur domaine. Les textes sont illustrés par Nicolas Bernier qui travaille au crayon spécialement pour le bulletin.

Deux préfaces introduisent l’ouvrage. La première est signée François Garde. “Une référence”, décrit Robert Veccella qui signe la seconde préface. Selon lui, il fallait “un personnage qui sorte du commun” pour l’exercice. François Garde, haut fonctionnaire, connaît bien la Polynésie. Il a été en poste en Nouvelle-Calédonie, a obtenu le prix Goncourt en 2012 pour son ouvrage intitulé “Ce qu’il advint du sauvage blanc”. Il est reconnu par la société des explorateurs de France comme explorateur pour avoir traversé les Kerguelen à pied. Son texte est “d’une poésie remarquable” à en croire la présidente de la SEO Vāhi Richaud. “Pour autant il reste d’une modestie incroyable”, insiste Robert Veccella.

Huit femmes


On connaît bien Cook, Bougainville, mais depuis eux, des gens extraordinaires sont passés, ils ont séjourné en Polynésie, ont laissé des traces, des écrits avant d’être oublié”, explique Robert Veccella le coordinateur de ce nouveau BSEO. L’idée était de leur rendre hommage “car ils le méritent”. Ces personnages sont principalement des femmes “même si le bulletin ne se veut pas féministe”.

Elles sont huit au total et “n’étaient pas en position de pouvoir. Elles ne commandaient pas”, indique François Garde, mais “vos voix – ou la voix qu’on vous prête – importent.” Chacune sauf Titaÿana qui a “émergé au lendemain de la première guerre mondiale, en refusant la condition féminine généralement soumise qui leur était octroyée, exprimant, vivant et assumant une totale émancipation” selon Daniel Margueron, suivait mari ou amant. “Sur quatre siècles. Au hasard de vos vies amoureuses. Oui, il vous a fallu un alliage inédit de courage, d’amour et d’inconscience pour entreprendre d’aussi longs périples, et affronter autant d’insoupçonné et d’inattendu.”

Les différents auteurs du bulletin retracent les vies d’Isabel Barreto ; de Jeanne Barret, première femme à faire le tour du monde dont la vie en dehors de son périple à bord de l’Étoile et de son séjour en Polynésie reste un mystère ; d’Adèle Dombasle, une ancêtre de l’artiste contemporaine ; de la Russe Elsa Triolet ; d’Aurora Bertrana “toujours adorée en Espagne” ou bien encore de Suzanne Muzard. Ils mettent en lumière leurs personnalités, rapportent leurs visions de la Polynésie révélant bien des informations sur la vie à l’époque. Il faut se plonger dedans pour comprendre et se laisser séduire par l’envie d’en savoir plus et de découvrir les écrits des personnages eux-mêmes.

Auprès de ces dames, Charles Darwin se laisse conter. Car lui aussi, contre toute attente a bien posé le pied à Tahiti. “À l’aube du 15 novembre 1835, l’île de Tahiti fut visible du pont du Beagles. C’était, comme Darwin l’écrivit dans son journal, une île qui doit rester à jamais un classique pour tout explorateur des Mers du Sud”.

Le bulletin se termine par un article sur le passage de quatre Japonais à Nuku Hiva en mai 1804, suivi d’une traduction par Laurent Mabesoone de l’escale à Nuku Hiva dans le Kankai ibun. François Garde conclut en révélant que la carte de Tupaia n’a pas fini de livrer ses secrets.

Contacts

FB : Société des Études Océaniennes
Tél. : 40 41 96 03

Rédigé par Delphine Barrais le Jeudi 27 Janvier 2022 à 20:45 | Lu 1047 fois