Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Les smartphones reconditionnés Remade repris, 211 licenciements



Poilley, France | AFP | jeudi 16/01/2020 - Remade (smartphones reconditionnés) a trouvé un repreneur, validé jeudi par la justice, mais 211 salariés sur 328 vont être licenciés, et des incertitudes demeurent sur le financement à moyen terme de la jeune société normande.

"C'est l'offre de la société Fourth Wave Technology qui permet dans les meilleures conditions d'assurer le plus durablement l'emploi attaché à l'ensemble cédé, le paiement des créanciers et qui présente les meilleures garanties d'exécution", écrit le tribunal de commerce de Rouen.
Le groupe Remade, basé à Poilley (Manche), près du Mont-Saint-Michel, et lancé en 2014, avait atteint un effectif de 680 personnes en 2019 avant d'être placé avec ses filiales en redressement judiciaire fin septembre.
Regrettant un "prix de cession faible", 3,3 millions d'euros, le parquet avait tout de même émis un avis favorable à l'offre retenue, en raison notamment des "engagements pris par Suresh Radhakrishnan, au cours de l'audience", qui avait eu lieu à huis clos le 9 janvier, mais dont le jugement rendu public jeudi fait un compte-rendu. Le Britannique a créé Fourth Wave en 2019.
Les administrateurs judiciaires ont eux aussi "regretté le caractère dérisoire du prix proposé", mais ont exprimé également un avis favorable, en soulignant "la motivation du candidat, sa capacité à mobiliser des fonds familiaux rapidement" et à "échanger en toute transparence".
En outre, le Britannique "dispose d'ouvertures à l'export qui semblent indispensables", ont-ils souligné. Cette cession est "préférable à la cessation d'activité alors même que l'activité de reconditionnement déployée par Remade est dans l'air du temps", ont-ils ajouté.
La seconde offre présentée le 9 janvier, par le fondateur et ancien PDG Matthieu Millet, qui proposait de reprendre 142 salariés, pour 1,3 million d'euros, a elle été vivement critiquée au cours de l'audience. 
Pour le contrôleur des AGS (régime de garantie des salaires), l'offre de M. Millet "peut être qualifiée de dangereuse, d'irréaliste et irrationnelle".
Matthieu Millet est "partie prenante dans un passif déclaré de 191 millions d'euros", ont ajouté les mandataires judiciaires.
 

- "la peur au ventre" -

 
De leur côté, les représentants du personnel ont durant l'audience "exprimé l'avis des salariés dans leur diversité", avec "d'un côté d'irréductibles soutiens à Matthieu Millet" et de l'autre "une majorité de salariés fortement hostiles à ce dernier et qui refuseraient de travailler avec lui".
Le 9 janvier le Comité social et économique (CSE) avait exprimé un avis favorable, malgré certaines réserves, à l'offre du Britannique.
A l'issue de l'audience son avocat, Vincent Pellier, avait assuré que "le candidat repreneur est très confiant sur l'obtention, si besoin, de financements complémentaires" auprès de partenaires "notamment en Russie et au Moyen-Orient". 
Dans les locaux flambants neufs de Remade à Poilley, les quelques 300 salariés attendaient en début d'après-midi le début d'un AG annoncée par la direction, "la peur au ventre", selon plusieurs d'entre eux.
Cent dix-sept emplois repris, "c'est déjà ça, mais pour ceux qui ne pourront pas rester, c'est bouché au niveau du travail. Et puis, ici, c'était l'idéal quand on a des enfants avec des horaires 9h-17h", confie Pascale, 53 ans.
"Au final on sait pas qui est repris", renchérit un salarié qui veut rester totalement anonyme et, comme plusieurs autres, affirme vouloir quitter l'entreprise. "Le repreneur garde l'ancien comité de direction, on prend les mêmes et on recommence", ajoute-t-il.
En attendant, les Remade ont "séquestré" les smartphones reconditionnés sur le site pour faire pression sur les actionnaires, Idinvest, LGT et Matthieu Millet, et obtenir des indemnités de licenciements supralégales, selon la CFDT.
Mi-décembre, des salariés avaient détruit près de 7.000 téléphones pour les mêmes raisons. Selon la direction, Remade dispose d'un stock d'au moins 25.000 IPhones reconditionnés commercialisables. M. Millet a été par le passé interdit de gérer plusieurs autres entreprises. Remade fait par ailleurs l'objet d'une enquête préliminaire menée par le parquet de Rennes pour faux bilan et fausses factures.

le Jeudi 16 Janvier 2020 à 05:28 | Lu 317 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus