Tahiti Infos

Les poisons de nos jardins (deuxième partie)


Tahiti, le 24 décembre 2021 - La semaine dernière, nous vous avons présenté une vingtaine d’espèces de plantes ornementales toxiques pour l’homme et/ou les animaux domestiques ; une toxicité variable, allant des brûlures sur la peau et des graves complications digestives et intestinales à, parfois, le coma et la mort. Nous poursuivons et achevons aujourd’hui ce petit tour d’horizon des plantes dont il faut apprendre à se méfier, surtout lorsque l’on a des enfants en bas âge, toujours prêts à jouer avec des fleurs, des feuilles ou des fruits qui capteront leur attention. Bien entendu, notre liste n’est en aucun cas exhaustive et bien d’autres plantes encore peuvent se révéler dangereuses, mais du moins avec toutes celles que nous vous avons montrées ces deux derniers vendredis, disposez-vous désormais de quoi prendre un minimum de précautions. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut passer à la débroussailleuse ou détruire à la hache ces plantes ornementales qui font le bonheur de nombre de jardiniers. Mais bien entendu, en cas d’ingestion et dès l’apparition de troubles, il faut absolument contacter un médecin ; lui seul sera qualifié pour agir en cas de début d’empoisonnement.

Impatiens balsamina

Impatience
Voilà une petite plante ornementale de nos jardins qui réserve quelques surprises à ceux qui seraient tentés par une cuisine originale : les jeunes pousses sont en effet excellentes lorsqu’elles sont cuites, après un premier blanchiment dans de l’eau douce chaude, afin d’en supprimer l’amertume. On utilise aussi les graines crues qui rappellent, de loin, le goût de la noisette. Mais attention à la façon d’utiliser cette impatience qui est toxique à fortes doses à cause des cristaux d’oxalate de potassium qu’elle contient. Compte tenu de l’abondance des pota et autres “épinards” locaux, il nous semble judicieux de ne pas tenter d’aventure culinaire avec cette jolie fleur. Laissons-lui son rôle de plante ornementale...

Agapanthus praecox

Agapanthe
Pas très présente dans nos jardins, l’inflorescence de l’agapanthe a beau ressembler à celle de l’ail, elle n’en demeure pas moins dangereuse. La sève de la plante est en effet toxique ; elle provoque de vives douleurs buccales, des irritations douloureuses et même des sensations de brûlure sur la peau.

Amherstia nobilis

Amherstia
Cet “arbre à orchidées” comme il est parfois surnommé (à ne pas confondre avec les arbres du genre Bauhinia) est originaire de Birmanie. C’est incontestablement l’un des arbres les plus majestueux et les plus élégants des parcs et jardins eu égard à la forme de son inflorescence rose foncé. Attention toutefois en manipulant ses branches, ses feuilles et ses tiges étant très toxiques.

Asparagus setaceus

Asparagus
Pas grand monde ne se méfie de cette plante ornementale tombante qui produit de très discrètes inflorescences blanchâtres et des petits fruits d’abord verts, puis rouges à maturité. Et pourtant, ils sont toxiques, comme le reste de la plante d’ailleurs et si les enfants ne touchent pas les asparagus au feuillage piquant, en revanche, nos amis à quatre pattes sont souvent trop curieux et s’empoisonnent ainsi en mâchouillant les tiges. Il en est de même d’Asparagus densiflorus, une espèce aux tiges qui se dressent bien droites.

Lantana camara

Lantana, arbuste à papillons
Le lantana, décidément, a bien des défauts. Classé dans la catégorie des plantes envahissantes de notre fenua, le lantana est pourtant très présent dans les jardins. Malheureusement, les oiseaux répandent ses graines un peu partout et cette plante peut ainsi se multiplier à loisir (même si les espèces botaniques obtenues par croisement sont, en revanche, en général stériles) Attention à ses fruits, des drupes noires ressemblant aux mûres des pays tempérés, ils sont toxiques.

Asclepias curassavica

Asclépias de Curaçao
Cette plante de nos jardins (envahissante à l’île de Pâques) est si dangereuse et si toxique que les bovins, dans les prés, ont appris à la reconnaître et ne la mangent pas. Toutes les parties sont dangereuses à ingérer et même le latex est irritant pour la peau.

Begonia sp nitida

Bégonia
Voilà une très jolie plante ornementale pour constituer d’élégantes bordures. Il existe de nombreuses variétés de bégonias et si certaines sont réputées comestibles, d’autres en revanche sont toxiques, notamment pour les animaux domestiques. Chez le rat et le lapin, l’ingestion de parties de la plante entraîne des gastro-entérites avec des gonflements de l’abdomen. Il convient donc de mettre en garde les jeunes enfants.

Belamcanda chinensis

Lys léopard
Beaucoup plus petit que le lys de nos bouquets, ce petit lys léopard suscite quelques controverses quant à son degré de toxicité. Nous ne prendrons aucun risque en vous recommandant la prudence : quelle que soit cette toxicité, la plante est donc dangereuse et aucune de ses parties ne doit être ingérée (même dans le cadre de remèdes dits traditionnels, notamment chinois).

Codiaeum variegatum

Croton
Il existe plusieurs dizaines de variétés de crotons en Polynésie, où cette plante a la faveur, depuis quelques années, des jardiniers pour l’originalité de son feuillage. Mais attention, le croton est toxique pour les humains comme pour les animaux. Sa sève, un latex, est très irritante et l’ingestion de tout ou partie de la plante entraîne de graves complications.

Spathiphyllum wallisii

Fleur de lune, lis de paix
Dans la riche famille des Aracées, la fleur de lune occupe une place à part tant elle est répandue dans nos parcs et jardins et tant elle est tout aussi répandue dans les pays tempérés, comme plante d’intérieur. Le lis (ou lys) de paix contient en effet des cristaux d’oxalate très irritants pour les muqueuses en cas de mâchonnement et d’ingestion : salivation, sensation de brûlure dans la bouche, vomissements, diarrhées, les symptômes de l’empoisonnement sont bien connus et nécessitent l’intervention rapide d’un médecin. La sève est également dangereuse pour les yeux et la peau. En cas d’ingestion, Spathiphyllum wallisii peut provoquer des ulcères, et même des perforations de l’estomac ou de l’œsophage.
 
La Spathiphyllum floribundum, cousine de la Spathiphyllum wallisii, est elle aussi extrêmement toxique, son ingestion provoquant les mêmes troubles. Compte tenu de l’abondance de cette plante dans nos jardins, il faut tenir informés les enfants de sa dangerosité et faire attention à ses animaux domestiques.
 

Cycas circinalis

Cycas
Cette plante fort élégante, très ancienne sur la planète, se situe entre la fougère et le palmier. Le cycas est extrêmement toxique, qu’il s’agisse de ses feuilles ou des graines des pieds femelles. Les cycas produisent un glucoside très dangereux, la cycasine, qui peut être mortelle. Le foie est le premier organe à être touché. Malgré cela, les graines de cycas, dans certaines régions du Pacifique sont consommées, mais elles font l’objet d’une préparation très minutieuse. L’ingestion d’eau ayant servi pour le trempage des graines suffit à tuer chèvres et cochons !

Duranta erecta

Vanillier de Cayenne
Le nom vernaculaire de ce petit arbuste omniprésent en Polynésie française, “vanillier”, ne doit pas induire en erreur : les petits fruits de couleur orange sont très toxiques pour l’homme (et les animaux). Les baies, dont se régalent certains oiseaux, contiennent des saponines provoquant somnolence et fièvre, puis convulsions, perte de conscience et mort. A noter que la toxicité des feuilles a une utilité en Asie ; broyées, elles sont répandues dans les bassins pour tuer les larves de moustiques.

Erythrina variegata

Arbre à baleines
Très répandu dans l’archipel des Australes, l’arbre à baleine est ainsi appelé car le début de la floraison coïncide avec le retour des grandes jubartes, les baleines à bosse. Attention, toutes les parties de l’arbre, y compris ses fleurs vermillon vif, sont toxiques : elles contiennent des glycosides cyanogènes, de saponines et des alcaloïdes mortels à des doses faibles. Les graines contenues dans les gousses sont évidemment toxiques lorsqu’elles sont crues. Il est admis qu’après cuisson, elles sont comestibles, mais il faudrait être bien téméraire ou affamé pour se risquer à en manger.

Hemerocallis sp.

Lys (ou lis)
De la famille des Liliacées, les lys sont cultivés avec succès en Polynésie française mais demandent tout de même quelques précautions. Ces plantes herbacées à bulbes sont en effet redoutablement toxiques chez les chats ! Pour les êtres humains, les avis sont parfois divergents, aussi est-il prudent de ne pas tenter d’en porter à la bouche. Cette famille est non seulement riche en espèces, mais le genre Hemerocallis est lui aussi très riche en variétés et cultivars.

Yucca gloriosa

Yucca
Magnifique lorsqu’il dresse ses grappes de fleurs au milieu d’une pelouse, en plein soleil, le yucca présente un premier danger physique car les pointes de ses feuilles ont vite fait de se ficher dans l’œil d’un jardinier sans lunettes de protection (ou, moindre mal, dans la peau). Sa sève provoque des irritations de la peau, voire de fortes allergies de contact. Il semble que la hampe de la plante et que ses graines soient comestibles après une préparation spéciale, mais en revanche tout le reste de la plante est toxique.

Couroupita guianensis

L’arbre à boulets de canon
Impossible de ne pas reconnaître dans un parc cet arbre originaire d’Amérique du Sud. Il produit en effet quasiment à même le tronc de gros fruits sphériques qui présentent deux dangers : le premier est physique ; si l’un de ces fruits se décroche au passage d’une personne, celle-ci peut être sérieusement blessée. Deuxième danger, la pulpe du fruit, qui tend à devenir bleuâtre, est très toxique et ne doit donc pas être consommée. Cette pulpe renferme de l’istatine qui, par ailleurs, est très utilisée dans la pharmacopée moderne.

Euphorbia pulcherrima

Poinsettia, euphorbe
Cette plante très appréciée en Polynésie française pour ses qualités ornementales est toxique à plusieurs degrés : sa sève provoque des irritations cutanées, voire des sensations de fortes brûlures dans la bouche. Par contact avec les yeux, elle provoque des conjonctivites douloureuses et de violents troubles gastro-intestinaux en cas d’ingestion. Prudence donc, notamment lors d’épisodes de taille...

Cryptostegia grandiflora

Liane de Gatope
Cette très élégante liane a un redoutable degré de toxicité, puisque l’on estime que seulement dix grammes de feuilles peuvent tuer un cheval d’un poids de quatre cents kilos en moins d’une semaine. Originaire de Madagascar, la plante est considérée comme la pire espèce invasive d’Australie ! En Nouvelle-Calédonie (où elle est interdite dans la province Sud), elle avait été introduite car son latex se prête à la fabrication de caoutchouc (expérience vite abandonnée).

Acalypha wilkesiana

Acalyphe cuivré, bois rouge
Dans la grande famille des Euphorbiacées, le bois rouge, originaire du Pacifique Sud, est très recherché dans les jardins où il tient un peu le même rôle que le croton ; comme ce dernier, il en existe de nombreuses variétés. La toxicité de cet arbuste (qui peut atteindre trois mètres de hauteur) est assez faible, sa sève étant irritante pour la peau et les muqueuses. En revanche, ses feuilles servent parfois de fourrage au bétail qui s’en porte très bien.

Tabernaemontana crassa

Jasmin café
 
Originaire d’Afrique tropicale humide, cette plante est à elle seule une pharmacie tant elle a de propriétés dans la médecine traditionnelle. Elle soigne tout ou presque, mais son utilisation est compliquée car en réalité le latex de la plante est très toxique. Une seule goutte dans un œil, lors d’une taille par exemple, peut entraîner la cécité définitive. L’éthanol contenu dans l’écorce de la tige suffit à tuer en une demi-heure des rats ; c’est dire que les jeunes enfants doivent être informés et qu’ils ne doivent pas toucher cette plante.

Dieffebachia maculata

Dieffenbachia
Incontournable dans les zones ombragées de nos jardins, le dieffenbachia suscite de véritables passions chez certains collectionneurs de variétés rares. Mais attention, toute la plante est toxique et le latex qu’elle contient peut provoquer des lésions cutanées et même la cécité si la projection atteint un œil. Les symptômes, au début de l’intoxication, sont caractéristiques : langue et lèvres gonflées, yeux rouges, vision défaillante. Il faut consulter un médecin au plus vite !

Gloriosa superba

Lis de Malabar
L’inflorescence de cette plante est généralement rouge, mais il en existe (notre photo) des variétés jaunes, très élégantes. Attention à ne jamais ingérer quelque partie que ce soit de ce lis de Malabar, car toutes les parties de la plante sont toxiques et peuvent même être mortelles (les rhizomes notamment). Gloriosa superba contient en effet un alcaloïde aussi redoutable que redouté, la colchicine que l’on retrouve en pays tempéré dans les colchiques.

Clusia rosea

Clusia, arbre à autographes
Si cet arbre ornemental avait quasiment disparu de nos parcs et jardins, il fait, depuis quelques années, son grand retour, alors qu’à Honolulu, il est très utilisé dans les rues de la cité, à Waikiki notamment. L’arbre à autographes (car on peut “écrire” sur ses feuilles coriaces avec une pointe) est certes très élégant, mais il est aussi toxique en cas d’ingestion. Prudence donc lorsqu’il doit être taillé.

Rédigé par Daniel Pardon le Vendredi 24 Décembre 2021 à 15:27 | Lu 5196 fois