Tahiti Infos

Les îles flottantes en conférence cette semaine


Vision d'artiste d'une île flottante
Vision d'artiste d'une île flottante
PUNAAUIA, le 15 mai 2017 - Les trois jours de conférences sur les îles flottantes organisées par The Seasteading Institute ont débuté ce lundi à l'hôtel Le Méridien. Le vice-président de la Polynésie, les promoteurs du projet d'île flottante en Polynésie ainsi qu'une pléthore d'invités internationaux ont enchainé les présentations. Toutes les conférences sont gratuites pour le public et diffusées en direct sur Internet.

La conférence est diffusée en direct sur internet
La conférence est diffusée en direct sur internet
Pour convaincre les Polynésiens et les soutiens internationaux de la viabilité de son projet d'île flottante dans un de nos lagons, l'organisation non gouvernementale The Seasteading Institute organise cette semaine au Méridien une série de conférences rassemblant des grands noms de la recherche scientifique, de la politique du Pacifique, du développement durable ou des start-up américaines. 200 spectateurs locaux et une centaine de spectateurs internationaux ont assisté à la première journée de présentations ce lundi.

The Seasteading Institute veut créer un prototype d'île flottante en Polynésie. Les négociations avec notre gouvernement ont abouti à un "memorandum of understanding" en janvier posant les bases d'un accord : si les conditions satisfont tout le monde, la Polynésie acceptera de donner une concession maritime au projet et d'y créer une zone économique spéciale très large. Les constructeurs, eux, s'engagent à respecter l'environnement, les populations locales et à favoriser les retombées pour notre économie. La Polynésie française espère ainsi profiter des technologies très innovantes développées pour le projet en matière de protection de l'environnement, d'adaptation au changement climatique ou pour la vie en autonomie.

"SI ÇA MARCHE TOUT LE MONDE Y GAGNERA"

La première étape de ce deal sera justement exécutée cette semaine par l'ONG américaine : la présentation à notre gouvernement de deux études d'impact, la première sur l'environnement, la deuxième sur l'économie locale. Ces documents devraient être rendus publics et sont essentiels à la prochaine étape, la négociation de la zone franche que les Américains espèrent aussi large que possible.

Teva Rohfritsch, vice-président du Pays, a inauguré ces conférences en rappelant les conditions du Pays pour sa collaboration "bienveillante" au projet : aucun franc public dépensé, des études de faisabilité, environnementales et économiques, et surtout le respect de l'environnement et le soutien de la population. Il a aussi relevé quelques doutes largement partagés en Polynésie : pourquoi construire une île de plus alors que nous en avons des désertes ; tous ces changements ne vont-ils pas briser la tranquillité de nos modes de vie ?

Randolf Hencke, directeur exécutif du Seasteading Institute, a présenté son parcours et le projet d'île flottante
Randolf Hencke, directeur exécutif du Seasteading Institute, a présenté son parcours et le projet d'île flottante
Après lui, Randolf Hencke, directeur exécutif du Seasteading Institute, s'est exprimé. Il a assuré que le projet n'est pas américain, puisque son équipe est très internationale. S'il n'a pas présenté de vision concrète du projet, c'est que celui-ci n'est pas encore arrêté au niveau architectural, même s'il projette une construction "élégante et intégrée au paysage et à la culture polynésienne". La vision de l'ONG est à long terme : "je ne peux pas promettre le succès, mais si ça marche tout le monde y gagnera. Après ce prototype, la demande du marché conduira à la création de nouvelles îles flottantes ici ou ailleurs." Il a consacré un long moment à présenter son parcours d'activiste, et surtout son expérience au Burning Man, un festival californien où les participants vivent en autonomie et s'auto-organisent pour laisser place à une créativité sans bornes : clin d'œil à la vision libertaire qui continue de porter le projet.

DÉVELOPPEMENT DURABLE ET SOCIÉTÉ SOLIDAIRE

Après ce rappel des origines de l'idée, ce sont les invités qui se sont exprimés, sur des thèmes très variés. Lelei Lelaulu, Samoan qui a travaillé à l'ONU et à la Banque mondiale, voit dans ce projet la rencontre entre deux peuples d'explorateurs : les Polynésiens qui ont navigué pendant des siècles à la découverte du Pacifique et les Américains qui ont poursuivi leur conquête de l'Ouest jusqu'à la Californie. "Ensemble nous construirons un nouvel âge d'exploration". Pour lui, un projet comme Seasteading nous apportera l'indépendance technique et financière qu'il nous manque pour prendre le contrôle de notre océan.

Greg Delaune, architecte et expert en développement durable, ambassadeur de Seasteading Institute, a montré comment monter des partenariats public/privé pour puiser dans les meilleurs savoir-faire techniques. Ainsi, il travaille avec de très nombreuses start-up spécialistes des CleanTech, des GreenTech, des Smart Cities et tous ces mots qui font le buzz dans la Silicon Valley. "Il faut se diversifier du tourisme pour un développement durable, et nous pourrons apporter ces entreprises et ces technologies en Polynésie."

Enfin l'invité star de la matinée était le jeune entrepreneur Tony Hsieh, co-fondateur de Link Exchange (vendu 265 millions de dollars à Microsoft en 1999) puis de Zappos.com (le géant de la vente de chaussures en ligne vendu 1,2 milliard de dollars à Amazon en 2009). L'entrepreneur consacre désormais une grande partie de son temps à redynamiser le centre-ville de Las Vegas, où l'insalubrité et l'insécurité régnaient quand Zappos y a installé son siège. Avec Downtown Project, ce sont 350 millions de dollars qui ont été consacrés à améliorer la zone.

50 millions ont permis de financer des petites entreprises, de la boulangerie à la société de production vidéo, avec comme principal critère l'originalité (pas de Starbucks) et de favoriser les rencontres entre les résidents. Ces rencontres ou "collisions" seraient le cœur de la vie d'une ville et de la productivité d'une économie moderne. 50 millions de dollars de plus ont favorisé une explosion artistique et la création d'un énorme festival musical. 50 millions sont allés au financement des start-up, et enfin 200 millions ont permis un grand projet immobilier pour réhabiliter le quartier. Le tout avec des fonds privés, et le projet serait même rentable. Pour le jeune entrepreneur, "notre grand pari se base sur la favorisation des rencontres, la volonté d'apprendre les uns des autres et la création d'un esprit collectif. Cette recette simple a marché pour le centre-ville de Las Vegas, et on espère que maintenant ça va inspirer les autres villes du monde !" Encore une indication sur l'idéologie sociale derrière le projet d'île flottante.


Assister aux conférences
Les Polynésiens intéressés par les présentations internationales peuvent venir assister aux conférences à l'hôtel Le Méridien, à Punaauia. Elles continuent mardi matin puis jeudi toute la journée. Les inscriptions sont gratuites, via le site seasteading.org.

Les débats sont également diffusés en direct en vidéo. Vous les retrouverez en intégralité sur la page Facebook de l'OPT (https://www.facebook.com/seasteading ou sur sa chaîne YouTube.

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Lundi 15 Mai 2017 à 17:34 | Lu 5460 fois