Tahiti Infos

Les fraudeurs à la carte bancaire loin d'être inconnus


Tahiti, le 6 décembre 2021 – Après le démantèlement d'un vaste réseau d'escroquerie à la carte bancaire la semaine dernière, cinq suspects ont fait une demande de mise en liberté lundi. Des suspects déjà bien connus de la justice puisqu'il s'agit des frères multirécidivistes de la famille Tchen et de l'ancien instituteur condamné dans l'affaire Sarah Nui, Jacob Tutavae.
 
Un peu moins de deux semaines après le démantèlement, par une soixantaine de militaires de la gendarmerie, d'une escroquerie aux cartes bancaires frauduleuses évaluée à dix millions de Fcfp, cinq des huit suspects arrêtés dans le cadre de ce dossier ont fait des demandes de remise en liberté étudiées lundi après-midi en comparution immédiate. 
 
Et ce sont des individus déjà connus de la justice qui ont été extraits de Nuutania puisque le tribunal a vu apparaître Jacob Tutavae, l'ancien instituteur de CM2 et entraîneur de futsal condamné à trois ans de prison ferme lors du procès de l'affaire Sarah Nui en octobre 2019, et les frères Tchen, condamnés à de nombreuses reprises dans des affaires de violences ou de trafic de stupéfiants. 

​“Risques de concertation”

Les cinq hommes, ainsi que trois autres individus, avaient été interpellés le 24 novembre dernier dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte pour escroquerie en bande organisée. Ils sont soupçonnés d'avoir, chacun à leur niveau, participé à une vaste fraude portant sur l'utilisation de fausses cartes bancaires utilisées pour effectuer des achats par correspondance. Lors des perquisitions menées à l'occasion du démantèlement de la fraude, les militaires avaient saisi des téléphones, des tablettes, de l'électroménager, des bouteilles d'alcool et une motocyclette. 
 
Alors qu'ils seront jugés le 20 janvier prochain, les cinq prévenus sont donc venus lundi exposer leurs demandes de mise en liberté aux motifs, notamment, qu'ils avaient de jeunes enfants et pour certains, des emplois. Des arguments que le procureur de la République a rejeté en invoquant le “risque de concertation” entre les mis en cause. 
 
“C’est un petit dossier monté en gros dossier”, a assuré à la barre l'avocat de Jacob Tutavae, Me Peytavit, en assurant que son client avait rendu un service dans cette affaire mais qu'il n'avait aucune connaissance de l'escroquerie en elle-même et qu'il n'avait jamais changé de version. Tout comme les avocats de la fratrie Tchen, il a réfuté tout “risque de concertation” en expliquant que les prévenus étaient incarcérés dans le même bâtiment à Nuutania et qu'ils se croisaient tous les jours. Après en avoir délibéré, le tribunal a ordonné le placement sous contrôle judiciaire de Jacob Tutavae. Il a cependant refusé les demandes des frères Tchen. Tous seront jugés aux côtés de trois autres hommes le 20 janvier prochain. 

Rédigé par Garance Colbert le Lundi 6 Décembre 2021 à 17:11 | Lu 9986 fois