Tahiti Infos

Les Tahitiens en force aux championnats du monde de Xterra


La station de Molveno, dans les Dolomites italiennes, sera le théâtre de ces championnats du monde de Xterra qui se tenaient traditionnellement sur l'île de Maui, à Hawaii.
La station de Molveno, dans les Dolomites italiennes, sera le théâtre de ces championnats du monde de Xterra qui se tenaient traditionnellement sur l'île de Maui, à Hawaii.
Tahiti, le 29 septembre 2022 - Cinq athlètes représenteront Tahiti aux championnats du monde Xterra en Italie ce samedi. Sur un parcours en altitude très exigeant, alors que la pluie et le froid sont attendus, les triathlètes tahitiens auront cependant quelques cartes à jouer et des podiums à viser. Les espoirs reposeront principalement sur Thomas Lubin, vice-champion du monde dans sa catégorie d’âge en 2021.

Ils seront quatre athlètes qualifiés à représenter Tahiti aux championnats du monde de triathlon nature, labellisé Xterra, en Italie ce samedi. Sur un parcours des plus exigeants, Thomas Lubin et Jean-Marc Rimaud, sociétaires du club Kona Tri, seront accompagnés de deux licenciés du club Fei Pi Triathlon, Yannick Joubert et Bernard Richard. Et un cinquième athlète polynésien, Sébastien Petit, a obtenu de son côté une invitation de l'organisation pour avoir le droit de s'aligner sur la ligne de départ. Ils défieront un parcours très exigeant qui sera rendu encore plus difficile par une météo défavorable.

 

Première en Europe

Alors que les championnats du monde Xterra avaient traditionnellement lieu à Hawaii, sur l’île de Maui, depuis 25 ans, l’organisation a choisi de délocaliser cette grande finale en Europe. C’est donc la station de Molveno dans les Dolomites italiennes qui accueillera ce samedi l’édition 2022 du championnat du monde avec un parcours pas vraiment destiné aux athlètes du fenua. Les 1 500 mètres de natation seront en effet à effectuer dans l’eau, certes cristalline, du lac de Molveno, mais qui ne devrait pas dépasser les 16 degrés. Après ce rafraichissement musculaire, deux boucles d’un parcours de VTT culminant à près de 1 300 mètres d’altitude seront à faire entre boue, racines et autres rochers glissants sur un circuit dépassant les 1 000 mètres de dénivelé positif. Enfin, à peine le vélo déposé, l’ultime effort se fera lors d’un trail de dix kilomètres au bord du lac. Une édition donc difficile, alors que la pluie et une température de l’air inférieure à 10 degrés sont annoncées pour samedi, jour de cette compétition qui réunit près de 800 athlètes en provenance de 41 pays.

Lire aussi >> Des performances “Xterraordinaires” à Hawaii

Lubin pour confirmer, Rimaud pour s’affirmer

Côté tahitien, les espoirs reposeront principalement sur Thomas Lubin, vice-champion du monde dans sa catégorie d’âge en 2021. Décidé à confirmer son résultat obtenu à Maui lors d’un championnat perturbé par la pandémie, le triathlète a axé sa saison pour être à son pic de forme pour l’épreuve italienne. Il est arrivé tôt sur site pour effectuer les repérages du parcours. Autre carte tahitienne à jouer, celle de Jean-Marc Rimaud. Net vainqueur à la mi-septembre du triathlon Gauguin à Papeari avant de s’envoler pour les championnats du monde, Rimaud a acquis sa qualification en juillet dernier lors de l’épreuve très sélective organisée en France dans les Vosges. Excellent nageur, il espère que la partie natation ne soit ni réduite, ni annulée compte tenu des conditions annoncées. Malgré les aléas nombreux, tous deux ambitionnent un podium dans la catégorie d’âge des 30-34 ans.

Thomas Lubin et Jean-Marc Rimaud “Le froid et la tenue choisie vont jouer un rôle important”

Jean-Marc Rimaud (à gauche) et Thomas Lubin représentent les meilleurs chances tahitiennes en Italie.
Jean-Marc Rimaud (à gauche) et Thomas Lubin représentent les meilleurs chances tahitiennes en Italie.
Quelles sont vos impressions sur le parcours ?
TL
– “Le spot est fantastique, sincèrement. Avec les conditions météo de la semaine, j’appréhende vraiment la partie natation dans une eau à 16 degrés et un 6-7 degrés pour la température de l’air. Ça peut être déterminant sur le reste de la course. Il va falloir s’alimenter plus qu’habituellement avec le froid, choisir les bons vêtements à VTT… Le parcours vélo est très sympa mais sera également le juge de paix. Deux boucles avec une longue montée exigeante, peu technique puis une très belle descente (…) avec virages relevées et des parties engagées. La course à pied ne présente pas de particularité. Il faudra la passer avec l’énergie restante.” 

JMR – “D’abord, le froid et la tenue choisie vont jouer un rôle important pour la course. Il faudra bien s'alimenter pour compenser la perte d'énergie due au froid. Sur la partie vélo, il faudra être vigilant à se préserver dans le premier tour et garder du jus pour le deuxième tour. La descente technique peut surprendre. A pied rien de très difficile, plutôt roulant et magnifique à proximité du lac. Du plaisir avant tout.”

Quelles sont vos ambitions pour la course ?

TL – “Difficile à dire… il y a l’adversité, les conditions météo, l’état de forme le jour J. Si tout répond bien, je souhaite réintégrer le podium pour la tranche d'âge 30-34 ans, ce qui me permettra d’accéder à un bon classement amateur au scratch.” 

JMR – “Un podium en groupe d'âge serait bienvenu mais il s'agit d'un championnat du monde. Tout le monde vient pour un podium donc il faudra faire une course pleine. Je me suis bien entraîné, donc en avant !”

le Jeudi 29 Septembre 2022 à 17:47 | Lu 1296 fois