Tahiti Infos

Les Raromata'i reprennent la main sur l'électricité


Tahiti, le 15 décembre 2021 – Les quatre communes de Taha'a, Huahine, Taputapuatea et Tumara'a ont décidé la semaine dernière de déclarer sans suite leurs appels d'offres pour le renouvellement des concessions électriques en 2022 et de s'unir dans une “société publique locale” destinée à gérer en régie leurs services publics de l'électricité. Problème, les communes demandent une rallonge de trois mois à EDT, qui ne semble pas vraiment prêt à leur accorder cette faveur après s'être fait évincer aussi sèchement de la procédure.
 
Coup de tonnerre dans le secteur de l'énergie aux Raromata'i. La semaine dernière, les conseils municipaux des communes de Taha'a, Huahine, Taputapuatea et Tumara'a ont déclaré sans suite les appels d'offres lancés pour le renouvellement de leurs concessions de délégations de services publics de l'électricité. Des communes qui avaient bénéficié d'un premier report accordé en 2020 sur la fin de leur concession, puis d'un second en 2021, et qui avaient toutes choisi de prolonger leurs contrats de concession avec EDT jusqu'au 31 mars 2022.
 
Mais depuis la fin novembre, les rumeurs couraient aux Raromata'i sur un changement stratégique des quatre commune alors même que la phase d'appel d'offres venait de débuter. Plus précisément, dès le 29 novembre dernier, les élus de Huahine ont annoncé officiellement aux salariés d'EDT de l'île leur décision d'abandonner le principe de la délégation de service public pour reprendre le service de l'énergie en régie… Décisions formalisées par les quatre conseils municipaux de Taha'a, Huahine, Taputapuatea et Tumara'a durant les jours suivants.
 
Société publique locale
 
Mais ces décisions communes étaient surtout le préalable à une stratégie encore plus globale des quatre municipalités. Ces dernières ont fait le choix de se regrouper en une “Société publique locale” (SPL) baptisée Te Uira Api no Raromata'i. Une entité destinée à devenir “l'outil de gestion du service public de l'électricité” et dont l'actionnariat sera réparti entre les quatre communes “en fonction du volume d'énergie vendue”. Première structure du genre au fenua, la SPL est dotée d'un actionnariat public mais fonctionne comme une société privée. “Elle présente l'avantage pour ses actionnaires, de leur permettre de lui confier des missions sans mise en concurrence préalable, d'où un gain de temps significatif”, souligne même la note sur la création de la société transmise aux conseils municipaux des quatre communes !
 
Comme prévu par le contrat de concession, la SPL reprendra l'ensemble des 26 salariés d'EDT qui travaillent actuellement dans les quatre concessions des îles des Raromata'i. Mais elle sera également chapeautée par une direction composée d'environ six salariés à recruter. Surtout, et c'est là que réside le petit bémol de cette réorganisation, les conseils municipaux ont été avisés que la future SPL “ne disposera pas d'un délai suffisant pour se préparer et prendre en charge l'exploitation du service au 1er avril 2022”. Les quatre communes ont donc été invitées à “négocier avec le concessionnaire en place une prolongation de 3 à 6 mois”. Or EDT n'est pas vraiment disposé à négocier…
 
EDT pas prêt à prolonger
 
Du point de vue du concessionnaire, on digère assez mal d'avoir remis une offre complète le 15 novembre pour s'entendre dire deux semaines plus tard que la procédure est finalement annulée. EDT, via sa nouvelle petite sœur des îles EDP, estime avoir répondu “à toutes les demandes” d'un cahier des charges “ambitieux” en proposant notamment “75% d'EnR en 2030”. Mais surtout, le sentiment qui se dégage chez le concessionnaire actuel est celui que les communes ont une “mauvaise compréhension” du nouveau système de péréquation des tarifs de l'électricité, vu principalement sous l'angle d'une manne financière supplémentaire pour le budget des communes. On constate en effet chez EDT que les communes attendent du nouveau système de péréquation une baisse des tarifs de l'électricité, alors même qu'une péréquation “maison” pratiquée par EDT existait déjà auparavant.
 
Résultat, pour ce qui concerne les quatre communes des Raromata'i, EDT estime avoir été évincé de la procédure d'appel d'offres sans même que son offre ne soit examinée. Le concessionnaire n'a donc aucune envie d'offrir aux quatre communes des Raromata'i la rallonge de trois à six mois qu'elles lui demandent. EDT a d'ailleurs annoncé aux communes vouloir respecter strictement le calendrier demandé initialement, en cessant toute activité au 31 mars 2022, et en transférant tous ses effectifs aux communes à cette date. Chez le concessionnaire, on ne cache pas que l'on communiquera bientôt largement auprès des abonnés pour leurs expliquer qu'ils “seront invités à contacter directement leurs mairies respectives à partir du 1er avril”.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Mercredi 15 Décembre 2021 à 20:52 | Lu 3377 fois