Tahiti Infos

Les Marquises se donnent un délai pour "mutualiser" l'électricité


Michel Serrano du cabinet Egis, Richard Laffargue de BST Consultants et Jean-Philippe Meneau de JPh Meneau avocats ont récemment été missionnés par le Codim pour "étudier l'opportunité de mutualiser les services de l'énergie de chaque commune des îles Marquises".
Michel Serrano du cabinet Egis, Richard Laffargue de BST Consultants et Jean-Philippe Meneau de JPh Meneau avocats ont récemment été missionnés par le Codim pour "étudier l'opportunité de mutualiser les services de l'énergie de chaque commune des îles Marquises".
Tahiti, le 24 septembre 2021 – En pleine procédure d'appels d'offres, les communes marquisiennes ont demandé le report de "trois mois" de la date de fin de leur concession du service public de l'électricité fixée au 30 septembre de cette année. Les communes veulent étudier l'opportunité de "mutualiser" leurs services de l'énergie avant de choisir leur futur concessionnaire.
 
Légende : Michel Serrano du cabinet Egis, Richard Laffargue de BST Consultants et Jean-Philippe Meneau de JPh Meneau avocats ont récemment été missionnés par la Codim pour "étudier l'opportunité de mutualiser les services de l'énergie de chaque commune des Îles Marquises".
 
Alors que les cinq îles marquisiennes de Tahuata, Fatu Hiva, Ua Pou, Nuku Hiva et Hiva Oa devaient finaliser ces derniers jours l'examen de leurs appels d'offres pour la délégation du service public de l'énergie, les communes concernées vont finalement se donner un temps de réflexion supplémentaire. Les trois communes actuellement en délégation de service public avec EDT –Ua Pou, Hiva Oa et Nuku Hiva– ont en effet formulé une demande de prolongation de trois mois pour reporter la fin de leur concession prévue au 30 septembre prochain. Une possibilité offerte par la récente loi du Pays octroyant jusqu'à un an de délai supplémentaire aux communes n'ayant pas pu organiser le renouvellement de leurs concessions en raison de la crise Covid. Les deux dernières communes de Tahuata et Fatu Hiva fonctionnant actuellement en régie pour le service public de l'électricité, elles n'ont pas eu besoin de cette procédure.
 
Étudier la mutualisation
 
Mais aux Marquises, ce n'est pourtant pas le Covid qui est à l'origine de cette décision. Les communes ont souhaité se donner un temps de "réflexion" pour étudier la "mutualisation" de leurs services de l'énergie. En effet, pour l'heure chacune des cinq communes marquisiennes gère son service de l'énergie et a passé son propre appel d'offres, même si la gestion purement technique des procédures a été centralisée ces derniers mois via la Communauté de communes des îles Marquises (Codim). Avant d'en finir avec ces appels d'offres initiés en 2019, les communes s'interrogent donc sur une gestion en commun de leurs services. Il y a quelques jours, la Codim a d'ailleurs annoncé le passage à Hiva Oa et Nuku Hiva de Michel Serrano du cabinet Egis, Richard Laffargue de BST Consultants et Jean-Philippe Meneau de JPh Meneau avocats pour une mission destinée justement à étudier cette stratégie. Les consultants devaient s'entretenir avec les cinq tāvana marquisiens concernés "pour étudier l'opportunité de mutualiser les services de l'énergie de chaque commune des Îles Marquises au sein d'une intercommunalité de l'énergie."
 
Lundi, à l'occasion d'une conférence de presse sur la future péréquation des tarifs de l'électricité, le ministre de l'Énergie a également indiqué que les Marquises étudiaient la possibilité de "se réunir en syndicat" pour mettre en commun la péréquation reçue par le Pays, pour équilibrer le service public de l'énergie. "Ce syndicat va leur permettre de mutualiser la globalité de la péréquation. Les Marquises, c'est quand même 500 millions de Fcfp. Ils collectent beaucoup moins, mais ils reçoivent 500 millions de péréquation", a expliqué le ministre Yvonnick Raffin. "Leur idée, c'est de dire qu'au lieu de jouer solo, ils jouent ensemble et mettent ça dans un pot commun. Du coup, pour le futur concessionnaire, ce n'est pas anodin."
 
Rappelons que trois groupes locaux sont candidats à la succession d'EDT et à la reprise des régies pour ces cinq îles : Électricité de Polynésie (filiale d'Engie Energie Service créée pour les concessions des îles), Energie des îles (constituée d'un groupement Cegelec Polynésie et Polynésienne des Eaux) et Uira Mana (groupement d'investisseurs polynésiens mené par Cyril Dardel et Jean-Paul Nazaire).
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Lundi 27 Septembre 2021 à 20:04 | Lu 1154 fois