Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Législatives le 2 juillet en Australie, Turnbull en quête d'un mandat populaire



Canberra, Australie | AFP | dimanche 08/05/2016 - Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull, en quête d'un mandat populaire huit mois après avoir évincé son prédécesseur dans un "putsch" interne à leur parti, a annoncé dimanche que les législatives se tiendraient le 2 juillet.

Cette annonce du chef de la coalition conservatrice au pouvoir était largement anticipée puisqu'il avait déjà évoqué cette date en avril.

L'Australie a changé cinq fois de Premier ministre en cinq ans. Les précédentes élections avaient eu lieu en septembre 2013 et le prochain scrutin devait légalement être organisé avant janvier 2017.

"Le gouverneur général a accepté ma recommandation portant sur la dissolution, effective demain matin, des deux chambres du Parlement, et la convoction d'élections (...) le 2 juillet", a annoncé le Premier ministre lors d'une conférence de presse à Canberra.

Agé de 61 ans, M. Turnbull aura face à lui un parti travailliste emmené par Bill Shorten, ex-leader syndical âgé de 48 ans.

"Les Australiens auront un choix très simple: garder le cap, confirmer l'engagement en faveur de notre plan économique national pour la croissance et l'emploi, ou revenir en arrière avec les travaillistes et leur programme de hausses d'impôts, de hausses de dépenses, de dettes et de déficit", a déclaré M. Turnbull.

"Je demanderai un mandat de Premier ministre aux Australiens pour mettre en oeuvre ce plan."

Le dernier sondage publié dimanche par News Limited annonce un duel serré entre la coalition au pouvoir et l'opposition, toutes deux créditées de 50% des intentions de vote.

- Fin de l'âge d'or minier -
M. Turnbull, millionnaire, ancien journaliste, avocat et banquier d'affaires, a pris la tête du gouvernement après un "putsch" interne au Parti libéral qui lui a permis de renverser son prédécesseur Tony Abbott, dont il était ministre.

Il avait alors promis de changer de style de gouvernance. Mais ces derniers mois, il a cédé du terrain dans les sondages, son gouvernement n'étant pas parvenu à mener des réformes clé dans le domaine fiscal par exemple.

A son arrivée au pouvoir, il avait écarté l'idée de dissoudre le Parlement, mais a finalement brandi cette menace en avril si le Sénat n'adoptait pas certaines réformes.

Or la chambre haute avait refusé de voter un texte sur les syndicats après avoir déjà bloqué un projet de loi sur les relations entre partenaires sociaux.

La coalition conservatrice axe traditionnellement sa communication sur ses compétences en matière de gouvernance économique.

Le gouvernement australien a dévoilé mardi un budget destiné à soutenir une économie qui négocie la fin de l'âge d'or minier, avec des réductions d'impôts pour les particuliers et les entreprises.

L'Australie n'a pas connu de récession pendant 25 ans grâce à ses sous-sols. L'un des seuls pays doté d'une note de crédit triple A, il doit encore se sortir de sa dépendance envers l'industrie minière.

L'Australie doit également s'adapter au ralentissement de son principal partenaire commercial, la Chine, à un contexte mondial plus incertain et à la chute des cours des matières premières.

De leur côté, les travaillistes devraient mettre en avant leurs projets en matière d'éduction et de santé.

"Cette élection est bien plus qu'un choix de partis et de personnalités", a déclaré M. Shorten aux journalistes. "C'est le choix de l'Australie dans laquelle nous voulons vivre."

Depuis l'arrivée du travailliste Kevin Rudd en 2007 à la tête du gouvernement, après une décennie de "règne" de John Howard, la politique australienne a été particulièrement mouvementée.

Kevin Rudd a été renversé par la travailliste Julia Gillard en 2010 avant de reprendre le pouvoir en 2013, et de le céder à nouveau quelques mois plus tard lors des législatives à Tony Abbott, lui-même renversé en septembre par Malcolm Turnbull.

Les 150 sièges de la Chambre des représentants et les 76 sièges du Sénat seront remis en jeu lors des élections de juillet. Voter est obligatoire en Australie.

bur-grk/jac/ia

© 1994-2016 Agence France-Presse

Rédigé par () le Lundi 9 Mai 2016 à 06:38 | Lu 335 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués