Tahiti Infos

Législatives: la gauche entame un chemin difficile vers l'union


"Est-ce qu'on veut gagner ensemble ou est-ce qu'on veut perdre séparés?", a déclaré le député LFI François Ruffin à l'adresse des principaux acteurs de la gauche. Crédit Dimitar DILKOFF / AFP
"Est-ce qu'on veut gagner ensemble ou est-ce qu'on veut perdre séparés?", a déclaré le député LFI François Ruffin à l'adresse des principaux acteurs de la gauche. Crédit Dimitar DILKOFF / AFP
Paris, France | AFP | lundi 10/06/2024 - Les partis de gauche ont entamé lundi des tractations pour trouver une union pour les législatives anticipées du 30 juin, certains appelant à un "front populaire" sans hégémonie de Jean-Luc Mélenchon, alors que la direction de LFI veut un rassemblement autour de l'ex-alliance de gauche Nupes.

Au lendemain de la dissolution de l'Assemblée nationale provoquée par le triomphe du RN aux européennes, trouver un accord à gauche en si peu de temps relève de la gageure.

Partis séparés pour le scrutin européen, le Parti socialiste, les Ecologistes, le Parti communiste et La France insoumise peuvent-ils réussir à s'entendre, après une campagne particulièrement violente, qui a rebattu les cartes et redonné du poids au PS (13,8% des voix), avec une tête de liste, Raphaël Glucksmann, hostile à LFI?

"La clé du scrutin, c'est front de gauche ou pas front de gauche", résume un député MoDem.

La Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), alliance des principaux partis de gauche, avait permis en juin 2022 de faire entrer 151 députés à l'Assemblée nationale, mais elle a éclaté après plusieurs différends, dont le dernier après le 7 octobre et le refus de LFI de qualifier le Hamas de mouvement "terroriste".

Plus largement, la personnalité et les propos de Jean-Luc Mélenchon, accusé notamment d'ambiguïté sur la question de l'antisémitisme, clivent énormément à gauche. 

Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure a prévenu lundi matin qu'il ne s'alignerait "pas sur Jean-Luc Mélenchon" comme en 2022, affirmant qu'"il faut faire du neuf" et qu'il "ne s'agit pas de devenir (ses) supplétifs"

Le chef des socialistes a appelé par contre à "la constitution d'un front populaire contre l'extrême droite", reprenant une proposition émise dimanche soir par l'Insoumis François Ruffin.

De leur côté, les responsables de LFI ont envoyé une "proposition de rencontre" lundi "après-midi" aux formations politiques de la Nupes pour "travailler à l'unité et à la clarté".

"Maintenant l'Union. Urgente, forte, claire", a abondé Jean-Luc Mélenchon. 

Mais même s'ils ne sont plus forts des 22% de leur leader à la présidentielle, les Insoumis n'entendent pas se ranger derrière une autre ligne que la leur et le programme de la Nupes, d'autant qu'ils se sentent confortés par les 9,9% obtenus par leur candidate aux européennes Manon Aubry, grâce à ses bons scores dans les circonscriptions populaires.

Du côté des Ecologistes, qui ont connu une véritable déroute et n'ont obtenu que 5,5% des voix dimanche soir, la secrétaire nationale Marine Tondelier a appelé "tous les chefs de parti progressistes à se réunir" dès lundi.

- "La Nupes est morte" -

Selon une source socialiste, "une réunion doit avoir lieu sous peu avec toute la gauche dont Ruffin", mais aussi avec Place publique, dont le leader Raphaël Glucksmann a émergé dimanche soir comme le nouvel homme fort de la gauche. 

Ce dernier a appelé dimanche soir les électeurs qui se "reconnaissent dans le cap qu'on a tracé, à se rassembler" pour une alternative "démocratique et pro-européenne", et "sans calomnies, ni violence ni outrances". Un avertissement clair à LFI et Jean-Luc Mélenchon.

Beaucoup au PS n'entendent pas rejouer l'accord Nupes, y compris le député Philippe Brun, qui a longtemps été un fervent partisan de cette union. "La Nupes est morte, tout le monde le sait très bien. Il faut un grand rassemblement républicain, avec les humanistes et les gaullistes qui veulent nous rejoindre", plaide-t-il.

François Ruffin, qui entretient des divergences avec la direction insoumise, a répété sur France Inter qu'"il n'y a pas de fatalité" à une victoire du RN les 30 juin et 7 juillet. Et il a insisté sur les "évidences partagées" à gauche, comme la taxation des dividendes, l'indexation des salaires ou la reconnaissance de l'Etat de Palestine. 

D'autres Insoumis "frondeurs" comme Clémentine Autain ou Raquel Garrido ont lancé des appels similaires. 

Même appel à l'unité du côté du communiste Fabien Roussel. Il a réclamé "un seul candidat dans chaque circonscription le 30 juin".

En attendant, l'heure est aux calculs. 

"Là on ressort tous les tableaux Excel de 2022", qu'il faut "remouliner avec les résultats de ce soir, pour voir qui sont les mieux placés", prévient un cadre socialiste.

le Lundi 10 Juin 2024 à 02:02 | Lu 280 fois