Tahiti Infos

Le procès en appel de l'affaire OPT renvoyé à juin 2014


Gaston Flosse et Hubert Haddad, le 25 septembre 2012 à Papeete, lors du procès en correctionnelle de l'affaire OPT
Gaston Flosse et Hubert Haddad, le 25 septembre 2012 à Papeete, lors du procès en correctionnelle de l'affaire OPT
PAPEETE, lundi 28 octobre 2013 – Le procès en appel du Président de la Polynésie française, Gaston Flosse et de huit autres prévenus, dont l’homme d’affaires Hubert Haddad et l’actuel ministre polynésien du Tourisme, Geffry Salmon, dans l’affaire de corruption dite de l’Office des postes et télécommunications (OPT), est renvoyé au lundi 23 juin 2014.

La Cour de cassation avait refusé, ce mardi 22 octobre, de dépayser l’instruction à l’audience de ce dossier, en dépit de l’avis du parquet général qui avait requis le dépaysement du procès en raison des risques de mise en cause de l'impartialité de l'institution judiciaire.

"Une décision qui nous a beaucoup surpris parce que dénué de tout motif", a constaté lundi Gérard Thibault-Laurent, le président de la cour d’appel de Papeete.

Plusieurs demandes de renvoi de ce procès avaient été faites, notamment en raison de l'indisponibilité de certains avocats parisiens, dont Françis Szpiner, avocat d’Hubert Haddad et Jean-Yves Leborgne, celui de Gaston Flosse.

Le 15 janvier dernier en première instance, le sénateur Gaston Flosse avait été condamné à 5 ans d'emprisonnement, 10 millions Fcfp d'amende et 5 ans d'inéligibilité, jugé coupable de trafic d'influence passif et de corruption active dans le cadre de l'affaire dite des annuaires de l'OPT.

Il était reproché à celui qui entre temps est devenu le Président de la Polynésie française, d'avoir usé de son influence de chef de l'exécutif d'alors pour favoriser les affaires d’Hubert Haddad entre 1993 et 2005, en contrepartie d’avantages et notamment de versements en liquide pour un total de 191 millions Fcfp.

Gaston Flosse, Hubert Haddad, Geffry Salmon, Michel Yonker et Melba Ortas avaient en outre été condamnés solidairement à payer à l'OPT la somme de 492,8 millions Fcfp, en réparation du préjudice matériel.

Maître James Lau, qui avait défendu les intérêts de l'OPT et obtenu gain de cause, a depuis été remercié par l'Office et ne défendra donc pas la partie civile, en juin prochain.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Lundi 28 Octobre 2013 à 09:28 | Lu 2703 fois